Ouvrir le menu principal

Championnats de Colombie de cyclisme sur route 2018

édition 2018 des championnats de Colombie de cyclisme sur route
Championnats de Colombie de cyclisme sur route 2018
Généralités
Sport Cyclisme (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Organisateur(s) Federación Colombiana de Ciclismo
Édition LXX
Lieu(x) Flag of Antioquia Department.svg Medellín
Date 2 au et
9 au
Épreuves 6

Navigation

Les championnats de Colombie de cyclisme sur route Élite masculins se déroulent du 2 au à Medellín et ses alentours. Tandis que les championnats féminins et Espoir masculins se disputent du 9 au dans le département de Boyacá.

ProgrammeModifier

  • Vendredi 2 février à 9h00 (locale) :
    • Contre-la-montre Élite messieurs : 25 km
  • Dimanche 4 février à 8h00 (locale) :
    • Course en ligne Élite messieurs : 228 km

PodiumsModifier

Épreuves masculinesModifier

Épreuves Or Argent Bronze
Élites
Course en ligne[1] Sergio Henao
(Sky)
en h 28 min 6 s Óscar Quiroz
(Bicicletas Strongman)
à 45 s Diego Ochoa
(EPM)
à 52 s
Contre-la-montre[2] Egan Bernal
(Sky)
en 28 min 42 s Daniel Martínez
(EF Education First-Drapac)
à s Walter Vargas
(Medellín-Inder)
à 31 s
Moins de 23 ans
Course en ligne[3] Yeison Rincón
(Sundark Arawak)
en h 52 min 22 s Hernán Darío Gómez
(Ligue cycliste de Bogota)
m.t. Daniel Largo
(Ligue cycliste de Caldas)
m.t.
Contre-la-montre[4] Santiago Ordoñez
(Ligue cycliste de Caldas)
en 28 min 47 s Adrián Bustamante
(EBSA Empresa de Energía de Boyacá)
à s Brandon Rivera
(Ligue cycliste de Cundinamarca)
à 23 s

Épreuves fémininesModifier

Épreuves Or Argent Bronze
Élites
Course en ligne[5] Kathrin Montoya
(Ligue cycliste d'Antioquia)
en h 3 min 51 s Milena Salcedo
(Ligue cycliste de Bogota)
m.t. Laura Lozano
(Merquimia Colombia)
m.t.
Contre-la-montre[4] Serika Gulumá
(Boyacá es Para Vivirla)
en 32 min 26 s Estefanía Herrera
(Ligue cycliste d'Antioquia)
à 10 s Rocio Parrado
(Weber Shimano Ladies Power)
à 20 s
Moins de 23 ans
Course en ligne[5] Vanessa Martínez
(Ligue cycliste d'Antioquia)
en h 3 min 51 s Marcela Hernández
(Ligue cycliste d'Antioquia)
m.t. Paula Carrasco
(Merquimia Colombia)
m.t.
Contre-la-montre[4] Marcela Hernández
(Ligue cycliste d'Antioquia)
en 32 min 56 s Tatiana Dueñas
(Ligue cycliste de Bogota)
à 45 s Lizeth Mancipe
(Boyacá es Para Vivirla)
à min 16 s

Changement de datesModifier

En décembre 2017, la fédération cycliste colombienne annonce que les dates des championnats Élite sont avancées de trois semaines. Elle précise que la décision a été prise en accord avec les coureurs disputant la saison européenne (accédant ainsi à leur demande). En plaçant les épreuves les 2 et , la fédération permet aux cyclistes, qui pour leur grande majorité n'aurait pu, par leur engagement professionnelle, être présent aux championnats, originellement prévus du 21 au 25 février, de pouvoir participer. Positionnés de la sorte en préambule de la première édition de l'épreuve Colombia Oro y Paz, elle garantit la présence de bon nombre d'entre eux[6], [7].

Principaux engagés et principales défectionsModifier

Deuxième du Tour de France 2017, Rigoberto Urán est la tête d'affiche des engagés des championnats. Tandis que les absences les plus notoires sont celles de Nairo Quintana et d'Esteban Chaves.
Le premier est encore en phase de préparation de sa saison et pas suffisamment en condition pour une épreuve longue de plus de 225 km alors que la formation Mitchelton-Scott du second l'a engagé dans d'autres compétitions à ces dates. Outre Rigoberto Urán, les noms de Miguel Ángel López, Sergio Henao, Sebastián Henao, Jarlinson Pantano ou Darwin Atapuma se dégagent de plus de la centaine de participants inscrits[8]. La présence de Fernando Gaviria est espérée mais dépend de la récupération du coureur des blessures que lui ont occasionné sa chute, la semaine précédente, le forçant à abandonner le Tour de San Juan[9]. À l'instar de leur leader, Winner Anacona et Dayer Quintana sont absents. Devant la difficulté du parcours, la direction de leur formation Movistar a préféré leur octroyer quelques jours de préparation supplémentaire pour arriver au départ de la Colombia Oro y Paz au mieux de leur condition[10].

Déroulement des championnatsModifier

1er février : réunion préparatoire aux compétitionsModifier

Le calendrier des activités débute le 1er février dans les installations d'INDER Medellín. Le programme annonce de 14 à 16h la révision des licences et la confirmation des coureurs, suivi de 16 à 17 h de la réunion technique. De 17 à 18 h, le jury des commissaires se réunit avec les représentants des médias de communication accrédités[11].

2 février : le contre-la-montre individuel Élite messieursModifier

Egan Bernal crée la surprise.

La première compétition des championnats Élite est le contre-la-montre individuel. Prévu jusqu'à moins de 48 h du départ sur une distance de 28 km, le parcours développe finalement 25 km, sur un axe Nord - Sud. Le départ et l'arrivée s'effectuent au niveau du pont de Guayaquil. Les concurrents prennent la route nationale 25, appelée "autoroute du sud" dans l'agglomération medellinense, en direction du Sud et d'Itagüí, où ils font demi-tour. De là, ils prennent, sur la même voie de circulation, la direction du Nord jusqu'à l'avenue Barranquilla, où ils effectuent un nouveau demi-tour pour rejoindre l'arrivée. Un chronométrage intermédiaire se situe au km 13,9[12]. Un des prétendants au titre, Alex Cano présente l'itinéraire comme un parcours rapide, où la puissance est déterminante. Cependant le croire totalement plat serait une erreur[13].

Trente concurrents doivent se disputer la succession de Jarlinson Pantano, absent de cette nouvelle édition. À 9h00 (heure locale), le premier compétiteur à s'élancer est Yeder Zambrano, de la ligue de cyclisme de Arauca. Puis de deux minutes en deux minutes, les concurrents partent un à un[12]. En l'absence de Rigoberto Urán et de Pantano, concentrés sur la course en ligne du dimanche, seul un athlète déjà couronné dans l'effort solitaire en catégorie Élite est présent au départ, Walter Vargas (2016). Il est cependant accompagné de quatre cyclistes titrés dans la catégorie Espoir : Wilson Marentes (2007), Brayan Ramírez (2011), Carlos Mario Ramírez (2014 et 2016) et Julián Cardona (2017). Les frères Edison et Danny Osorio participent également à la compétition[14]. En revanche, pourtant inscrit, Brayan Sánchez ne prend pas le départ[2].

Bien que parti deux minutes après Zambrano, Juan Martín Mesa est le premier à en terminer. Moins de trois minutes plus tard, Daniel Martínez le dépossède du meilleur temps provisoire en réalisant 28 min 48 s. Le concurrent suivant, Egan Bernal retranche six secondes au "chrono" de Martínez. Après cinquante minutes d'attente et le passage des vingt-quatre derniers prétendants, le temps réalisé (28 min 42 s) par le nouveau coureur de l'équipe Sky n'est pas battu. Egan Bernal, dont c'était curieusement le premier contre-la-montre disputé en Colombie, devient le nouveau champion national de l'effort solitaire. Walter Vargas est leur plus proche contradicteur. Il est devancé par Bernal de 31 s. Le vice-champion 2017 Rodrigo Contreras échoue à quatre secondes de Vargas et de la médaille de bronze. Julián Cardona et Sergio Henao, respectivement cinquième et sixième, sont les derniers à ne pas avoir concédé plus d'une minute au vainqueur. Bernal, vainqueur à la moyenne de 52,26 km/h, Martínez et Cardona, tous trois en âge d'être dans la catégorie Espoir, perdent ce "statut" en étant membre d'une UCI WorldTeam[n 1], [2], [14], [15].

La victoire d'Egan Bernal est une surprise pour les observateurs mais également pour lui-même. Après la course, Bernal, récent meilleur jeune du Tour Down Under, déclare que cette victoire est sa première dans cette spécialité. Il en est très content. Avant le départ, son objectif était de perdre le moins de temps possible et surtout de ne pas se faire rattraper par le concurrent parti deux minutes après lui. Alors gagner lui paraît incroyable. Il obtient ainsi le droit de revêtir le maillot national dans chaque contre-la-montre où il prendra le départ durant la saison[16]. Toute la matinée, la pluie a été menaçante et un fort vent contraire a pu affecter, dans la première partie du parcours, les derniers concurrents à s'élancer[14].

4 février : la course en ligne Élite messieursModifier

Sergio Henao confirme son statut de favori et conserve son titre.

La course en ligne se déroule dans la partie orientale de Medellín. Là aussi, le parcours initialement prévu est modifié. Les organisateurs de la course en accord avec le jury des commissaires et les instances municipales apportent plusieurs modifications. Ainsi, le circuit que doivent emprunter les coureurs ne fait plus que 12 km. Il est à parcourir dix-neuf fois pour une distance totale de 228 km. Originellement, il développait 16,7 km et était à emprunter quatorze fois pour un total de 233,8 km. Le départ est prévu à 8h00 (heure locale) du parc principal d'El Poblado (es) (une des communes de Medellín) où a lieu également l'arrivée. La principale difficulté est l'ascension des premiers contreforts de l'Alto de Las Palmas (es) en empruntant l'avenue Las Palmas sur 2,8 km[12]. Alex Cano la voit sélective[13]. Pour Sergio Henao, la montée n'est pas si pentue que cela mais au fur et à mesure des tours, il sera de plus en plus difficile de la franchir. Pour lui, c'est le secteur clé de la course. L'épreuve deviendra de plus en plus dur dans le final et peu de monde sera encore capable de se disputer le titre à l'arrivée[17].

La presse cite trois noms comme grands favoris de l'épreuve, ceux de Sergio Henao, le tenant du titre, de Rigoberto Urán et de Fernando Gaviria. Sur les 145 coureurs inscrits se détachent les membres de formation UCI WorldTeam ou continentales professionnelles comme Fernando Gaviria, Miguel Ángel López, Jarlinson Pantano, Rodolfo Torres, Miguel Flórez et les tridents des équipes Sky (Sebastián Henao, Egan Bernal, vainqueur du contre-la-montre et Sergio Henao) et EF Education First-Drapac (Rigoberto Urán, Julián Cardona et Daniel Martínez). Auxquelles se joignent les équipes de marque les plus importantes du pays et les représentants des ligues départementales de cyclisme[18]. Même si le niveau de la concurrence est élevé, Sergio Henao veut conserver son maillot tricolore. Bien qu'il manquera du rythme de la compétition à la différence de son équipier Egan Bernal, ayant disputé le Tour Down Under, il s'est bien entraîné et ressent de bonnes sensations. Henao cite néanmoins comme favori Fernando Gaviria si la course se termine au sprint, le raidillon pouvant lui convenir. Il place également comme rival sérieux, un autre antioqueño, Rigoberto Urán, épaulé par deux coéquipiers[17]. Cela n'empêche pas Robinson Chalapud, champion national 2015 et tout récent vainqueur de la Clásica de Rionegro, de vouloir terminer sur le podium[19]. Fabio Duarte avoue l'obsession des coureurs colombiens pour le maillot tricolore même si pour sa course de rentrée, manquant de rythme, il fera de son mieux pour atteindre le meilleur résultat possible[20]. Pour Alex Cano, la distance va être déterminante. Inhabituel sur les courses colombiennes, elle favorisera les coureurs qui y sont habitués en Europe[13].

Dès le début, les tentatives de fugue se succèdent. Ainsi dès la première montée, Jonathan Millán, Kristian Yustre et Fernando Orjuela s'échappent. Au quatrième tour, dix coureurs dont Bernardo Suaza, Nicolás Paredes, Edwin Ávila et Carlos Alzate réussissent à creuser un écart important avec le peloton. Quatorze hommes les prennent en chasse. Ce sont finalement vingt-trois coureurs qui forment l'échappée du jour. La présence de quatre hommes de la formation Bicicletas Strongman à l'avant les oblige à prendre la conduite de l'échappée. Au neuvième tour, tandis qu'Ávila a été rapidement repris par le peloton, la fugue avec cinq minutes, atteint son avance maximale. Les membres des équipes UCI WorldTeam prennent leur responsabilité à l'avant du peloton et peu à peu l'écart diminue. La fatigue et la pression du peloton font leur oeuvre, l'échappée perd des hommes et du temps. Au quatorzième tour, ils ne sont plus que vingt en tête avec min 35 s d'avance. Au passage suivant sur la ligne, les échappés se comptent au nombre de quinze. À trois tours de l'arrivée, ils ne sont plus que huit devant, Bernardo Suaza, Yecid Sierra, Wilson Cardona, Nicolás Paredes, Rafael Montiel, Edward Beltrán, Camilo Gómez et Diego Cano avec un peu moins d'une minute d'avance. Un tour plus tard, seul reste en pointe Bernardo Suaza avec une vingtaine de secondes d'avantage. C'est dans ce tour que Sergio Henao choisit d'attaquer. Le peloton, déjà amaigri au fil des kilomètres, se désagrège. Neuf hommes dont Rigoberto Urán et Miguel Ángel López répliquent. Mais Henao insiste avec le renfort d'Óscar Quiroz et de Diego Ochoa. Sous le tintement de la cloche du dernier tour, les trois hommes ont 40 s d'avance sur leurs poursuivants qui ne semblent pas être en mesure de faire la jonction. La dernière ascension est de trop pour Ochoa, dernier contradicteur de Sergio Henao. Celui-ci franchit la ligne en solitaire[21], [22]. Óscar Quiroz, troisième l'année précédente, récolte cette fois la médaille d'argent, en revenant sur Diego Ochoa, qui toutefois décroche le bronze. Soixante-quatre secondes après la consécration de Sergio Henao, Jarlinson Pantano (sous les couleurs de la ligue de Valle del Cauca et non de son équipe Trek-Segafredo) gagne le sprint du peloton et s'octroie la quatrième place[1].

À l'arrivée, Sergio Henao dédie sa victoire à sa femme et à son fils. Il confie « Gagner ici n'a pas été chose facile mais il s'était bien préparé ». Il souligne le travail important d'Egan Bernal et de son cousin Sebastián Henao, tout au long de la journée. « Il ne pouvait les décevoir, dit-il. Voyant le groupe encore nombreux, il se devait d'attaquer de loin pour avoir toutes les chances de l'emporter »[23].

Classements UCIModifier

Catégorie Élite HommesModifier

Ces championnats de Colombie Élite attribuent des points pour le classement mondial de la fédération internationale[24]. Selon le règlement UCI Art 2.10.008[25], les championnats de Colombie sont considérés, pour cette saison, de Catégorie "A" et affectent les points comme suit :

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e
Course en ligne 100 75 60 50 40 30 20 10 5 3 3 1 1 1 1
Contre-la-montre 50 30 20 15 10 5 3 3 1 1 - - - - -
Classement
Position Coureur Équipe Course en ligne Contre-la-montre Total
1er
Sergio Henao Sky
100
5
105
2e
Óscar Quiroz Bicicletas Strongman-Coldeportes
75
75
3e
Diego Ochoa EPM
60
60
4e
Egan Bernal Sky
50
50
-
Jarlinson Pantano Ligue cycliste de Valle del Cauca
50
50
6e
Walter Pedraza GW Shimano-Chaoyang-Envía
40
40
7e
Alexis Camacho Coldeportes-Zenú-Sello Rojo
30
30
-
Daniel Martínez EF Education First-Drapac
30
30
9e
Rigoberto Urán EF Education First-Drapac
20
20
-
Walter Vargas Medellín-Inder
20
20

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. D'où leur présence à ces championnats Élite.

RéférencesModifier

  1. a et b (es) « Le classement officiel de la course en ligne Élite des championnats de Colombie 2018 » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 11 février 2018)
  2. a b et c (es) « Le classement officiel du contre-la-montre Élite des championnats de Colombie 2018 » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 2 février 2018)
  3. (es) « Le classement officiel de la course en ligne Espoir des championnats de Colombie 2018 » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 12 novembre 2018)
  4. a b et c (es) « Les classements officiels des contre-la-montre féminins et Espoir masculins des championnats de Colombie 2018 » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 10 novembre 2018)
  5. a et b (es) « Le classement officiel de la course en ligne féminine des championnats de Colombie 2018 », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 2 février 2019)
  6. (es) « Se anticipa el Campeonato Nacional de Ruta élite 2018 de Medellín », sur www.eltiempo.com, (consulté le 2 février 2018)
  7. (es) « El Campeonato Nacional de ruta 2018 cambió de fecha », sur www.colombiasports.net, (consulté le 2 février 2018)
  8. (es) « Urán encabeza la lista de las estrellas para el Campeonato Nacional de Ruta en Colombia », sur www.estadiodeportivo.com, (consulté le 2 février 2018)
  9. (es) « El Campeonato Nacional de ruta será toda una fiesta para disfrutar », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 2 février 2018)
  10. (es) « Nairo Quintana, baja en los Campeonatos Nacionales de Ruta 2018 », sur www.eltiempo.com, (consulté le 3 février 2018)
  11. (es) « RCN transmitirá en vivo y en directo el Campeonato Nacional de ruta élite 2018 », sur www.federacioncolombianadeciclismo.com, (consulté le 2 février 2018)
  12. a b et c (es) « Recorrido, novedades y orden CRI Campeonato Nacional de ruta élite », sur www.federacioncolombianadeciclismo.com, (consulté le 2 février 2018)
  13. a b et c (es) « Campeonato Nacional de ruta. “Será una contrarreloj muy rápida e interesante”: Alex Cano », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 4 février 2018)
  14. a b et c (es) « Nacional de CRI: En Medellín el ‘joven zipa’ Egan Bernal se consagró como el campeón edición 25 », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 2 février 2018)
  15. (es) « L'ordre de départ du contre-la-montre Élite des championnats de Colombie 2018 », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 2 février 2018)
  16. (es) « Egan fue el más rápido en la CRI de los Nacionales de ruta », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 2 février 2018)
  17. a et b (es) « Henao, rey de la ruta, repite en el trono de los Nacionales », sur www.eltiempo.com, (consulté le 6 février 2018)
  18. (es) « Henao, Gaviria y Urán, favoritos para el Nacional de ruta », sur www.eltiempo.com, (consulté le 4 février 2018)
  19. (es) « Chalapud llega fuerte a disputar el Nacional », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 4 février 2018)
  20. (es) « Noticias breves del pelotón, lire le paragraphe Fabio Duarte: “Estamos obsesionados por obtener el título nacional” », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 4 février 2018)
  21. (es) « Sergio Henao, bicampeón Nacional de Colombia, retiene la “tricolor” », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 5 février 2018)
  22. (es) « Nacional Ruta Élite: Sergio Henao bicampeón colombiano », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 5 février 2018)
  23. (es) « Sergio Luis Henao, bicampeón nacional de ruta », sur www.elespectador.com, (consulté le 6 février 2018)
  24. (es) « Campeonato Nacional De Ruta Elite Medellin Antioquia 2 al 4 de febrero 2018, cf le communiqué n° 3, p. 3 » [PDF], sur www.federacioncolombianadeciclismo.com, (consulté le 5 février 2018)
  25. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre 2 Épreuves sur route, cf Art 2.10.008, Classement final des championnats nationaux, p. 67 » [PDF], sur www.uci.ch, (consulté le 5 février 2018)