Ouvrir le menu principal
Championnat du monde du contre-la-montre
Description de cette image, également commentée ci-après
Généralités
Sport cyclisme sur route
Création 1994
Organisateur(s) Union Cycliste Internationale
Éditions 25 (en 2018)
Type / Format Contre-la-montre
Périodicité annuelle (septembre/octobre)
Statut des participants professionnels

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Australie Rohan Dennis
Plus titré(s) Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
Drapeau : Allemagne Tony Martin
(4 titres)

Le championnat du monde du contre-la-montre est organisé tous les ans dans le cadre des championnats du monde de cyclisme sur route. Introduit en 1994 par l'Union Cycliste Internationale (UCI), l'instance dirigeante du cyclisme mondial, l'événement se compose d'un contre-la-montre individuel sur une distance d'environ 45 kilomètres sur un terrain plat ou vallonné[1]. Les coureurs prennent le départ de l'épreuve séparés par des intervalles de deux minutes et celui qui termine le parcours dans le temps le plus court est désigné vainqueur. Il gagne ainsi le droit de porter le maillot arc-en-ciel sur les épreuves de contre-la-montre individuel (dont les prologues) jusqu'aux mondiaux suivants[2].

Le Suisse Fabian Cancellara (2006, 2007, 2009 et 2010) et l'Allemand Tony Martin (2011, 2012, 2013 et 2016) ont remporté le plus de fois l'épreuve, avec quatre victoires. L'Australien Michael Rogers (2003, 2004 et 2005) a quant à lui remporté trois victoires consécutives[3]. L'Allemand Michael Rich qui a terminé deuxième à trois reprises, est le coureur le plus médaillé à ne jamais avoir remporté l'épreuve, avec un total de quatre médailles. Avec trois médailles de bronze, Cancellara détient également le record de troisièmes places. Avec sept victoires, les cyclistes allemands sont les plus titrés. Ils devancent les cyclistes suisses et leurs cinq titres et les Australiens avec quatre victoires. Le champion du monde actuel est l'Australien Rohan Dennis.

Sommaire

HistoireModifier

 
Le champion du monde 2014 Bradley Wiggins avec le maillot arc-en-ciel.

Jusqu'à la création d'un championnat du monde officiel du contre-la-montre en 1994, le Grand Prix des Nations est considéré par les spécialistes comme un championnat du monde officieux de l'effort solitaire. L'épreuve se disputait sur 70 à 140 kilomètres selon les années et les plus grands champions l'ont remporté. Plus généralement, avant 1994, les cyclistes vainqueurs des épreuves chronométrées des grands tours étaient considérés comme les meilleurs rouleurs du peloton[3].

La première épreuve aux championnats du monde sur route 1994 à Agrigente, en Italie, est remportée par le cycliste britannique Chris Boardman, devant le local Andrea Chiurato. Le vainqueur du Tour de France Miguel Indurain s'adjuge l'épreuve l'année suivante, en battant son compatriote espagnol Abraham Olano de quarante-neuf secondes[4]. Alex Zülle, vainqueur du Tour d'Espagne 1996, gagne le maillot arc-en-ciel dans son pays d'origine, devant Boardman et son compatriote suisse Tony Rominger. L'année suivante, le Français Laurent Jalabert bat l'Ukrainien Serhiy Honchar de trois secondes à Valkenburg[5]. Olano remporte l'épreuve en 1998 devant son compatriote Melchor Mauri par trente-sept secondes[6].

L'Allemand Jan Ullrich gagne l'épreuve en 1999, en battant le coureur suédois Michael Andersson, par quatorze secondes, sur 50,8 kilomètres autour de Trévise[7]. Ullrich ne défend pas son titre aux championnats du monde 2000 à Plouay et Honchar s'empare du titre mondial en son absence, en battant de dix secondes le compatriote d'Ullrich Michael Rich. À l'issue de la course, l'Ukrainien s'est déclaré heureux de remporter l'événement après ses podiums précédents : « Je suis vraiment satisfait, après l'argent et le bronze, j'ai enfin eu mon championnat du monde »[8]. Ullrich revient l'année suivante et récupère le maillot arc-en-ciel, battant David Millar de six secondes à Lisbonne[9]. Ullrich décide une nouvelle fois de ne pas défendre de son titre en 2002, laissant Santiago Botero devenir le premier Colombien à remporter une médaille d'or au championnat du monde[10] . Millar remporte la compétition en 2003, cependant, il perd son titre un an plus tard après avoir été jugé coupable de dopage. Initialement deuxième, Michael Rogers récupère ensuite la victoire[11]. Il devance finalement pour seulement 56 centièmes l'Allemand Uwe Peschel, soit le plus petit écart de l'histoire entre les deux premiers.

Rogers conserve son titre les deux années suivantes, devançant Rich de une minute et douze secondes en 2004[12] et l'Espagnol José Iván Gutiérrez par vingt-trois secondes en 2005[13]. Le règne de Rogers prend fin l'année suivante lorsque le Suisse Fabian Cancellara s'adjuge la victoire à Salzbourg, une minute et dix-huit secondes d'avance sur l'Américain David Zabriskie[14]. Le Suisse défend avec succès son titre en 2007, terminant devant le Hongrois László Bodrogi et le Néerlandais Stef Clement[15]. L'Allemand Bert Grabsch prend la succession de Cancellara, absent de l'événement en 2008 à Varèse, en remportant le titre devant le Canadien Svein Tuft et Zabriskie[16]. Cancellara récupère son titre en 2009 après avoir battu le Suédois Gustav Erik Larsson de l'Allemand Tony Martin à Mendrisio[17] . Il remporte le titre mondial du contre-la-montre pour la quatrième fois l'année suivante, nouveau record. Il devance Millar et Martin respectivement deuxième et troisième. Arrivé avec une forme incertaine, Cancellara déclare à l'arrivée de sa quatrième victoire : « Il s'agit peut-être de la plus difficile de mes victoires parce que je n'étais pas sûr de ma condition physique en arrivant ici. »[18],[19].

Après deux troisièmes places consécutives, Martin s'octroie son premier titre en 2011, en battant Bradley Wiggins et le champion en titre Cancellara par plus d'une minute. Il conserve le maillot arc en ciel, l'année suivante. Cependant, sa marge de victoire a considérablement diminué, puisqu'il bat l'Américain Taylor Phinney de cinq secondes. En 2013, Martin remporte l'épreuve pour la troisième fois consécutive, de nouveau devant Wiggins et Cancellara. Après deux places de deuxième, Wiggins empêche la quatrième victoire consécutive de Martin la saison suivante, en s'adjugeant le titre mondial pour la première fois. Wiggins décide de ne pas défendre son titre en 2015, se concentrant plutôt sur le record de l'heure. En son absence, le titre revient au Biélorusse Vasil Kiryienka, arrivé troisième en 2012. Il devance l'Italien Adriano Malori et Jérôme Coppel qui est le deuxième français à atteindre le podium après le titre de Jalabert en 1997[20].

En 2016, l'Allemand Tony Martin reconquiert largement le titre pour la quatrième fois de sa carrière[21]. Il égale ainsi le record de Cancellara et son nombre de médailles (4 titres et 7 médailles chacun).

PalmarèsModifier

 
Tony Martin avec le maillot arc-en-ciel.
Édition Or Argent Bronze
1994   Chris Boardman   Andrea Chiurato   Jan Ullrich
1995   Miguel Indurain   Abraham Olano   Uwe Peschel
1996   Alex Zülle   Chris Boardman   Tony Rominger
1997   Laurent Jalabert   Serhiy Honchar   Chris Boardman
1998   Abraham Olano   Melchor Mauri   Serhiy Honchar
1999   Jan Ullrich   Michael Andersson   Chris Boardman
2000   Serhiy Honchar   Michael Rich   László Bodrogi[22]
2001   Jan Ullrich   David Millar   Santiago Botero
2002   Santiago Botero   Michael Rich   Igor González de Galdeano
2003   Michael Rogers[23]   Uwe Peschel   Michael Rich
2004   Michael Rogers   Michael Rich   Alexandre Vinokourov
2005   Michael Rogers   José Iván Gutiérrez   Fabian Cancellara
2006   Fabian Cancellara   David Zabriskie   Alexandre Vinokourov
2007   Fabian Cancellara   László Bodrogi[22]   Stef Clement
2008   Bert Grabsch   Svein Tuft   David Zabriskie
2009   Fabian Cancellara   Gustav Larsson   Tony Martin
2010   Fabian Cancellara   David Millar   Tony Martin
2011   Tony Martin   Bradley Wiggins   Fabian Cancellara
2012   Tony Martin   Taylor Phinney   Vasil Kiryienka
2013   Tony Martin   Bradley Wiggins   Fabian Cancellara
2014   Bradley Wiggins   Tony Martin   Tom Dumoulin
2015   Vasil Kiryienka   Adriano Malori   Jérôme Coppel
2016   Tony Martin   Vasil Kiryienka   Jonathan Castroviejo
2017   Tom Dumoulin   Primož Roglič   Christopher Froome
2018   Rohan Dennis   Tom Dumoulin   Victor Campenaerts

StatistiquesModifier

Par coureurModifier

 
Fabian Cancellara revêtu du maillot de champion du monde, lors du Tour de Suisse 2007
# Cycliste Pays       Total
1 Martin, TonyTony Martin   Allemagne 4 1 2 7
2 Cancellara, FabianFabian Cancellara   Suisse 4 0 3 7
3 Rogers, MichaelMichael Rogers   Australie 3 0 0 3
4 Ullrich, JanJan Ullrich   Allemagne 2 0 1 3
5 Wiggins, BradleyBradley Wiggins   Grande-Bretagne 1 2 0 3
6 Boardman, ChrisChris Boardman   Grande-Bretagne 1 1 2 4
7 Dumoulin, TomTom Dumoulin   Pays-Bas 1 1 1 3
Honchar, SerhiySerhiy Honchar   Ukraine 1 1 1 3
Kiryienka, VasilVasil Kiryienka   Biélorussie 1 1 1 3
10 Olano, AbrahamAbraham Olano   Espagne 1 1 0 2

Tableau des médaillesModifier

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1   Allemagne 7 5 5 17
2   Suisse 5 0 4 9
3   Australie 4 0 0 4
4   Grande-Bretagne 2 5 3 10
5   Espagne 2 3 2 7
6   Pays-Bas 1 1 2 4
7   Biélorussie 1 1 1 3
  Ukraine 1 1 1 3
9   Colombie 1 0 1 2
  France 1 0 1 2
11   États-Unis 0 2 1 3
12   Italie 0 2 0 2
  Suède 0 2 0 2
14   Hongrie 0 1 1 2
15   Canada 0 1 0 1
  Slovénie 0 1 0 1
17   Kazakhstan 0 0 2 2
18   Belgique 0 0 1 1
Total 25 25 25 75

Notes et référencesModifier

  1. (en) « UCI Road World Championships – Information for Organisers » [PDF], Union Cycliste Internationale (UCI) (consulté le 17 janvier 2016), p. 8
  2. (en) « UCI Road World Championships – The magical rainbow jersey », Union Cycliste Internationale (UCI), (consulté le 17 janvier 2016)
  3. a et b (en) « Championnats du Monde Route UCI : les maîtres de l'effort solitaire », Union Cycliste Internationale (UCI), (consulté le 29 décembre 2015)
  4. (en) « World Championships – ITT (43km) 4 Oct 95 », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « World Road Cycling Championships, San Sebastian », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Elite Men's Individual Time Trial, 43.5 kms », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Tim Maloney, « Jan the Man comes through », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Tim Maloney, « Hontchar Honch against the watch; Olano bombs again », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Tim Maloney, « Ullrich surges to Elite TT victory », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Jeff Jones, « Botero gives Colombia its first World title », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Millar banned for two years », BBC Sport,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Tim Maloney, « Mick makes it real this time », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Shane Stokes et Herman Alvarez Macias, « Three for Rogers », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Hedwig Kröner, « Fabian the superman », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Gregor Brown, « Cancellara reigns as World Champion », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Susan Westemayer, « Grabsch grabs title », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  17. (en) « Time Trial Men Elite Results » [archive du ], Union Cycliste Internationale (UCI),
  18. Fabian Cancellara s'offre un 4e titre mondial sur swissinfo.ch
  19. (en) « Fabian Cancellara beats David Millar to time trial gold », BBC Sport,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « Kiryienka wins individual time trial World Championship », Cycling News,‎ (lire en ligne)
  21. L'Allemand Tony Martin remporte son quatrième titre mondial du contre-la-montre
  22. a et b László Bodrogi a obtenu la nationalité française en 2009.
  23. En 2003, David Millar fut initialement sacré champion du monde. Mais, quelques mois après, il avoua s'être dopé à l'EPO pour cette course et fut disqualifié. Michael Rogers fut sacré champion du monde 2003 peu de temps avant le départ des championnats du monde de 2004.

Voir aussiModifier