Ouvrir le menu principal

Championnat du monde de basket-ball masculin 2002

compétition de basket_ball
XIVe Championnat du Monde
Description de l'image Logo wmm.gif.
Généralités
Sport basket-ball
Lieu(x) Indianapolis (États-Unis)
Date
Participants 16

Palmarès
Vainqueur Drapeau : République fédérale de Yougoslavie Yougoslavie
Finaliste Drapeau : Argentine Argentine
Troisième Drapeau : Allemagne Allemagne
Meilleur joueur Drapeau : Allemagne Dirk Nowitzki

Navigation

Le Championnat du monde masculin de basket-ball 2002 s'est déroulé aux États-Unis à Indianapolis du 29 août au 8 septembre.

Il est surtout connu pour la première défaite de l'équipe américaine depuis le retour des professionnels de la NBA lors d'une grande compétition internationale (face à l'Argentine, puis à nouveau face à la Yougoslavie et à l'Espagne), et ce à domicile de surcroît.

RécitModifier

Ce championnat du monde, dix ans après les Jeux olympiques de Barcelone, est le dernier pour lequel fut employé le nom de Dream Team pour l'équipe américaine. La raison en est que, pour la première fois depuis l'envoi de professionnels de la NBA, les États-Unis connaissent la défaite, qui plus est à domicile, et n'accrochent même pas le podium.

Ce championnat marque également l'avènement du phénomène argentin et consacre la (re)naissance de l'équipe de Yougoslavie qui, bien qu'elle ait conservé officiellement ce nom jusqu'en 2003, se résume en fait, depuis 2001, à la Serbie-et-Monténégro, ce qui ne l'a pas empêché de remporter le championnat d'Europe 2001.

Au début de la compétition, l'équipe américaine, composée de joueurs de NBA, apparaît comme le grand favori. « La seule question est de savoir si une équipe est capable de perdre de moins de dix points contre les États-Unis » écrit Mitch Lawrence dans les colonnes du New York Daily News peu de temps avant l'événement[1]. Il est vrai que l'équipe comptait dans ses rangs des All-Stars comme Baron Davis, Andre Miller, Paul Pierce, Michael Finley, Shawn Marion, Jermaine O'Neal, Elton Brand, Ben Wallace ou le vétéran Reggie Miller encadrés par George Karl[2].Il fallait certes déplorer les absences de Tim Duncan, Kobe Bryant, Shaquille O'Neal, Kevin Garnett, mais l'équipe avait quand même belle allure. En revanche, la préparation était fort courte et si le collectif n'a pas toujours été le point fort de l'équipe américaine, les deux matches amicaux prévus et les treize jours de préparation étaient insuffisants. Les États-Unis disposent sans problème de la Chine (84-54) et l'emportent au finish (91-73) contre l'Allemagne.

Durant la compétition, l'équipe américaine termine premier de son groupe, l'Algérie ne posant pas de problème (110-60), victoire plus difficile contre l'Allemagne (104-87), puis la Chine (84-65)[3]. L'Espagne crée une petite surprise en battant les Yougoslaves et sort en tête. Le Brésil et l'Argentine finissent également en tête de leur poule

Au second tour, les Américains disposent d'une Russie affaiblie par le forfait d'Andrei Kirilenko (106-82), puis sans frayeur des surprenants Néo-Zélandais (110-62). Le dernier match de la seconde phase, le 4 septembre, est en revanche historique puisque l'équipe d'Argentine l'emporte (87-80), en déployant un jeu collectif des plus aboutis dans lequel émerge la figure connue du Kinder Bologne Emanuel Ginobili.

Cette victoire n'oblitérait pas les chances de titre de la Dream Team, mais la forçait à affronter dès les quarts de finale l'équipe de Yougoslavie. C'était le match que tout le monde attendait : Vlade Divac, le mythique pivot serbe, avait mis entre parenthèses sa retraite internationale dans le seul but d'aider son équipe à infliger leur première défaite aux États-Unis. L'Argentine les a privés de cette première fois, mais c'est aux Yougoslaves qu'est revenu le privilège d'éliminer la Dream Team de la course au titre. Le début de partie permit à Vlade Divac de s'illustrer (16 points avant la pause), mais les locaux réagissent, avant que Milan Gurović ne leur redonne l’avantage en fin de match pour l'emporter 81-78.

Les 1/2 finales réunissent donc l'Allemagne, emmenée par Dirk Nowitzki, l'Argentine, étincelante depuis le début, la Nouvelle-Zélande, emmenée par un Pero Cameron sensationnel, et la Yougoslavie.

Les Américains sont humiliés et contraints de disputer les matches de classement. Ils battent sans gloire Porto Rico, mais connaissent une ultime défaite contre les Espagnols, dans un match qui illustre la pauvreté collective de l'équipe et au cours duquel des stars expérimentées comme Reggie Miller font des erreurs de débutants (reprise de dribble). Cette infamante sixième place amènera l'équipe américaine à changer son mode de préparation. "A mon avis, il faudrait réfléchir au mode de préparation, réunir les joueurs plus tôt, les faire travailler ensemble plus longtemps, les faire disputer davantage de matches amicaux selon les règles FIBA avec des arbitres internationaux"[4].

Malgré les efforts de Dirk Nowitzki, l'Allemagne ne peut empêcher l'Argentine de rejoindre en finale les Yougoslaves qui ont disposé avec moins de frayeurs de la Nouvelle-Zélande. Les Allemands se consolent en remportant aisément la médaille de bronze face aux Néo-Zélandais (117-94). La finale est très indécise et reste comme un des plus beaux matches de l'histoire du jeu. Elle se solde néanmoins sur une décision très controversée de l'arbitrage qui, à moins d'une seconde de la fin, ne siffle pas une faute évidente de Marko Jaric sur l'arrière argentin Hugo Sconochini lors de la dernière possession offensive des Sud-américains, alors que le match était à égalité 75-75. Cette décision permet aux Yougoslaves de disputer une prolongation qu'ils remporteront finalement par 84-77 pour conclure ce championnat du monde. Ce sera la seule défaite de l'Argentine du tournoi.

Avec cette victoire, la Yougoslavie remporte son 5e titre mondial. Dirk Nowitzki est élu MVP de la compétition.

Couverture médiatiqueModifier

La couverture de l'évènement est en retrait par rapport à la précédente édition. Ainsi, 1 200 media provenant de 52 pays sont accrédités, contre 1 400 pour 51 pays en 1998. La couverture est comparable à celle de 1994 qui comptait 1 150 media accredités pour 49 pays[5].

Équipes participantes et groupesModifier

 
Répartition des équipes qualifiées
Groupe A :   Angola,   Canada,   Espagne,   Yougoslavie
Groupe B :   Brésil,   Liban,   Porto Rico,   Turquie
Groupe C :   Algérie,   Allemagne,   Chine,   États-Unis
Groupe D :   Argentine,   Nouvelle-Zélande,   Russie,   Venezuela

Les trois premiers de chaque groupe se qualifient pour le 2e tour. Ils y rencontrent 3 autres équipes issues d'un même groupe. Les résultats du premier tour entre ses équipes qualifiées comptent pour le classement final des groupes du 2e tour. À l'issue de ce deuxième tour, les 4 premiers de chaque groupe disputent des quarts de finale croisés.

Premier tourModifier

Groupe AModifier

Rang Équipe Pts J G P Pp Pc Diff Résultats (dom.\ext.)        
1   Espagne 6 3 3 0 244 178 66   Espagne 71-69 88-55 85-54
2   Yougoslavie 5 3 2 1 269 205 64   Yougoslavie 69-71 113-63 87-71
3   Angola 4 3 1 2 202 275 -73   Angola 55-88 63-113 84-74
4   Canada 3 3 0 3 199 256 -57   Canada 54-85 71-87 74-84

Groupe BModifier

Rang Équipe Pts J G P Pp Pc Diff Résultats (dom.\ext.)        
1   Brésil 6 3 3 0 280 245 35   Brésil 90-86 88-86 102-73
2   Porto Rico 5 3 2 1 263 242 21   Porto Rico 86-90 78-75 99-77
3   Turquie 4 3 1 2 268 246 22   Turquie 86-88 75-78 107-80
4   Liban 3 3 0 3 230 308 -78   Liban 73-102 77-99 80-107

Groupe CModifier

Rang Équipe Pts J G P Pp Pc Diff Résultats (dom.\ext.)        
1   États-Unis 6 3 3 0 298 212 86   États-Unis 104-87 84-65 110-60
2   Allemagne 5 3 2 1 277 250 27   Allemagne 87-104 88-76 102-70
3   Chine 4 3 1 2 237 254 -17   Chine 65-84 76-88 96-82
4   Algérie 3 3 0 3 212 308 -96   Algérie 60-110 70-102 82-96

Groupe DModifier

Rang Équipe Pts J G P Pp Pc Diff Résultats (dom.\ext.)        
1   Argentine 6 3 3 0 319 238 81   Argentine 112-85 100-81 107-72
2   Nouvelle-Zélande 5 3 2 1 273 278 -5   Nouvelle-Zélande 85-112 90-81 98-85
3   Russie 4 3 1 2 248 259 -11   Russie 81-100 81-90 86-69
4   Venezuela 3 3 0 3 226 291 -65   Venezuela 72-107 85-98 69-86

Deuxième tourModifier

Groupe EModifier

Rang Équipe Pts J G P Pp Pc Diff Résultats (dom.\ext.)            
1   Porto Rico 11 6 5 1 510 477 33   Porto Rico 73-65 85-83 86-90 78-75 89-87
2   Espagne 11 6 5 1 480 382 98   Espagne 65-73 71-69 84-67 87-64 88-55
3   Yougoslavie 10 6 4 2 552 437 115   Yougoslavie 83-85 69-71 90-69 110-78 113-63
4   Brésil 10 6 4 2 502 502 0   Brésil 90-86 67-84 69-90 88-86 86-83
5   Turquie 8 6 2 4 496 509 -13   Turquie 75-78 64-87 78-110 86-88 86-66
6   Angola 7 6 1 5 438 536 -98   Angola 87-89 55-88 63-113 83-86 66-86

Groupe FModifier

Rang Équipe Pts J G P Pp Pc Diff Résultats (dom.\ext.)            
1   Argentine 12 6 6 0 587 466 121   Argentine 87-80 86-77 112-85 100-81 95-71
2   États-Unis 11 6 5 1 594 443 151   États-Unis 80-87 104-87 110-62 106-82 84-65
3   Allemagne 10 6 4 2 541 485 56   Allemagne 77-86 87-104 84-64 103-85 88-76
4   Nouvelle-Zélande 9 6 3 3 493 560 -67   Nouvelle-Zélande 85-112 62-110 64-84 90-81 94-88
5   Russie 8 6 2 4 510 536 -26   Russie 81-100 82-106 85-103 81-90 95-68
6   Chine 7 6 1 5 464 538 -74   Chine 71-95 65-84 76-88 88-94 68-95

Matches de classement (13 à 16)Modifier

()

Canada - Liban : 91 - 67
Venezuela - Algérie : 98 - 83

Classement 15/16Modifier

()

Liban - Algérie : 70 - 100

Classement 13/14Modifier

()

Canada - Venezuela : 98 - 97

Matches de classement (9 à 12)Modifier

()

Angola - Russie : 66 - 77
Turquie - Chine : 94 - 86

Classement 11/12Modifier

()

Chine - Angola : 84 - 96

Classement 9/10Modifier

()

Russie - Turquie : 86 - 91

Tableau finalModifier

Quarts de finale Demi-finales Finale
 6 septembre, Indianapolis      7 septembre, Indianapolis      8 septembre, Indianapolis
   Espagne  62
   Allemagne  70  
   Argentine  86
 6 septembre, Indianapolis
     Allemagne  80  
   Brésil  67
   Argentine  78  
   Argentine  77
 6 septembre, Indianapolis
     Yougoslavie  84
   Porto Rico  63
 7 septembre, Indianapolis
   Nouvelle-Zélande  65  
   Nouvelle-Zélande  78
 6 septembre, Indianapolis Troisième place
     Yougoslavie  89  
   États-Unis  78  8 septembre, Indianapolis
   Yougoslavie  81      Nouvelle-Zélande  94
   Allemagne  117

Matches de classement (5 à 8)Modifier

()

Brésil - Espagne : 89 - 105
Porto Rico - États-Unis : 74 - 84

Classement 7/8Modifier

()

Brésil - Porto Rico : 84 - 91

Classement 5/6Modifier

()

États-Unis - Espagne : 75 - 81

Classement finalModifier

StatistiquesModifier

SourcesModifier