Ouvrir le menu principal

Championnat du monde de Formule 1 1959

compétition de sport automobile
Championnat du monde de Formule 1 1959
Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 10e
Nombre de manches 9 Grands Prix
Site web officiel www.fia.com
www.formula1.com
Palmarès
Champion pilote Drapeau de l'Australie Jack Brabham
Champion constructeur Drapeau du Royaume-Uni Cooper

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1959 a été remporté par l'Australien Jack Brabham sur une Cooper-Climax. La marque britannique Cooper a remporté le championnat du monde des constructeurs.

Règlement sportifModifier

  • Seuls les cinq meilleurs résultats sont retenus.
  • L'attribution des points s'effectue selon le barème 8, 6, 4, 3, 2, avec 1 point pour l'auteur du meilleur tour en course.

Règlement techniqueModifier

  • Moteurs atmosphériques : 2 500 cm³
  • Moteurs suralimentés : 750 cm3

Principaux engagésModifier

Les cartes du championnat sont complètement redistribuées avec le retrait de Vanwall. L'équipe la plus concernée par les grandes manœuvres hivernales est la Scuderia Ferrari, obligée de reconstruire son équipe de pilotes après les drames de 1958. Ferrari fait désormais confiance à Phil Hill, décisif dans son rôle de joker à la fin de la saison précédente, ainsi qu'à deux nouvelles recrues, l'Anglais Tony Brooks ex-Vanwall et le Français Jean Behra en provenance de BRM. Pour compléter ce trio, la Scuderia a également engagé le Britannique Cliff Allison, vu chez Lotus l'année précédente.

La principale opposition à Ferrari est attendue du côté de chez Cooper où le moteur Climax-arrière a été porté à 2,5 litres. Aux côtés de l'équipe officielle où figurent Jack Brabham et Bruce McLaren), l'équipe privée de Rob Walker est très surveillée, d'autant plus que Stirling Moss a été engagé. Enfin BRM, où le Suédois Joakim Bonnier a été choisi pour remplacer Jean Behra aux côtés d'Harry Schell, monte en puissance.

Liste complète des écuries et pilotes (hors Indianapolis) ayant couru dans le championnat 1959 de Formule 1 organisé par la FIA.

Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus Pilotes Courses
  Porsche KG Porsche Behra
718
Porsche 547/3 1.5 Flat-4 D   Maria Teresa De Filippis 1
  Wolfgang von Trips 1, 6
  Écurie nationale belge Cooper T51 Climax FPF 1.5 L4 D   Lucien Bianchi 1
  Alain de Changy 1
  Jean Lucienbonnet Cooper T45 Climax FPF 1.5 L4 D   Jean Lucienbonnet 1
  Owen Racing Organisation BRM P25 BRM P25 2.5 L4 D   Harry Schell 1, 3-8
  Joakim Bonnier 1, 3-8
  Ron Flockhart 1, 4-5, 7-8
  Cooper Car Company Cooper T51 Climax FPF 2.5 L4 D   Bruce McLaren 1, 4-9
  Jack Brabham 1, 3-9
  Masten Gregory 1, 3-7
  Giorgio Scarlatti 8
  Rob Walker Racing Team Cooper T51 Climax FPF 2.5 L4 D   Stirling Moss 1, 3, 6-9
  Maurice Trintignant 1, 3-9
  British Racing Partnership Cooper
BRM
T51
P25
Climax FPF 1.5 L4
BRM P25 2.5 L4
Borgward 1500 RS 1.5 L4
D   Ivor Bueb 1, 5
  Stirling Moss 4, 5
  Chris Bristow 5
  Hans Herrmann 6
  High Efficiency Motors Cooper T45 Maserati 250S 2.5 L4
Climax FPF 2.5 L4
D   Roy Salvadori 1, 4, 9
  Jack Fairman 5, 8
  Team Lotus Lotus 16 Climax FPF 2.5 L4 D   Graham Hill 1, 3-8
  Pete Lovely 1
  Innes Ireland 3-4, 6-9
  Alan Stacey 5, 9
  John Fisher Lotus 16 Climax FPF 1.5 L4 D   Bruce Halford 1
  Scuderia Ferrari Ferrari 246
156
Ferrari 155 2.4 V6
Ferrari D156 1.5 V6
D   Jean Behra 1, 3-4
  Phil Hill 1, 3-4, 6-9
  Tony Brooks 1, 3-4, 6-9
  Cliff Allison 1, 3, 6, 8-9
  Olivier Gendebien 4, 8
  Dan Gurney 4, 6-8
  Wolfgang von Trips 9
  Scuderia Ugolini Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   Giorgio Scarlatti 1, 4
  Carel Godin de Beaufort 4
  Giulio Cabianca 8
  Monte Carlo Auto Sport Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   André Testut 1
  David Brown Corporation Aston Martin DBR4 Aston Martin RB6 2.5 L6 A   Roy Salvadori 3, 5, 7-8
  Carroll Shelby 3, 5, 7-8
  Écurie Maarsbergen Porsche RSK Porsche 547/3 1.5 Flat-4 D   Carel Godin de Beaufort 3
  Scuderia Centro Sud (en) Cooper
Maserati
T51
250F
Maserati 250S 2.5 L4
Maserati 250F1 2.5 L6
D   Ian Burgess 4-6, 8
  Colin Davis 4, 8
  Asdrúbal Fontes Bayardo 4
  Fritz d'Orey 4-5
  Hans Herrmann 5
  Mario de Araujo Cabral 7
  Vandervell Products Ltd Vanwall VW 59 Vanwall 254 2.5 L4 D   Tony Brooks 5
  Brian Naylor JBW 59 Maserati 250S 2.5 L4 D   Brian Naylor 5
  Ace Garage Cooper T51 Climax FPF 1.5 L4 D   Trevor Taylor 5
  Équipe Alan Brown Cooper T45 Climax FPF 1.5 L4 D   Mike Taylor 5
  Peter Ashdown 5
  Gilby Engineering Cooper T45 Climax FPF 1.5 L4 D   Keith Greene 5
  United Racing Stable Cooper T51 Climax FPF 1.5 L4 D   Bill Moss 5
  Reg Parnell Cooper T51
T45
Climax FPF 1.5 L4 D   Henry Taylor 5
  Tim Parnell 5
  David Fry Fry F2 Climax FPF 1.5 L4 D   Mike Parkes 5
  Dennis Taylor Lotus 12 Climax FPF 1.5 L4 D   Dennis Taylor 5
  Dorchester Service Station Lotus 16 Climax FPF 1.5 L4 D   David Piper 5
  Jean Behra Porsche Behra Porsche 547/3 1.5 Flat-4 D   Jean Behra 6
  Leader Cards Inc. Kurtis Kraft Midget Offenhauser 4.5 L4 ?   Rodger Ward 9
  OSCA Automobili Cooper T43 O.S.C.A. 2.0 L4 D   Alejandro de Tomaso 9
  Camoradi International Tec Mec F415 Maserati 250F1 2.5 L6 D   Fritz d'Orey 9
  Mike Taylor Cooper T51 Climax FPF 2.5 L4 D   George Constantine 9
  Blanchard Automobile Co Porsche RSK Porsche 547/3 1.5 Flat-4 ?   Harry Blanchard 9
  Paul Emery Paul Emery Connaught Cars Connaught C Alta GP 2.5 L4 D   Bob Said 9
  Écurie Bleue Cooper T51 Climax FPF 2.5 L4 D   Harry Schell 9
  Phil Cade Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   Phil Cade 9

Résumé du championnat du monde 1959Modifier

Moss malchanceux, Brabham s'échappe
Très attendues sur le tourniquet monégasque, les agiles petites Cooper à moteur arrière ne déçoivent pas. Si Stirling Moss domine la majeure partie de la course sur sa monoplace privée, force reste à la voiture officielle de Jack Brabham qui profite d'une rupture de boîte de vitesses de l'Anglais pour s'imposer.

À Zandvoort, Joakim Bonnier crée la sensation en imposant sa BRM devant une meute de Cooper menée par Brabham qui prend le large au championnat. Le malchanceux du jour est Stirling Moss, contraint à l'abandon alors qu'il semblait avoir pris la mesure de Bonnier. Dépité, Moss claque la porte de l'écurie de Rob Walker pour rejoindre l'écurie BRP de son père qui aligne une BRM privée.

Brooks sonne le réveil de Ferrari
En France, les Ferrari retrouvent des couleurs, Brooks l'emportant devant Phil Hill. Mais tout ne se passe pas dans la plus grande sérénité, comme le prouve en fin de course la vive altercation (on parlera de coups échangés) entre Jean Behra et son directeur sportif. Licencié, Behra est remplacé par Dan Gurney et trouvera la mort un mois plus tard sur le circuit de l'AVUS au volant d'une Porsche catégorie Voiture de Sport, en lever de rideau du Grand Prix d'Allemagne.

La Scuderia Ferrari, officiellement bloquée par des mouvements syndicaux en Italie, n'a pu faire le déplacement au Grand Prix de Grande-Bretagne. En lutte pour le titre mondial, Tony Brooks s'aligne alors au volant d'une Vanwall pour défendre ses chances. Mais, sur une voiture dépassée, il ne peut rien faire pour empêcher la victoire de Brabham qui prend ainsi une sérieuse option sur le titre.

Sur le tracé de l'AVUS, Brooks, comme à Reims, met à profit la puissance de sa Ferrari pour l'emporter. Les Américains Hill et Gurney complètent le podium pour un triplé Ferrari. Comme Brabham a dû renoncer, son duel avec Brooks est relancé.

Retour tardif de Moss, le titre pour Brabham
Ce duel est perturbé lors des deux Grand Prix suivants par Stirling Moss, de retour sur la Cooper de Rob Walker après sa décevante expérience sur la BRM du BRP. Avec deux victoires consécutives, Moss se positionne désormais comme le plus sérieux rival de Brabham à la veille de l'ultime Grand Prix de la saison à Sebring.

La lutte à trois n'aura jamais véritablement lieu. Moss, contraint à l'abandon dès le début de course et Brooks rapidement retardé par une touchette laissent Brabham se glisser jusqu'à l'arrivée et décrocher le titre. Une panne d'essence dans les derniers mètres (Brabham doit pousser sa voiture pour franchir la ligne) n'y changera rien.

Grands Prix de la saison 1959Modifier

Classement des pilotesModifier

Classement Pilote Pays Voiture Nombre
de points
1er Jack Brabham   Australie Cooper-Climax 31 (34)
2e Tony Brooks   Royaume-Uni Ferrari 27
3e Stirling Moss   Royaume-Uni Cooper-Climax 25,5
4e Phil Hill   États-Unis Ferrari 20
5e Maurice Trintignant   France Cooper-Climax 19
6e Bruce McLaren   Nouvelle-Zélande Cooper-Climax 16,5
7e Dan Gurney   États-Unis Ferrari 13
8e Joakim Bonnier   Suède BRM 10
9e Masten Gregory   États-Unis Cooper-Climax 10
10e Rodger Ward   États-Unis Watson-Offenhauser 8
11e Jim Rathmann   États-Unis Watson-Offenhauser 6
12e Johnny Thomson   États-Unis Lesovsky-Offenhauser 5
13e Harry Schell   États-Unis BRM 5
14e Innes Ireland   Royaume-Uni Lotus-Climax 5
15e Olivier Gendebien   Belgique Ferrari 3
16e Tony Bettenhausen   États-Unis Epperly-Offenhauser 3
17e Cliff Allison   Royaume-Uni Ferrari 2
18e Paul Goldsmith   États-Unis Epperly-Offenhauser 2
19e Jean Behra   France Ferrari 2


Classement des constructeursModifier

Les 500 Miles d’Indianapolis ne sont pas pris en compte au championnat du monde des constructeurs.

Classement Pays Voiture Nombre
de points
1er   Royaume-Uni Cooper-Climax 40
2e   Italie Ferrari 32
3e   Royaume-Uni BRM 18
4e   Royaume-Uni Lotus-Climax 5


Liste des Grands Prix disputés cette saison ne comptant pas pour le championnat du monde de Formule 1Modifier