Ouvrir le menu principal

Championnat du monde de Formule 1 1958

compétition de sport automobile
Championnat du monde de Formule 1 1958
Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 9e
Nombre de manches 11 Grands Prix
Site web officiel www.fia.com
www.formula1.com
Palmarès
Champion pilote Drapeau du Royaume-Uni Mike Hawthorn
Champion constructeur Drapeau du Royaume-Uni Vanwall

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1958 a été remporté par le Britannique Mike Hawthorn sur Ferrari. La marque britannique Vanwall a remporté le premier championnat du monde des constructeurs.

Règlement sportifModifier

  • Seuls les six meilleurs résultats sont retenus.
  • L'attribution des points s'effectue selon le barème 8, 6, 4, 3, 2, avec 1 point pour l'auteur du meilleur tour en course.
  • Les pilotes qui changent de voiture en cours d'épreuve ne peuvent pas marquer de points.
  • Création du championnat constructeur, appelé « Coupe des constructeurs ». Les 500 miles d’Indianapolis ne sont pas pris en compte au championnat du monde des constructeurs.
  • La distance des courses est ramenée de 500 à 300 km et 2 heures au maximum.

Règlement techniqueModifier

  • Moteurs atmosphériques : 2 500 cm³
  • Moteurs suralimentés : 750 cm3

Principaux engagésModifier

Liste complète des écuries et pilotes (hors Indianapolis) ayant couru dans le championnat 1958 de Formule 1 organisé par la FIA.

Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus Pilotes Courses
  Scuderia Sud Americana Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Juan Manuel Fangio 1
  Carlos Menditeguy 1
  Ken Kavanagh Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Jean Behra 1
  Luigi Taramazzo 2
  Ken Kavanagh 2, 5
  Joakim Bonnier Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Harry Schell 1
  Jo Bonnier 2-3, 5-7, 9
  Phil Hill 6
  Giulio Cabianca 10
  Hans Herrmann 10-11
  Paco Godia Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Paco Godia 1-2, 5-6
  Horace Gould Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   Horace Gould 1-3
  Rob Walker Racing Team Cooper T43
T45
Climax FPF 2.0 L4 C
D
  Stirling Moss 1
  Maurice Trintignant 2-3, 7-11
  Ron Flockhart 2
  Scuderia Ferrari Ferrari 246 Ferrari 143 2.4 V6 E   Luigi Musso 1-3, 5-6
  Peter Collins 1-3, 5-8
  Mike Hawthorn 1-3, 5-11
  Wolfgang von Trips 2, 6-10
  Olivier Gendebien 5, 10-11
  Phil Hill 10-11
156 Ferrari D156 1.5 V6 E   Phil Hill 8
  Owen Racing Organisation BRM P25 BRM P25 2.5 L4 D   Jean Behra 2-3, 5-11
  Harry Schell 2-3, 5-11
  Maurice Trintignant 6
  Joakim Bonnier 10-11
  Ron Flockhart 11
  Bernie Ecclestone Connaught B Alta GP 2.5 L4 A   Bernie Ecclestone 2
  Bruce Kessler 2
  Paul Emery 2
  Jack Fairman 7
  Ivor Bueb 7
  Cooper Car Company Cooper T45
T44
Climax FPF 2.0 L4 D   Jack Brabham 2-3, 5-7, 9-10
  Roy Salvadori 2-3, 5-11
  Ian Burgess 7
  Jack Fairman 11
T45
T43
Climax FPF 1.5 L4 D   Bruce McLaren 8, 11
  Jack Brabham 8, 11
  André Guelfi 11
  François Picard 11
  Tom Bridger 11
  Robert La Caze 11
  Team Lotus Lotus 12
16
Climax FPF 2.0 L4
Climax FPF 2.2 L4
D   Cliff Allison 2-3, 5-8, 10-11
  Graham Hill 2-3, 5-7, 9-11
  Alan Stacey 7
16 Climax FPF 1.5 L4 D   Graham Hill 8
  Vandervell Products Ltd Vanwall VW 5 Vanwall 254 2.5 L4 D   Stirling Moss 2-3, 5-11
  Tony Brooks 2-3, 5-11
  Stuart Lewis-Evans 2-3, 5-7, 9-11
  Maria Teresa De Filippis Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Maria Teresa De Filippis 2, 5, 9-10
  Giorgio Scarlatti Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Giorgio Scarlatti 2-3
  Scuderia Centro Sud (en) Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Gerino Gerini 2, 6-7, 10-11
  Masten Gregory 3, 5, 10
  Maurice Trintignant 5
  Wolfgang Seidel 5, 11
  Carroll Shelby 6-7, 10
  Troy Ruttman 6, 8
  Joakim Bonnier 8
  Hans Herrmann 8
  Cliff Allison 9
Cooper T43 Climax FPF 1.5 L4 D   Wolfgang Seidel 8
  OSCA Automobili O.S.C.A. F2 O.S.C.A. 372 1.5 L4 P   Giulio Cabianca 2
  Luigi Piotti 2
  Louis Chiron Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Louis Chiron 2
  André Testut Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   André Testut 2
  Écurie Maarsbergen Porsche RSK Porsche 547/3 1.5 Flat-4 D   Carel Godin de Beaufort 3
RS550 Porsche 547/3 1.5 Flat-4 D   Carel Godin de Beaufort 8
  Juan Manuel Fangio Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Juan Manuel Fangio 6
  Dick Gibson Cooper T43 Climax FPF 1.5 L4 D   Dick Gibson 8
  Porsche KG Porsche RSK Porsche 547/3 1.5 Flat-4 ?   Edgar Barth 8
  High Efficiency Motors Cooper T43 Climax FPF 1.5 L4 D   Ian Burgess 8
  Écurie Eperon d'Or Cooper T43 Climax FPF 1.5 L4 D   Christian Goethals 8
  Écurie Demi Litre Lotus 12 Climax FPF 1.5 L4 D   Ivor Bueb 8
  Brian Naylor Cooper T45 Climax FPF 1.5 L4 D   Brian Naylor 8
  Tony Marsh Cooper T45 Climax FPF 1.5 L4 D   Tony Marsh 8
  Temple Buell Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Carroll Shelby 9
  Masten Gregory 11

Résumé du championnat du monde 1958Modifier

Premières victoires de Cooper: en arrière toutes
Afin de protester contre le manque de temps pour se préparer à la nouvelle réglementation sur les carburants, les équipes officielles britanniques boycottent le Grand Prix d'Argentine organisé comme d'habitude au mois de janvier. Le plateau est limité aux Ferrari et à une cohorte de Maserati privées parmi lesquelles on retrouve Juan Manuel Fangio. La victoire revient à Stirling Moss sur la Cooper-Climax de l'écurie privée de Rob Walker. Laissé libre par Vanwall de défendre ses chances au championnat, Moss s'impose devant l'armada Ferrari emmenée par Luigi Musso. C'est la première victoire dans le championnat du monde d'une voiture à moteur arrière.

À Monaco au mois de mai, les écuries britanniques sont de retour et Moss a cédé le volant de la Cooper de Rob Walker à Maurice Trintignant qui s'impose au nez et à la barbe de toutes les monoplaces d'usine. Piégé à deux reprises par l'étonnante petite voiture britannique, Luigi Musso n'en prend pas moins les commandes du championnat.

Le panache de Moss, la régularité d'Hawthorn
À Zandvoort, Moss sur Vanwall remporte la course en profitant des prestations anonymes des Ferrari. Il reprend la tête du championnat à Musso. En Belgique, Tony Brooks impose la Vanwall. Le Grand Prix de France marque le retour en forme des Ferrari avec la victoire de Hawthorn. Le succès de la Scuderia est endeuillé par l'accident mortel de Luigi Musso, parti à la faute en essayant de doubler un attardé sans perdre de temps sur Hawthorn. Juan-Manuel Fangio prend le départ sur une Maserati mais, accablé de problèmes, le champion argentin accroche une quatrième place méritoire avant d'annoncer sa retraite.

Ferrari confirme quinze jours plus tard en Angleterre avec la victoire de Peter Collins. Hawthorn, deuxième, prend le large au championnat. Le duel Ferrari-Vanwall se poursuit en Allemagne. En raison du retrait prématuré de Moss, Brooks est chargé de défendre les couleurs de Vanwall. Mal parti, il revient sur Hawthorn et Collins avant de les doubler puis de prendre le large. Derrière lui, un nouveau drame se joue avec l'accident mortel de Peter Collins. En trois courses la Scuderia a perdu deux de ses leaders.

Terriblement diminuée, Ferrari sauve les meubles au championnat lors du Grand Prix du Portugal puisque, malgré la victoire de Moss, Hawthorn ne concède qu'un seul point à son compatriote et conserve la tête du championnat. Sa seconde place doit grandement au fair-play de son adversaire puisque Hawthorn avait été déclassé par les commissaires avant que Moss ne témoigne en sa faveur et n'infléchisse le verdict. La situation est encore plus favorable pour Hawthorn à l'issue du Grand Prix d'Italie qu'il termine deuxième alors que Moss a renoncé.

Si Hawthorn doit commencer à retrancher ses moins bons résultats (il a déjà terminé à sept reprises dans les points), une seconde place lui suffit au Maroc pour être titré en cas de victoire de Moss. Moss remplit sa part du contrat en s'imposant et Hawthorn, seulement troisième, se voit offrir la deuxième place, synonyme de titre, par Phil Hill nouveau venu au sein de la Scuderia. Pour la troisième fois de la saison la Formule 1 est endeuillée car, sur la troisième Vanwall, Stuart Lewis-Evans accidenté, décèdera des suites de ses blessures quelques jours plus tard.

Hawthorn ne défendra jamais son titre mondial. Très affecté par cette saison particulièrement meurtrière (il était notamment très proche de Peter Collins), il annonce sa retraite en fin d'année. Quelques semaines plus tard, il disparaît à son tour dans un accident de la circulation. L'écurie Vanwall, première championne du monde des constructeurs annonce également en fin d'année son retrait de la Formule 1.

Grands Prix de la saison 1958Modifier

Classement des pilotesModifier

Classement Pilote Pays Voiture Nombre
de points
1er Mike Hawthorn   Royaume-Uni Ferrari 42 (49)
2e Stirling Moss   Royaume-Uni Vanwall 41
3e Tony Brooks   Royaume-Uni Vanwall 24
4e Roy Salvadori   Royaume-Uni Cooper-Climax 15
5e Peter Collins   Royaume-Uni Ferrari 14
6e Harry Schell   États-Unis BRM 14
7e Maurice Trintignant   France Cooper-Climax 12
8e Luigi Musso   Italie Ferrari 12
9e Stuart Lewis-Evans   Royaume-Uni Vanwall 11
10e Phil Hill   États-Unis Ferrari 9
11e Wolfgang von Trips   Allemagne Ferrari 9
12e Jean Behra   France BRM 9
13e Jimmy Bryan   États-Unis Epperly-Offenhauser 8
14e Juan Manuel Fangio   Argentine Maserati 7
15e George Amick   États-Unis Epperly-Offenhauser 6
16e Johnny Boyd   États-Unis Kurtis-Offenhauser 4
17e Tony Bettenhausen   États-Unis Epperly-Offenhauser 4
18e Jack Brabham   Australie Cooper-Climax 3
19e Cliff Allison   Royaume-Uni Lotus-Climax 3
20e Joakim Bonnier   Suède BRM 3
21e Jim Rathmann   États-Unis Watson-Offenhauser 2


Classement des constructeursModifier

Les 500 miles d’Indianapolis ne sont pas pris en compte au championnat du monde des constructeurs.

Classement Pays Voiture Nombre
de points
1er   Royaume-Uni Vanwall 48
2e   Italie Ferrari 40
3e   Royaume-Uni Cooper-Climax 31
4e   Royaume-Uni BRM 18
5e   Italie Maserati 6
6e   Royaume-Uni Lotus-Climax 3


Liste des Grands Prix disputés cette saison ne comptant pas pour le championnat du monde de Formule 1Modifier