Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Championnat du monde de Formule 1 1955

compétition de sport automobile
Championnat du monde de Formule 1 1955
Description de cette image, également commentée ci-après

Le trophée de champion du monde des pilotes 1955

Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 6e
Nombre de manches 7 Grands Prix
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Drapeau de l'Argentine Juan Manuel Fangio

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1955 a été remporté par l'Argentin Juan Manuel Fangio au volant d'une Mercedes. À la suite du dramatique accident des 24 heures du Mans impliquant la firme allemande cette année-là, Mercedes se retire définitivement du sport automobile après ce titre, et ne reviendra en tant que constructeur de F1 que cinquante-cinq ans plus tard.

Sommaire

Règlement sportifModifier

  • Seuls les cinq meilleurs résultats sont retenus.
  • L'attribution des points se fait selon le barème 8, 6, 4, 3 et 2 points avec 1 point pour l'auteur du meilleur tour en course.
  • Plusieurs pilotes peuvent se relayer au volant d'une même voiture. Les points sont alors divisés, sans tenir compte du nombre de tours bouclés par chacun.

Règlement techniqueModifier

  • Moteurs atmosphériques : 2 500 cm3
  • Moteurs suralimentés : 750 cm3

Principaux engagésModifier

Dominatrice dès leur arrivée en championnat du monde l'année précédente, les Mercedes sont les grandes favorites de la saison. La firme allemande a mis toutes les chances de son côté en enrôlant aux côtés du champion du monde Juan Manuel Fangio, le jeune Anglais Stirling Moss, révélation de la saison 1954 sur sa Maserati.

Tentant de s'opposer à Mercedes, on retrouve un trio de marques italiennes à la santé chancelante :

Liste complète des écuries et pilotes (hors Indianapolis) ayant couru dans le championnat 1955 de Formule 1 organisé par la FIA.

Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus Pilotes Courses
  Daimler-Benz Mercedes W196
W196s
Mercedes M196 2.5 L8 C   Juan Manuel Fangio 1-2, 4-7
  Karl Kling 1, 4-7
  Stirling Moss 1-2, 4-7
  Hans Herrmann 1
  André Simon 2
  Piero Taruffi 6-7
  Scuderia Ferrari Ferrari
Lancia
625
555
D50
Ferrari 555 2.5 L4
Lancia DS50 2.5 V8
E   Giuseppe Farina 1-2, 4, 7
  Umberto Maglioli 1, 7
  José Froilán González 1
  Maurice Trintignant 1-2, 4-7
  Harry Schell 2
  Piero Taruffi 2
  Paul Frère 2, 4
  Mike Hawthorn 5-7
  Eugenio Castellotti 5-7
  Luigi Villoresi 7
  Officine Alfieri Maserati Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Jean Behra 1-2, 4-7
  Roberto Mieres 1-2, 4-7
  Sergio Mantovani 1
  Luigi Musso 1-2, 4-7
  Carlos Menditeguy 1, 7
  Clemar Bucci 1
  Harry Schell 1
  Cesare Perdisa 2, 4
  André Simon 6
  Peter Collins 7
  Horace Gould 7
  Alberto Uria Maserati A6GCM Maserati 250F1 2.5 L6 P   Alberto Uria 1
  Scuderia Lancia Lancia D50 Lancia DS50 2.5 V8 P   Alberto Ascari 1-2
  Luigi Villoresi 1-2
  Eugenio Castellotti 1-2, 4
  Louis Chiron 2
  Équipe Gordini Gordini T16 Gordini 23 2.5 L6 E   Élie Bayol 1-2
  Pablo Birger 1
  Jesús Iglesias 1
  Robert Manzon 2, 5-6
  Jacques Pollet 2, 5, 7
  Hermano da Silva Ramos 5-7
  Mike Sparken 6
  Jean Lucas 7
  Écurie Rosier Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 P   Louis Rosier 2, 4-5
  Vandervell Products Ltd Vanwall VW 55 Vanwall 254 2.5 L4 P   Mike Hawthorn 2, 4
  Ken Wharton 6-7
  Harry Schell 6-7
  Stirling Moss Ltd Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   Lance Macklin 2, 6
  Johnny Claes 4
  Peter Walker 5
  John Fitch 7
  Ted Whiteaway HWM 53 Alta GP 2.5 L4 D   Ted Whiteaway 2
  Écurie nationale belge Ferrari 625
500
Ferrari 625 2.5 L4 E   Johnny Claes 5
  Gould's Garage Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   Horace Gould 5-6
  Connaught Engineering Connaught B Alta GP 2.5 L4 D   Kenneth McAlpine 6
  Jack Fairman 6
  Rob Walker Racing Team Connaught B Alta GP 2.5 L4 D   Tony Rolt 6
  Peter Walker 6
  Leslie Marr Connaught B Alta GP 2.5 L4 D   Leslie Marr 6
  Cooper Car Company Cooper T40 Bristol BS1 2.0 L6 D   Jack Brabham 6
  Owen Racing Organisation Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   Peter Collins 6
  Gilby Engineering Maserati 250F Maserati 250F1 2.5 L6 D   Roy Salvadori 6
  Scuderia Volpini Arzani-Volpini F1 Maserati 4CLT 2.5 L4 P   Luigi Piotti 7

Résumé du championnat du monde 1955Modifier

En Argentine, à domicile, Fangio ne laisse pas passer l'occasion de remporter la manche inaugurale du championnat du monde. Autant il avait profité de la pluie pour s'imposer l'année précédente, il s'impose désormais sous une épouvantable canicule. Sur une piste surchauffée, Fangio montre qu'il est un athlète accompli : alors que la plupart de ses concurrents exténués, se relaient au volant d'une même voiture à la manière d'une course d'Endurance (jusqu’à trois pilotes par voiture), Fangio boucle les 375 kilomètres en solitaire.

Quatre mois plus tard, le championnat reprend à Monaco qui effectue son retour au calendrier pour une course historique à plusieurs points de vue. Inexistantes en Argentine, les Lancia semblent en mesure de rivaliser avec les Mercedes. En essayant d'échapper à Ascari, Fangio et Moss cassent successivement leurs Mercedes mais Ascari n'aura pas le temps de savourer sa première place: il perd le contrôle de sa Lancia (vraisemblablement sur l'huile crachée par le moteur cassé de Moss) à la sortie du tunnel et plonge dans les eaux du port. Sonné, Ascari parvient néanmoins à refaire surface rapidement grâce à l'aide des hommes-grenouilles. La course est remportée par Maurice Trintignant sur Ferrari qui réalise un exploit : c'est la première victoire d'un Français en championnat du monde. Cerise sur le gâteau, Trintignant prend les commandes du championnat. Miraculé, Ascari se sort de son bain forcé avec un simple traumatisme crânien et une grosse entaille sur le nez. Mais quatre jours plus tard, on apprend avec stupeur qu'Ascari, tout juste sorti de l'hôpital, décède à Monza en essayant une Ferrari sport.

Comme un écho à la mort d'Ascari, les 500 Miles d'Indianapolis sont endeuillés par la mort de Bill Vukovich, vainqueur des deux précédentes éditions. La course reprend ses droits à Spa-Francorchamps, avec un doublé des Mercedes : Fangio précédant Moss et reprenant ainsi la tête du championnat.

Mercedes réalise un nouveau doublé aux Pays-Bas dans une ambiance lourde : une semaine plus tôt, aux 24 Heures du Mans, la Mercedes de Pierre Levegh, en s'écrasant sur le talus qui sépare la piste des tribunes, a semé la mort. Plus de 80 spectateurs ont été tués par des éléments de la Mercedes projetés dans le public. De quoi remettre en question l'avenir sportif de la marque. Lancia voit aussi son avenir compromis : alors que la firme italienne est au plus mal financièrement, la mort d'Ascari sonne le glas du programme F1 entamé moins d'un an plus tôt et les prometteuses Lancia D50 s'apprêtent à rejoindre le musée. Tandis que Villoresi, éprouvé par la mort de son ami Ascari s'accorde une pause, Eugenio Castellotti trouve refuge chez Ferrari, où il retrouve Hawthorn, de retour après un bref intermède chez Vanwall.

À Aintree, Mercedes triomphe encore en s'offrant un quadruplé, Moss s'imposant devant Fangio pour lequel cette seconde place est synonyme de titre mondial.

Le championnat se termine à Monza où on constate le retour des D50 désormais badgées Ferrari D50 puisque Lancia a offert ses monoplaces à la Scuderia Ferrari. Au sortir d'une saison très difficile pour cause de grandes difficultés sportive et financière, ce cadeau est un véritable bol d'air. L'ultime rendez-vous de la saison est remporté par Fangio qui signe la dernière victoire de Mercedes en Formule 1 jusqu'à celle de Nico Rosberg en 2012 après le retour de l'écurie en 2010. Très marquée par le drame du Mans et n'ayant plus rien à prouver en F1 après quinze mois d'une écrasante domination, la firme à l'étoile annoncera peu de temps après son retrait du sport automobile.

Grands Prix de la saison 1955Modifier

Initialement prévu sur onze manches (dix Grands Prix et les 500 miles d'Indianapolis), le calendrier de la saison 1955 a été amputé de quatre épreuves à la suite du terrible accident des 24 Heures du Mans. Les Grands Prix de France, d'Allemagne, d'Espagne et de Suisse ont ainsi été annulés sur décisions des gouvernements nationaux concernés.

Date Grand Prix Circuit Vainqueur Voiture Résumé
42 16 janvier   Grand Prix d'Argentine Buenos Aires   Juan Manuel Fangio Mercedes Résumé
43 22 mai   Grand Prix de Monaco Monaco   Maurice Trintignant Ferrari Résumé
44 30 mai   Indianapolis 500 Indianapolis   Bob Sweikert Kurtis-Offenhauser Résumé
45 5 juin   Grand Prix de Belgique Spa-Francorchamps   Juan Manuel Fangio Mercedes Résumé
46 19 juin   Grand Prix des Pays-Bas Zandvoort   Juan Manuel Fangio Mercedes Résumé
47 16 juillet   Grand Prix de Grande-Bretagne Aintree   Stirling Moss Mercedes Résumé
48 11 septembre   Grand Prix d'Italie Monza   Juan Manuel Fangio Mercedes Résumé

Classement des pilotesModifier

Classement Pilote Pays Voiture Nombre
de points
1er Juan Manuel Fangio   Argentine Mercedes 40 (41)
2e Stirling Moss   Royaume-Uni Mercedes 23
3e Eugenio Castellotti   Italie Lancia-Ferrari 12
4e Maurice Trintignant   France Ferrari 11,33
5e Giuseppe Farina   Italie Ferrari 10,33
6e Piero Taruffi   Italie Mercedes 9
7e Bob Sweikert   États-Unis Kurtis-Offenhauser 8
8e Roberto Mieres   Argentine Maserati 7
9e Luigi Musso   Italie Maserati 6
10e Jean Behra   France Maserati 6
11e Karl Kling   Allemagne Mercedes 5
12e Jimmy Davies   États-Unis Kurtis-Offenhauser 4
13e Johnny Thomson   États-Unis Kuzma-Offenhauser 3
14e Paul Frère   Belgique Ferrari 3
15e Tony Bettenhausen   États-Unis Kurtis-Offenhauser 3
16e Paul Russo   États-Unis Kurtis-Offenhauser 3
17e Luigi Villoresi   Italie Lancia 2
18e Carlos Menditéguy   Argentine Maserati 2
19e Cesare Perdisa   Italie Maserati 2
20e José Froilán González   Argentine Ferrari 2
21e Umberto Maglioli   Italie Ferrari 1,33
22e Hans Herrmann   Allemagne Mercedes 1
23e Walt Faulkner   États-Unis Kurtis-Offenhauser 1
24e Bill Vukovich   États-Unis Kurtis-Offenhauser 1
25e Bill Homeier   États-Unis Kurtis-Offenhauser 1


Liste des Grands Prix disputés cette saison ne comptant pas pour le championnat du monde de Formule 1Modifier