Ouvrir le menu principal

Champforgeuil

commune française du département de Saône-et-Loire

Champforgeuil
Champforgeuil
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Chalon-sur-Saône
Canton Chalon-sur-Saône-1
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
René Guyennot
2014-2020
Code postal 71530
Code commune 71081
Démographie
Population
municipale
2 491 hab. (2016 en augmentation de 6,23 % par rapport à 2011)
Densité 342 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 13″ nord, 4° 50′ 06″ est
Altitude Min. 174 m
Max. 201 m
Superficie 7,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Champforgeuil

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Champforgeuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champforgeuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champforgeuil
Liens
Site web champforgeuil.fr

Champforgeuil est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Située en Saône-et-Loire (Bourgogne-Franche-Comté), juste à côté de Chalon-sur-Saône.

Communes limitrophesModifier

Accès et transportsModifier

Situé juste à côté de la sortie d'autoroute A6 de Chalon Nord, car cette autoroute passe dans le territoire de la commune.

Géologie et reliefModifier

Il y a 729 hectares sur la commune avec une partie en terres agricoles[1]. Les sols ont pour origine l'ère du quaternaire ancien[2].

HydrographieModifier

La Thalie passe dans la commune, qui possède aussi deux étangs[3].

ClimatModifier

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[4], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car Champforgeuil est située entre ces deux villes.

Dijon

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[5]


Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[6]


ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Lucien Navarette[7] PCF Instituteur
? ? Jean-Louis Sommier[8]    
? mars 2001 Bernard Charmont[8]    
mars 2001 mars 2008 Raymond Bellot PS puis PG Retraité SNCF
mars 2008 En cours
(au 30 avril 2014)
René Guyennot PS Employé

Canton et intercommunalitéModifier

La commune fait partie du Grand Chalon.

Politique environnementaleModifier

Le Grand Chalon gère la collecte de la commune. Il y a une collecte hebdomadaire des ordures ménagères.

Instance judiciaire et administrativeModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 2 491 habitants[Note 1], en augmentation de 6,23 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
394317334426449483472494549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
546530548526545566542531525
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5165315205566797417817611 025
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0931 2151 9262 1282 1312 1852 2592 2692 374
2016 - - - - - - - -
2 491--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Cette commune possède quatre groupes scolaires (maternelles et primaires), avec chacun leur cantine[1]. Il y a aussi une garderie périscolaire et une halte-garderie[1].

SantéModifier

Il y a en 2011 un médecin généraliste dans ce village[13] ainsi qu'un cabinet de kinésithérapeutes[14]. Le centre hospitalier le plus proche se situe à Chalon-sur-Saône.

CultesModifier

Culte catholique dans l'église du village.

SportsModifier

Il y a un stade de football où évolue le club du « Football Club Champforgeuil », qui joue en 2011-2012, en 1er division de district du pays saonois[15]. Il y a aussi un parcours sportif de 1,4 kilomètre avec deux étangs au milieu (pêche)[3].

AssociationsModifier

Il y a 10 associations dans la commune et la plus importante est l'Association sport loisirs et culture Champforgeuil qui regroupe 490 membres en 2011[3].

ManifestationsModifier

Il peut être cité : La randonnée des fidèles au mois de mai, la grande foire aux puces et à la brocante du COS début juin et la fête nationale du 14 juillet[1].

ÉconomieModifier

Il y a plusieurs zones d'activités : La zone des Blétrys, la zone industrielle Nord, la ZAC des Portes et la ZAC des Champs Maillerand[3]. Il y a aussi des commerces dans le bourg du village[1].

Le centre de dispatching des oléoducs de défense commune en France, la partie française du réseau d'oléoducs en Centre-Europe, se situe dans cette commune[16].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.
  • Château de Champforgeuil. Par rapport à l'inventaire de 1598 qui faisait état d'un donjon, de cinq tours et de différents bâtiments, il ne reste aujourd'hui du château qu'une tour-porche à laquelle est accolée une tour circulaire sans doute plus récente et un grand corps de logis de plan rectangulaire. Le château, propriété privée, ne se visite pas. De sa construction à la Révolution française, le château est la propriété des évêques de Chalon. En 1268, il y a la première mention du château dans une prestation d'hommage faite par Hugues IV, duc de Bourgogne à l'évêque Guy de Sennecey. En 1598, le château est pillé et dévasté pendant les guerres de la Ligue. En 1791, le château passe aux Musy, puis au XIXe siècle à la famille Monnier et pour finir en 1909 à la famille Piffaut jusqu'en 2001 ou il est cédé aux propriétaires actuels.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 10 mai 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Champforgeuil, p.  17
  2. Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éditions BRGM, Carte géologique du vignoble bourguignon (Bourgogne et Beaujolais), p. 68 et 69.
  3. a b c et d Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 10 mai 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Champforgeuil, p.  16
  4. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  5. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  6. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  7. La fiche biographique de NAVARETTE Lucien, Jean sur le Maitron en ligne
  8. a et b « Dans l'assistance, nous notions la présence [...] d'anciens maires du chalonnais : Daniel Villeret (Givry), [...] Bernard Charmont et Jean-Louis Sommier (Champforgeuil) » [1]
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Médecin : médecine générale, p.  428.
  14. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Kinésithérapeutes, p.  370.
  15. Site du district du pays saonois, page sur le classement du groupe B de première division (2011-2012), Consulté le 16 février 2012.
  16. « Visite du directeur général dans les installations du CEPS en France », sur ttp://www.nspa.nato.int/, (consulté le 28 mai 2018).