Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pannier.

Champagne Pannier
logo de Champagne Pannier

Création 1899
Fondateurs Louis-Eugène Pannier
Personnages clés Gaston Pannier
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Château-Thierry
Direction Jean Pfaff DG
Activité Commerce de gros de boissons
Produits Champagnes
Société mère COVAMA
Sociétés sœurs Champagne Montaudon, Champagne Jacquart
Effectif 10 en 2018
SIREN 415 159 060
Site web champagnepannier.com

Chiffre d'affaires 5 509 000 € en 2018
Résultat net -61 900 € en 2018 (perte)

Champagne Pannier est une Maison de Champagne fondée en 1899. Son siège se situe à Château-Thierry, dans la Vallée de la Marne.

HistoireModifier

 
Louis-Eugène Pannier
 
Les Caves Pannier

La Maison de Champagne Pannier est initialement une société familiale fondée par Louis-Eugène Pannier en 1899 à Dizy, près d’Épernay[1],[2],[3].

Étant donné le développement de la Maison, Gaston Pannier, fils de Louis-Eugène Pannier, acquiert en 1937 d'anciennes carrières de pierre médiévales à Château-Thierry et décide de les aménager en caves[3]. Toute la production y est ainsi transférée. Creusées dans la craie, ces anciennes carrières offrent des conditions de vieillissement intéressantes pour la production vinicole. Les caves ainsi obtenues sont sur deux niveaux de galeries, sur une longueur totale de 2 km, à 25 m de profondeur[4],[5]

Plus tard, en 1971, la COVAMA (Coopérative Vinicole de la Vallée de la Marne), achète cette maison familiale et fait bénéficier sa filiale d'un nouvel outil de production[6],[7],[8]. Cette maison a choisi de pratiquer l'œnotourisme, faisant notamment visiter ses caves[9],[10].

En 2002, lors de fouilles archéologiques au sein des caves médiévales, une gravure d'archer datée du XIVe siècle y est découverte. La Maison l'adopte alors comme emblème et reprend la devise de l'archerie : «Tendre à la perfection». Dans ses assemblages, cette maison utilise notamment trois cépages : le pinot meunier, le pinot noir et le chardonnay[2]. Elle propose également plusieurs cuvées de champagne rosé, obtenues, pour certaines, par assemblage et, pour d'autres, par macération[5],[11].

Notes et référencesModifier

  1. Renaud Belleville, « Pannier, la quête d’excellence d’une coopérative », l'Opinion,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Champagne Pannier », sur Le Figaro
  3. a et b Marc Nadaux, « Château-Thierry – 02 – Champagne Pannier », sur le Centre national de documentation pédagogique
  4. Eric Glatre, Chronique des vins de Champagne, Castor & Pollux, , p. 339
  5. a et b Laurent Vuillaume, « Champagne Pannier, la volonté du rosé », Gault et Millau,‎ (lire en ligne)
  6. Renaud Belleville, « Le champagne Pannier monte en gamme », l'Opinion,‎ (lire en ligne)
  7. Antoine Gerbelle, « Champagne Pannier : Une coopérative très rassembleuse », La Revue du vin de France,‎ (lire en ligne)
  8. Antoine Gerbelle, « En Champagne, l’union fait la qualité », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. Thierry Perardelle, « Champagne Pannier mise sur l’œnotourisme », Terre de Vins,‎ (lire en ligne)
  10. Alain Julien, « La Covama soigne l’accueil de ses visiteurs », La Champagne Viticole,‎ (lire en ligne)
  11. Rémi Barroux, « Champagne : la vogue rosés », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier