Ouvrir le menu principal

Chambre de commerce et d'industrie Marseille-Provence

Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence
Logo de l'organisation
Situation
Création 1599
Type Chambre de commerce et d'industrie
Siège Palais de la Bourse

9 La Canebière, Marseille Ier

Coordonnées 43° 17′ 47″ N, 5° 22′ 31″ E
Langue Français
Organisation
Effectifs 350 (2016)
Président Jean-Luc Chauvin

Site web http://www.ccimp.com/

La chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence (CCIMP) est l’un des 126 établissements français du réseau CCI France.

Crée en 1599, elle est la doyenne mondiale des chambres consulaires[1].

Son statut juridique est celui d’un établissement public à caractère administratif. Placée sous la tutelle administrative de l’État, elle dispose d'une large autonomie[2].

Elle est administrée par une assemblée de chefs d’entreprises élus par leurs pairs pour cinq ans[3].

Elle a pour missions de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles et de services privés dans une logique d'appui au développement territorial.

La CCI Marseille Provence représente ainsi les intérêts de 94 000 entreprises et commerçants du territoire des Bouches-du-Rhône (13) hors Pays d'Arles.

Depuis le 22 novembre 2016, elle est présidée par Jean-Luc Chauvin[4]. Il est le 47e à présider l’institution, qui a son siège au Palais de la Bourse à Marseille[5].

Sommaire

HistoireModifier

Au XVIe siècle, les navires marchands qui naviguaient sous pavillon français se trouvèrent pris pour cible par des pirates dans la mer Méditerranée. Pour les protéger, le Conseil de la ville de Marseille décida de fonder le premier bureau du commerce de l’Histoire, le 5 août 1599[6]. Ce bureau se compose de quatre députés du Commerce, désignés par le Conseil de la ville parmi les hommes d’affaires apparents, dignes, suffisants et solvables.

L’année suivante, le roi Henri IV approuve cette décision par le biais de lettres patentes.

En 1650, le bureau de commerce devient la chambre de commerce et acquiert son indépendance vis-à-vis de la municipalité. Par la suite, les villes de Rouen, de Dunkerque ou encore de Lyon suivent l’exemple marseillais.

Le port de Marseille se voit attribuer, par un édit royal, le monopole du commerce français en 1669. La chambre de commerce reçoit alors la mission d’entretenir les plans d’eau et les quais, avec un budget annuel de 25 000 livres tournois.

L’année suivante, le roi désigne ses « Enfants de langues », chargés de traduire la diplomatie hexagonale à travers le monde. La CCI de Marseille est mandatée pour financer la formation de ses interprètes à Constantinople.

Il faudra attendre l’année 1898 pour voir apparaître le rôle des chambres dans la loi[7].

Le parlement définit ces organismes comme les représentants des intérêts généraux du Commerce et de l’Industrie. Ils doivent fonder et gérer des équipements susceptibles de soutenir la croissance des sociétés et des régions.

Conserver la mémoire économique du territoireModifier

 
Pose de la première pierre de la Bourse à Marseille par l’empereur Napoléon III.

La CCI Marseille Provence possède aujourd'hui la charge de deux joyaux du patrimoine économique et culturel marseillais, son siège, le Palais de la Bourse et le musée de la Marine, qui se trouve à l’intérieur.

Datant de 1860, le Palais de la Bourse a été le théâtre de la plupart des grandes décisions économiques du département et a abrité les débats menés par de nombreux industriels et commerçants. Le musée illustre, quant à lui, l’évolution maritime et économique de la ville de Marseille, premier port de France et de Méditerranée depuis le XVIe siècle.

Le Palais de la Bourse de Marseille figure parmi les 150 dépôts d’archives de l’histoire du travail les plus vastes au monde. Des chercheurs, venus de multiples laboratoires internationaux, consultent régulièrement ses documents. La salle de lecture permet d’accéder à la collection depuis 1913. Dès sa création en 1599, la CCIMP a conservé des témoignages de la vie économique locale[8][source insuffisante].

Entre ces murs, quatre kilomètres linéaires d’archives composées de 80 000 ouvrages, 11 500 gravures, tableaux et aquarelles, ainsi que 100 000 photographies et 4 400 affiches publicitaires témoignent des correspondances commerciales qui se sont tissées autour du bassin méditerranéen.

 
Leurs Majestés se rendant au banquet offert, dans la nouvelle Bourse par la chambre de commerce de Marseille, gravure.

Une photothèque reste également à la disposition des chercheurs.

MissionsModifier

Le réseau des chambres de commerce et d'industrie est né en 1898 afin de veiller à la prise en compte des intérêts des entreprises et participer à l'élaboration des politiques publiques. La CCI Marseille Provence inscrit ses actions en fonction de deux axes : représenter les intérêts des entreprises et contribuer au développement économique du territoire.

La CCI Marseille Provence immatricule les sociétés. La CCI Marseille Provence délivre également les cartes professionnelles et autres documents nécessaires pour l'exercice d'une activité immobilière. La CCI Marseille Provence intervient ensuite comme centre de ressources, d'expertise et d'appui des entrepreneurs tout au long du cycle de vie de l’entreprise, de sa création à la reprise/cession.

Gestionnaire d'établissements de formationModifier

La CCIMP administre trois établissements de formation, dont les programmes sont établis pour répondre aux besoins des entreprises.:

  • le CFA Interconsulaire Méditerranée (CFAIM) ;
  • le Groupe école pratique (GEP) ;
  • l'Institut supérieur du Bâtiment et des Travaux publics (ISBA-TP).

La CCI Marseille-Provence siège également au conseil d’administration de la Kedge Business School.

Porte-voix des entreprises auprès des pouvoirs publicsModifier

La CCI Marseille Provence intervient auprès des pouvoirs publics afin que les intérêts des entreprises du commerce, de l’industrie et des services soient représentés au mieux sur leur territoire. Elle contribue par ailleurs à toutes actions qui servent l’attractivité économique du territoire[9].

Contribution aux documents d'urbanisme et d'aménagementModifier

Les CCI sont consultées et/ou associés aux documents d’urbanisme et d’aménagement : la CCIMP est considérée dans le code de l’urbanisme comme « Personne Publique Associée » (PPA). Elle émet à ce titre des avis règlementaires sur différents documents : PLU (plan local d’urbanisme), SCot (schéma de cohérence territoriale), PLH (Programme local de l’Habitat), les projets d’infrastructure de transports…

Organismes associésModifier

La CCI Marseille-Provence a créé ou contribué à la fondation de multiples organismes chargés de démultiplier son action en matière de développement économique.

OrganisationModifier

PrésidenceModifier

La CCI Marseille Provence est présidée par un chef d'entreprise élu pour 5 ans.

Lors des élections, des trois candidats en lice[10], c’est la liste « 13 engagés » portée par Jean-Luc Chauvin[réf. nécessaire]

Liste des présidentsModifier

  • 1832-1837 : Alexis-Joseph Rostand
  • 1837-1838 : Auguste Lafon
  • 1838-1842 : Wulfran Puget
  • 1842-1843 : Élysée Reynard
  • 1843-1845 : Bruno Rostand
  • 1844-1845 : Alexandre Warrain
  • 1845-1847 : Lazare Luce
  • 1847-1849 : David Rabaud
  • 1849-1852 : Fabricius Paranque
  • 1852-1866 : Jean-Baptiste Pastré
  • 1866-1872 : Amédée Armand
  • 1872-1875 : Jules Gimmig
  • 1875-1881 : Alphonse Grandval
  • 1881-1891 : Cyprien Fabre
  • 1891-1901 : Augustin Féraud
  • 1901-1905 : Léopold Le Mée de La Salle
  • 1905-1909 : Paul Desbief
  • 1909-1911 : Lucien Estrine
  • 1911-1913 : Albert Armand
  • 1913-1919 : Adrien Artaud
  • 1920-1923 : Hubert Giraud
  • 1924-1927 : Émile Rastoin
  • 1928-1929 : Edgar David
  • 1930-1931 : George Brenier
  • 1932-1933 : Maurice Hubert
  • 1934-1937 : Félix Prax
  • 1937-1941 : Antoine Boude
  • 1941-1944 : Émile Régis
  • 1944-1947 : Charles Mourre
  • 1948-1949 : André Cordesse
  • 1950-1951 : Édouard Rastoin
  • 1952-1953 : Marcel Rogliano
  • 1954-1955 : Francis Dufour
  • 1956-1959 : Pierre Keller
  • 1960-1963 : Léon Bétous
  • 1963-1967 : Émile Blachette
  • 1967-1970 : Maurice Chabas
  • 1971-1974 : Pierre Blum
  • 1974-1977 : Jacques Deguignes
  • 1977-1979 : André Touret
  • 1980-1982 : Paul Fabre
  • 1983-1987 : Henri Mercier
  • 1987-1988 : Albert Bourdillon
  • 1988-1991 : François Le Bars
  • 1992-1997 : Henry Roux-Alezais
  • 1998-2003 : Claude Cardella
  • 2004-2016 : Jacques Pfister
  • Depuis 2016: Jean-Luc Chauvin

Notes et référencesModifier

  1. cf. Origine et histoire des juridictions consulaires et des Chambres de commerce et d'industrie Françaises : avant-propos de Roland Drago, membre de l'Institut de France, préface de Jean-François Bernardin par André-Pierre Nouvion, Paris, 2002 – (ISBN 9782951436817)
  2. « Le contrôle sur les chambres consulaires - Direccte Provence - Alpes - Côte d'Azur », sur paca.direccte.gouv.fr (consulté le 15 février 2017)
  3. « Organisation et fonctionnement des CCI | Direction Générale des Entreprises (DGE) », sur www.entreprises.gouv.fr (consulté le 15 février 2017)
  4. « Jean-Luc Chauvin, président de la CCI de Marseille Provence : "Être proche sur le terrain" », LaProvence.com,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2017)
  5. « Jean-Luc Chauvin, 47e président de la CCI Marseille Provence | CCIMP », sur www.ccimp.com (consulté le 15 février 2017)
  6. « La plus ancienne CCI du monde | CCIMP », sur www.ccimp.com (consulté le 15 février 2017)
  7. « Loi du 9 avril 1898 relative aux chambres de commerce et d'industrie | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 15 février 2017)
  8. « Une CCI au service de la mémoire écomique | CCIMP », sur www.ccimp.com (consulté le 3 février 2017)
  9. « Marseille capitale du sport 2017, une question d'image », LaProvence.com, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 3 février 2017)
  10. « Trois candidats pour présider la Chambre de commerce Marseille-Provence », LaProvence.com, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 3 février 2017)