Chambellay

commune française du département de Maine-et-Loire

Chambellay
Chambellay
L'église Saint-Aubin.
Blason de Chambellay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou
Maire
Mandat
Jean Pagis
2020-2026
Code postal 49220
Code commune 49064
Démographie
Gentilé Cambolitains
Population
municipale
400 hab. (2018 en augmentation de 12,04 % par rapport à 2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 28″ nord, 0° 40′ 56″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 76 m
Superficie 12,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Angers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Tiercé
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Chambellay
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Chambellay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chambellay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chambellay

Chambellay est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

La commune fait partie de la communauté de communes de la région du Lion-d'Angers ainsi que du syndicat mixte Pays du Haut-Anjou Segréen.

GéographieModifier

Chambellay se situe à 10 km du Lion-d'Angers, à 15 km de Segré, à 16 km de Château-Gontier et à 30 km d'Angers.

La commune s'étend de part et d'autre de la Mayenne, sur une superficie de 1287 hectares. Elle est parcourue par quelques ruisseaux : celui du Grand Saulaie qui constitue la limite nord de la commune, celui du Maudeux qui passe au nord du bourg et celui de la Baconne sur la rive gauche de la Mayenne. Seuls le bois des Défais et le parc du château de Bois-Montbourcher constituent des zones boisées sur la commune. Outre la N 162, la commune est parcourue par deux axes principaux de communication, un nord/sud le CD 187 et un est/ouest le CD 78.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 688 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Segre », sur la commune de Segré-en-Anjou Bleu, mise en service en 1989[7] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,2 °C et la hauteur de précipitations de 714,1 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, dans le département d'Ille-et-Vilaine, mise en service en 1945 et à 88 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[11], à 12,1 °C pour 1981-2010[12], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[13].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Chambellay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angers, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (93,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,7 %), prairies (37,6 %), zones agricoles hétérogènes (10,2 %), forêts (4,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,1 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

ToponymieModifier

La ville s'appelait Cambriliacus Villa à la fin de l'Antiquité, Camberliacus au XIe siècle, Chambelleyum au XIIIe siècle[réf. souhaitée]

HistoireModifier

[réf. souhaitée] Au Moyen Âge, la châtellenie de Chambellay relevait, pour une partie, de la baronnie de Candé et pour partie du château d'Angers. La seigneurie de Chambellay appartenait à la famille de Montalais (du XIVe à la fin du XVIIe siècle), avant d'être cédée en 1696 à la famille de Racapé, puis de passer, jusqu'à la Révolution, par succession en 1734 aux d'Héliand d'Ampoigné et enfin par alliance en 1770 aux Juigné du Parvis.[réf. souhaitée]

Sous l'Ancien Régime, Chambellay faisait partie de la sénéchaussée d'Angers.

Pendant la Première Guerre mondiale, 33 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, deux habitants sont tués[21].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1801 F.Brillet    
1801 1808 Vignais    
1808 1818 Comte Louis d’Andigné de Mayneuf   Magistrat, président du Conseil général de Maine-et-Loire
1818 1830 Comte des Haies de Cry    
1830 1838 J.B.Journeil    
1838 avril 1848 René Valin    
avril 1848 août 1848 Thorel   Médecin
août 1848 1865 Michel Lavenier    
1865 1878 Adolphe Bordillon    
1878 1881 Marquis Ernest de Charnacé    
1881   Vicomte Daniel de Charnacé    
         
août 1942 septembre 1942 J.B.Boivin    
septembre 1942 1968 Comte Bertrand de Charnacé    
1968 1977 Maurice Boisramé    
1977 1983 Louis Chrétien    
1983 2001 Henri Vannier   Retraité
2001 2008 Bernard Deumié   Inspecteur général du Tourisme
Président de la CC Région du Lion-d'Angers (2001-2008)
mars 2008 mars 2014 Denis Placet   Enseignant
mars 2014 En cours
(au 26 mai 2020)
Jean Pagis[22],[23]    

IntercommunalitéModifier

La commune est membre de la communauté de communes de la région du Lion-d'Angers[24], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26].

En 2018, la commune comptait 400 habitants[Note 6], en augmentation de 12,04 % par rapport à 2013 (Maine-et-Loire : +1,96 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
696555563566740772814851821
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
838888809761753704713720654
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
657646649573523537536606488
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
425368283320268299299344379
2018 - - - - - - - -
400--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 22,5 %, plus de 60 ans = 22,5 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 22,9 %, 15 à 29 ans = 12,7 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 27,4 %).
Pyramide des âges à Chambellay en 2008 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90  ans ou +
1,3 
5,6 
75 à 89 ans
8,3 
16,2 
60 à 74 ans
17,8 
22,5 
45 à 59 ans
18,5 
19,0 
30 à 44 ans
18,5 
14,1 
15 à 29 ans
12,7 
21,8 
0 à 14 ans
22,9 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[30].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

EnseignementModifier

ÉconomieModifier

Sur 39 établissements présents sur la commune à fin 2010, 44 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 5 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 33 % de celui du commerce et des services et 10 % du secteur de l'administration et de la santé[31].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Aubin[32] (avec les toiles d'Adeline Neveux (1912-1987)
    Architectes : Alfred Tessier et Prosper Lemesle (cambolitain de naissance). L'église remplace une église romane qui contenait de très belles peintures murales. La reconstruction est confiée en 1858 à Tessier. Les travaux sont menés jusqu'en 1861 sous la direction de Prosper Lemesle. En 1911, la flèche fait l'objet de consolidations. Quinze toiles marouflées murales d'Adeline Neveux y sont installées en 1941 et montrent des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament.
    L'église est en croix latine ; elle possède un clocher-porche hors-œuvre en façade. Le clocher est en pierre à trois étages couronnés d'une flèche polygonale. La nef unique est composée de cinq travées voûtées d'ogives en brique, d'une travée de chœur et d'une abside à cinq pans. L'église est éclairée par des baies à deux lancettes excepté les pignons des bras du transept percés de roses. Des peintures de H. Fournier et de l'Angevin René Rabault viennent compléter le décor.

Personnalités liées à la communeModifier

XVIIIe – XIXe siècleModifier

  • comte Louis-Gabriel-Auguste d'Andigné de Mayneuf (1763-1839), magistrat et homme politique: conseiller au Parlement de Bretagne (1788-1790), président du Conseil général de Maine-et-Loire (1807-1809, 1818-1819, 1822-1823, 1825-1827,1829-1831), maire de Chambellay (1808-1818), député de Maine-et-Loire (1815-1827), Premier président de la Cour royale d'Angers (1824-1830), chevalier de la Légion d'honneur.
  • Toussaint Grille (1766-1850), collectionneur d'ouvrages et d'antiquités angevines : avant de devenir directeur de la bibliothèque municipale d'Angers (1805-1837), il avait été curé assermenté de Chambellay (1792-1793). Son neveu, François Grille (1782-1853), qui lui succéda comme bibliothécaire de la ville d'Angers, fréquentait le salon que Rosalie Barbot (1771-1863), la tante de Prosper Barbot (cf. infra), tenait cour Saint-Aubin à Angers.
  • vicomte Emmanuel Dambray (1785-1868), conseiller d'État, homme politique : conseiller général de la Seine-Inférieure, pair de France (1815-1830), député de la Mayenne (1849-1851), il était le fils de Charles Dambray, chancelier de France de Louis XVIII, président de la Chambre des pairs (1814-1829), ministre de la Justice et garde des Sceaux (1814-1815, 1816-1818).
  • Prosper Barbot (1798-1878), artiste-peintre paysagiste et orientaliste : compagnon de Camille Corot en Italie (1824-1828), récompensé d'une médaille d'or au Salon de 1827, peignant ensuite en Algérie (1842) et en Égypte (1844-1846).
  • marquis Guy de Charnacé (1825-1909), écrivain et musicologue : il se marie en 1849 à Claire d'Agoult (1830-1912), fille de Marie d'Agoult (1805-1876), en littérature Daniel Stern, du salon littéraire de laquelle il était devenu un habitué après avoir rencontré Honoré de Balzac à Dresde dans le salon de la comtesse Hanska.

XXe – XXIe siècleModifier

  • Alfred Bour (1882-1973), avocat au Barreau de Paris puis administrateur de biens, homme politique, journaliste. En 1935, il a hérité avec son épouse, née Caroline Leroux (1884-1947) et nièce de Georges Le Chatelier (1857-1935) décédé sans enfant, de la propriété du Verger, sise aujourd'hui 8 route de Saint-Martin à Chambellay, voisine de celle des Soulez-Larivière auxquels Alfred Bour était par ailleurs lié par sa sœur Adèle, épouse d'Émile Soulez. Un de ses fils, Louis Bour (1909-1998), publia en 1977 un livre sur son père: Alfred Bour, une vie, une époque, où figurent de nombreux souvenirs de sa vie à Chambellay, dont le récit de ses dernières années en Anjou.
  • Jean-Claude Brialy (1933-2007)
    Il a réalisé son premier film, Églantine, l'histoire de la vente d'une maison de famille inspirée de la vente de la maison de ses grands-parents paternels sise à Chambellay, rue du Commerce. En 1979, il demeure à Chambellay pendant le tournage d'un autre de ses films "les Malheurs de Sophie" (tourné au château de la Lorie, situé à La Chapelle-sur-Oudon près de Segré). Deux livres : Le ruisseau des singes (2000) et J'ai oublié de vous dire (2004), y évoquent plus les moments de son enfance passés à Chambellay

HéraldiqueModifier

  Chambellay
  • Description : D’argent à trois chevrons de gueules.[33]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 16 juillet 2021)
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 16 juillet 2021)
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 juillet 2021)
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le 16 juillet 2021)
  7. « Station Météo-France Segre - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 16 juillet 2021)
  8. « Orthodromie entre Chambellay et Segré-en-Anjou Bleu », sur fr.distance.to (consulté le 16 juillet 2021).
  9. « Station Météo-France Segre - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 16 juillet 2021).
  10. « Orthodromie entre Chambellay et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le 16 juillet 2021).
  11. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juillet 2021)
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juillet 2021)
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juillet 2021)
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 11 mai 2021)
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 11 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. Port 1965, p. 622.
  22. « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  23. « Chambellay. Jean Pagis réélu pour un second mandat de maire », sur Ouest-France, (consulté le 2 juin 2020).
  24. Insee, Composition de l'EPCI de la Région du Lion d'Angers (244900585), consulté le 14 décembre 2013
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. « Évolution et structure de la population à Chambellay en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012).
  30. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012).
  31. Insee, Statistiques locales du territoire de Chambellay (49), consultées le 16 décembre 2012
  32. Notice no IA49009798, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. C’est aussi le blason des villes de Machecoul (Loire-Atlantique) et d’Haroué (Meurthe-et-Moselle).