Chabrot
Image illustrative de l’article Chabrot
Préparation du chabrot

Autre nom faire chabròl
fà chabroù
godaille
goudale
Lieu d’origine Sud de la France
Place dans le service fin de la soupe
Température de service tiède
Ingrédients vin rouge dans le bouillon gras

Faire chabrot, ou chabròl en occitan, est une coutume de la moitié sud de la France qui consiste, quand il reste un fond de soupe ou de potage, à ajouter dans l'assiette du vin rouge pour diluer ce bouillon puis de porter le plat à la bouche, et à l'avaler à grandes goulées[1].

TraditionModifier

 
Vendangeur provençal faisant chabrot

Le chabrot a été fait régulièrement pour des soupes comme la bréjaude ou la garbure[2]. Cette action nécessitait l'usage du récipient traditionnel utilisé pour servir les soupes, soit un bol profond de forme sphérique, soit une écuelle[3]. Il était le plus souvent sans poignée, en terre cuite, de forme bombée et quelque peu étroit[3].

Le Périgourdin fa chabròu ; en Limousin on fait chabrot ; tandis qu'en Provence, Frédéric Mistral explique que cabroù est issu du latin capreolus. Faire chabrot, c'est donc « boire comme une chèvre ». Dans le Poitou et en Saintonge, on utilise aussi le mot « godaille ». En gascon, on utilise aussi le terme goudale (graphie des félibres) ou godala (graphie occitane) (probable métathèse de goulade, « goulée »[4]).

Cette pratique était autrefois courante et perdure aujourd'hui encore[5], notamment chez les personnes âgées en milieu rural. Il semblerait qu'elle ait aussi existé au nord de la Loire : dans le dernier volume de la Chronique des Pasquier, Georges Duhamel parle d'une pratique déjà ancienne (« c'était une coutume de mon père ») qu'il appelle le champorot et qui est le chabrot[réf. nécessaire].

Usage actuelModifier

C'est un usage qui perdure encore[6], notamment dans le sud-ouest de la France. Jean Rebier (1879-1966), fondateur de la revue Lemouzi, décrit la pratique du chabrot comme encore actuelle, « la soupe est régulièrement suivie par un bon chabròl ». De même que l'ethnologue Albert Goursaud, décédé en 1975, en parle toujours au présent, dans son livre La société rurale traditionnelle en Limousin : ethnographie et folklore du Haut-Limousin et de la Basse-Marche publié l'année qui suivit sa mort. Dans son ouvrage il distingue les traditions qui se sont perdues de celles qui continuent au moment où il rédigeait. On faisait chabrot couramment, du moins à la campagne, jusqu'au milieu du XXe siècle[7].

Le Catalan Jaume Fàbrega, né en 1948, signale dans sa Cuina del país dels càtars que tout jeune, il a vu encore faire chez lui lo cabròt[8].

Faire chabrot est aujourd'hui considéré comme un geste vieilli et campagnard, mais peut, dans certaines occasions, se faire dans tous les milieux, dans un esprit de connivence et de convivialité. Lors d'un repas entre gastronomes, Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde 1992, propriétaire du « Bistrot du Sommelier », à Paris, membre du GJE[9], se leva et demanda l'autorisation de faire chabrot avec son reste de velouté de champignon et un Cheval Blanc 1998. Pierre Lurton, directeur des sociétés des châteaux d'Yquem et de Cheval Blanc, lui répondit en versant le fond de son verre dans le potage. Tout le monde fit de même. Cette version moderne de chabrot a consisté à finir de déguster le mélange à la cuillère, mais aucun n'a bu directement à l'assiette[10]

À Mantoue, en Italie, on le fait d'habitude encore aujourd'hui[Quand ?] avec les agnolini in brodo (bouillon aux raviolis), en l'appelant, en dialecte, bevr'in vin (boire en vin)[réf. nécessaire].


Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. La société rurale traditionnelle en Limousin, p. 265-266.
  2. La société rurale traditionnelle en Limousin, p. 112.
  3. a et b La société rurale traditionnelle en Limousin, p. 111.
  4. Simin Palay, Escole Gastoû Febus, Dictionnaire du gascon et du béarnais modernes, Paris, CNRS, , 3e éd. (1re éd. 1932-1934), 1053 p. (ISBN 2-222-01608-8).
  5. « Faire Chabrol: une tradition périgourdine tenace », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 25 décembre 2019)
  6. Centre France, « Tradition - Faire chabrol en Limousin : un rituel sacré », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 25 décembre 2019)
  7. Albert Goursaud et Maurice Robert, La société rurale traditionnelle en Limousin: ethnographie et folklore du Haut-Limousin et de la Basse-Marche, G.-P. Maisonneuve & Larose, (lire en ligne)
  8. La cuina del país dels càtars, pàg. 154, Jaume Fàbrega, 2003, Ed. Cossetània. (ISBN 84-96035-80-8)
  9. Le Grand Jury Européen
  10. Faire chabrot au Cheval-Blanc avec Philippe Faure-Brac et André Lurton sur le site lapassionduvin.com

BibliographieModifier

  • (fr) Albert Goursaud, La société rurale traditionnelle en Limousin : ethnographie et folklore du Haut-Limousin et de la Basse-Marche, V. I. 1976. Éd. G.-P. Maisonneuve et Larose (ISBN 2-7068-0611-7)