Chabet el Ameur

commune d'Algérie

Chabet el Ameur
Iɣil Azeggaɣ / ⵉⵖⵉⵍ ⴰⵣⴳⴳⴰⵖ(ber)
(ar) شعبة العامر
Noms
Nom arabe شعبة العامر
Nom berbère iɣil azeggaɣ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Boumerdès
Daïra Isser
Code postal 35008
Code ONS 3514
Démographie
Gentilé Chabetois
Population 33 459 hab. (2008[1])
Densité 458 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 38′ 00″ nord, 3° 42′ 00″ est
Superficie 73 km2
Localisation
Localisation de Chabet el Ameur Iɣil Azeggaɣ / ⵉⵖⵉⵍ ⴰⵣⴳⴳⴰⵖ(ber)
Localisation de Chabet el Ameur
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Chabet el Ameur
Iɣil Azeggaɣ / ⵉⵖⵉⵍ ⴰⵣⴳⴳⴰⵖ(ber)
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Chabet el Ameur
Iɣil Azeggaɣ / ⵉⵖⵉⵍ ⴰⵣⴳⴳⴰⵖ(ber)

Chabet-El-Ameur (شعبة العامر en arabe, Iɣil Azeggaɣ en tamazight, transcrit ⵉⵖⵉⵍ ⴰⵣⴳⴳⴰⵖ en Tifinagh) est une commune algérienne faisant partie de la daïra d'Isser dans la wilaya de Boumerdès en Algérie. Elle se situe à environ 40 km au sud-est du chef-lieu de la wilaya.

GéographieModifier

La commune de Chabet El-Ameur, est rattachée administrativement à la daïra d'Isser qui fait partie de la wilaya de Boumerdès, elle est limitrophe avec la wilaya de Tizi-Ouzou. Le mont Tagrimount est le point le plus culminant de la région, qui s'élève à 1028 mètres.

Principaux villages de Chabet-El-AmeurModifier

En plus du Chef-lieu de la commune, Chabet-El-Ameur compte de nombreux villages. En voici quelques-uns :

  • Ait Said
  • Ait Lhamel
  • Azouza
  • Ath Tafath
  • Ath Abdellah
  • Andhassen
  • Imouthas
  • Ihaddaden
  • Amara
  • Aït Ali
  • Aït Brahim
  • Aït Boudoukhan
  • Ait Ousalah

HistoireModifier

Période colonialeModifier

Suite à leur insurrection en 1871 sur les forces coloniales françaises et la prise d'otage de nombreux colons, les Ait-Khalfoun ont subi une répression militaire brutale. Un séquestre sur leur terre ainsi qu'un fort impôt de guerre leur furent aussi imposés. Ces représailles n'étaient qu'une forme de spoliation massive des terres de la population autochtone que l'administration coloniale en disposa plus tard pour les besoins de la colonisation en agrandissant le village et les fermes de Palestro, en créant le périmètre de colonisation de Chaâbet-el-Ameur et en partie celui de Thiers. Comme conséquence directe à ces spoliations, la population autochtone fut plongée dans une pauvreté brutale.

Durant la guerre d'indépendance, le village Ait Said a abrité l'une des sections administratives spécialisées (SAS) sous contrôle militaire. Les villages d'Ait Ali et d'Ihaddaden ont vu la création dans leur sein de camps militaires de regroupement pour priver les combattants de l'ALN de l'appui de la population.

AdministrationModifier

Sous le coup de poursuites judiciaires, le président de l'Assemblée populaire communale est suspendu de ses fonctions à titre conservatoire le 8 mars 2020[2].

ÉconomieModifier

L'économie locale reste essentiellement basée sur l'agriculture. La ville de Chabet-El-Ameur est particulièrement réputée[réf. nécessaire] entre autres, par la culture des raisins, du melon et de la pastèque. La culture de la figue, dans toutes ses variétés, et de l'olive est très répandue. Même si la ville dispose de forts potentiels de développement, les autres secteurs de l'économie, à savoir l'industrie, les services ou l'artisanat, sont très peu développés en raison de l'absence d'une vision économique et la mauvaise gouvernance de l'administration et des assemblées locales.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier