Chérif Ousmane Madani Haïdara

prédicateur musulman malien

Chérif Ousmane Madani Haïdara est un prédicateur musulman malien malikite qui a créé en 1993 le mouvement religieux appelé Ançar Dine (sans lien avec le groupe terroriste Ansar Dine)[1].

Chérif Ousmane Madani Haïdara
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
Nationalité
Autres informations
Religion

BiographieModifier

Né le 12 mai 1955 à Tamani dans la région de Ségou, il a suivi des études religieuses à l'établissement de Saad Touré avant d'être confié à un marabout du nom de Bama Worofana. Vers 1979-1980, il prêche en Côte d'Ivoire avant de retourner au Mali[2]. Il fut suspendu en 1986 par le gouvernement du président Moussa Traoré. La rancune des leaders religieux de l'époque avec qui il dénonçait les dits, lui a valu d'être harceler par les membres de l'AMUPI, qui était le groupement des musulmans à l'époque. Interpellé plusieurs fois par la police et la gendarmerie, il a toujours répondu favorablement à ces appels sans être inquiété. Les membres de l'AMUPI lui reprochait d'avoir insulté les dirigeants lors de ses prêches. Le premier grand point était le"Baya" autrement dit un serment que le fidèle doit promettre avant d'entrer à l'islam. Un mot que n'a pas apprécié les dirigeants de l'époque et certains de maintenant. Ses prêches ont toujours été en faveur de bonne conduite de musulman dans la société, plutôt que la prière seulement. La suspension fut levé finalement en 1998 officiellement, et dès lors il organise chaque année les activités sur la naissance du prophète Mahomet (paix et salut sur lui).

En 2002, il devient vice-président du Haut Conseil islamique malien (HCIM) à la création de cette institution qui sert d’interface entre les communautés musulmanes et le pouvoir[3].

À la fin de l'année 2011 est créé le Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali, qui revendique la représentation de l'islam malékite majoritaire au sein de la population et dont Chérif Ousmane Madani Haïdara prend la présidence[4]. Depuis le 21 avril 2019, il préside le Haut Conseil islamique malien[5].

DoctrineModifier

L'islam tel qu'enseigné par Chérif Ousmane Madani Haïdara est radicalement opposé à la violence et aux groupes terroristes. Chérif Ousmane Madani Haïdara prône l'émergence d'un musulman tolérant vis-à-vis des autres courants religieux et qui est résolument tourné vers la construction de son pays par le travail, l’honnêteté, la droiture et l'intégrité.

Notes et référencesModifier

  1. Hubert Ledoux, « Que ce passe-t-il au Haut Conseil islamique ? », sur Revue de presse Corens, (consulté le 10 octobre 2017).
  2. Gilles Holder, « Chérif Ousmane Madani Haïdara et l’association islamique Ançar Dine. Un réformisme malien populaire en quête d’autonomie», Cahiers d'études africaines, 206-207, 2012 : 389-425. https://journals.openedition.org/etudesafricaines/17056
  3. Sabine Cessou, « L’islam au Mali, loin d’Aqmi », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017).
  4. Charlotte Bozonnet, « Au Mali, "le poids de la religion dans la campagne est considérable" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2017).
  5. « Mali : un nouveau chef du Haut conseil islamique succède à l’imam Mahmoud Dicko – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 24 juin 2020)