Châtillon-en-Diois

commune nouvelle de la Drôme, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour le vin, voir châtillon-en-diois (AOC).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtillon.

Châtillon-en-Diois
Châtillon-en-Diois
Le village de Châtillon-en-Diois.
Blason de Châtillon-en-Diois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Le Diois
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Éric Vanoni
2014-2020
Code postal 26410
Code commune 26086
Démographie
Gentilé Châtillonnais, Châtillonnaises
Population
municipale
666 hab. (2017 en augmentation de 18,72 % par rapport à 2012)
Densité 6,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 44″ nord, 5° 29′ 05″ est
Altitude Min. 514 m
Max. 2 038 m
Superficie 110,06 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Châtillon-en-Diois
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Châtillon-en-Diois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon-en-Diois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon-en-Diois

Châtillon-en-Diois est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

  Laval-d'Aix  
Saint-Roman N Treschenu-Creyers
O    Châtillon-en-Diois    E
S
Menglon Boulc

Châtillon est situé à 12 km au sud-est de Die.

Le village est juché sur une butte en contrebas de la montagne de Glandasse.

Sites géologiques remarquablesModifier

La « plate-forme urgonienne de la montagne de Glandasse (dont "Le Pestel") » est un site géologique remarquable de 1 970,37 hectares, qui se trouve sur les communes de Châtillon-en-Diois (aux lieux-dits de Montagne du Glandasse et Le Pestel), Die, Laval-d'Aix, Romeyer, Treschenu-Creyers et Chichilianne. En 2014, elle est classée « trois étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

HydrographieModifier

Le ruisseau Guignaise coule sur la commune[2].

ToponymieModifier

AttestationsModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[3] :

  • 1321 : Castrum Castillione / Territorium Castillionis (cartulaire de Die, 138).
  • 1509 : mention de l'église Saint-Nicolas : Capella Sancti Nicolai Castillionis (vis. épisc.).
  • 1516 : mention de l'église Saint-Nicolas : Ecclesia Castilionis (pouillé de Die).
  • 1538 : Chastillon en Dyois (archives de la Drôme, E 2073).
  • 1576 : mention de la paroisse : Cura Castilonis (rôles de décimes).
  • 1644 : Chastillon (vis. épisc.).
  • 1891 : Châtillon-en-Diois, commune, chef-lieu de canton de l'arrondissement de Die.

ÉtymologieModifier

Châtillon dérive du bas latin castellum, diminutif de castrum, avec le suffixe -ionem. Castrum a d'abord désigner tous les types de forteresse, du simple donjon à l’enceinte urbaine. Il s'est par la suite spécialisé réduit au sens de « château fort » puis à celui de « grande maison de plaisance »[réf. nécessaire].

HistoireModifier

Les CeltesModifier

Le Diois est le territoire des Voconces.

Les Gallo-romainsModifier

  • Découvertes gallo-romaines[4].
  • Vestiges d'une villa romaine située à un kilomètre du village[réf. nécessaire].

Du Moyen Âge à la RévolutionModifier

La seigneurie[3] :

  • La terre est du fief de l'église épiscopale de Die, dont les droits sur le château de Châtillon furent confirmés en 1178 par l'empereur [germanique] Frédéric Ier.
  • Possession des comtes de Diois.
  • Passe (par héritage) aux Isoard d'Aix.
  • 1246 : passe (par mariage) aux princes d'Orange de la maison de Baux.
  • 1321 : la terre est vendue aux évêques de Die.
  • 1586 à 1635 : elle passe aux La tour-Gouvernet.
  • 1635 : elle est recouvrée par les évêques de Die, derniers seigneurs.

Au Moyen Âge, le village est dévasté par les troupes d'Olivier du Guesclin, frère de Bertrand Du Guesclin[réf. nécessaire].

Un péage est mentionné jusqu'au XVIIIe siècle[4].

Avant 1790, Châtillon-en-Diois était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Dië, formant une paroisse du diocèse de Die. Son église, dédiée, à saint Nicolas, dépendait. du prieuré de Guignaise (voir ce nom), à qui appartenaient les dîmes et dont le titulaire présentait à la cure[3].

GuignaiseModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[2] :

  • 1145 : Villa Guiniasie (cartulaire de Durbon).
  • 1145 : mention du prieuré Saint-Julien : Prioratus Sancti Juliani de Guiniasia (cartulaire de Durbon).
  • 1165 : mention du prieuré Saint-Julien : Abbatia Sancti Juliani Guiniasie (cartulaire de Die, 20).
  • 1230 : mention du prieuré (Saint-Julien) : Domus et capitulum Guigniasie (cartulaire de Durbon).
  • 1303 : mention de l'église Saint-Julien du prieuré : Sainct Julhian de Guynaise (Bull. Soc. d'études des Hautes-Alpes, IV, 383).
  • XIVe siècle : mention du prieuré (Saint-Julien) : Prioratus de Guinyaisia (pouillé de Die).
  • 1415 : mention du prieuré (Saint-Julien) : Prioratus Guineysie Castilionis (pouillé de Die).
  • 1425 : Guynaise (choix de doc., 287).
  • 1449 : mention du prieuré (Saint-Julien) : Prioratus de Guiniasie (pouillé hist.).
  • 1509 : mention de la paroisse de Châtillon : Cura Sancti Juliani Castillonis (vis. épisc.').
  • 1521 : mention du prieuré (Saint-Julien) : Prioratus Guignaisiae (rôle de décimes).
  • 1570 : Guinayse (rôle de décimes).
  • 1576 : Guignayse (rôle de décimes).
  • 1749 : mention de l'église Saint-Julien du prieuré : Saint Jullien de Guineze les Chastillon (Billerez, notaire à La Chapelle-en-Vercors).
  • 1778 : Les Mazures de Guignaize (Aff. du Dauphiné).
  • 1891 : Guignaise, quartier de la commune de Châtillon-en-Diois. C'est aussi le nom d'un ruisseau.

Ancien prieuré de l'ordre de Saint-Augustin et de la dépendance de l'abbaye d'Aurillac, appelé quelquefois abbaye, dont l'église dédiée à saint Julien, fut pendant longtemps l'église-mère de la paroisse de Châtillon-en-Diois, et dont le titulaire était collateur et décimateur dans cette paroisseErreur de référence : La balise ouvrante <ref> est mal formée ou a un mauvais nom..

De la Révolution à nos joursModifier

En 1790, Châtillon devint le chef-lieu d'un canton du district de Die, comprenant Aix, Châtillon-en-Diois, Laval-d'Aix, Menée ou Treschenu, Molières et Saint-Roman. Depuis la réorganisation de l'an VIII, ce canton comprend les communes de Bonneval, Boulc, Châtillon-en-Diois, Creyers, Glandage, Lus-la-Croix-Haute, Menglon, Ravel, Saint-Roman et Treschenu[3].

 : la commune fusionne avec la commune de Treschenu-Creyers, décision rendue officielle par un arrêté préfectoral du [5]. Le nom de la commune nouvelle est Châtillon-en-Diois.

HéraldiqueModifier

Politique et administrationModifier

 
La mairie.

Communes déléguéesModifier

Liste des communes déléguées de Châtillon-en-Diois
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Châtillon-en-Diois
(siège)
26086 CC du Diois 28,02 666 (2017) 24
Treschenu-Creyers 26354 CC du Diois 82,04 112 (2016) 1,4

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Jacky Reysset    
mars 1995 mars 2001 Jacky Reysset    
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Chaffois UMP  
mars 2008 mars 2014 Régine Oddoz    
28 mars 2014 en cours Eric Vanoni    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2017, la commune comptait 666 habitants[Note 1], en augmentation de 18,72 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2371 1101 1981 1911 1951 1741 1881 2231 247
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2671 2481 2351 2361 2221 0921 0511 0121 011
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
948872862763758715725624599
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
608563505562545523576561552
2017 - - - - - - - -
666--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Vie localeModifier

EnseignementModifier

SantéModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

En 1992 : bois, pâturages (ovins : agneaux de Châtillon), vergers, vignes (vin AOC Châtillon-en-Diois et Clairette de Die), lavande (essence) / Marché : vendredi matin / Artisanat d'art[4].

Loisirs et tourismeModifier

  • Syndicat d'initiative[4].
  • Village pittoresque[4].
  • Randonnées[4].
  • Panorama du sommet de Glandasse[4].
  • Vallée du Bez[4].
  • Gouffres / Combes / Ravins / Baumes[4].
  • Flore sauvage[4].
  • Parc naturel du Vercors[4].
  • Pêche et chasse[4].
  • Station climatique d'été / Station verte[4].
  • Campings[4].
  • Fête : second dimanche de juillet[4].

Lieux et monumentsModifier

 
Village de Châtillon-en-Diois

Personnalités liées à la communeModifier

  • Patrie du poète P. Devoluy[4].
  • Le peintre Alfred Courmes y est enterré[réf. nécessaire].
  • Pierre Paul Gros Long, en littérature Pierre Devoluy, né à Châtillon-en-Diois en 1862 et décédé à Nice en 1932 où une rue porte son nom. Polytechnicien, Capoulié du Félibrige de 1901 à 1909, il fut un des meilleurs disciples et amis de Frédéric Mistral et laissa une œuvre importante de poète, de romancier et de théoricien de l'idée régionaliste. Commandeur de la Légion d'honneur, il fut adjoint du maire de Nice du temps de Jean Médecin. Il est inhumé dans le cimetière protestant du village. Une plaque ornée d'un médaillon due au ciseau du sculpteur Longnon fut apposée en 1933 sur sa maison natale[réf. nécessaire].
  • Le poète Jean Sénac y a acquis une maison en 1959[réf. nécessaire].
  • Jean Giono utilisera par ailleurs Châtillon-en-Diois et ses environs pour y implanter l'histoire de Thérèse, personnage principal du roman « les Âmes fortes » (1950). À travers cette œuvre, on peut avoir un aperçu de la ville et de la vie des gens au tout début du vingtième siècle. Un aperçu qui peut d'ailleurs être remis en cause par l'aspect particulièrement énigmatique du récit. Cependant, le fait que Giono ait choisi ce cadre pour son livre est le témoin de l'affection qu'il portait à la ville et à ses alentours[réf. nécessaire].

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. a et b J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 173-174
  3. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 80
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Châtillon-en-Diois
  5. Patrick Vieillescazes, « Recueil des actes administratifs n°26-2018-108 : Arrêté portant création de la commune nouvelle de Châtillon-en-Diois » [PDF], sur drome.gouv.fr, , p. 43-45
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier