Château de Vincy

château à Gilly dans le canton de Vaud, Suisse

Château de Vincy
Image illustrative de l’article Château de Vincy
Vue de la facade du château
Début construction 1721
Fin construction 1724
Propriétaire initial Jean et David de Vasserot
Destination initiale Habitation
Protection Inscrit à l'inventaire cantonal en 1974[1]

Bien culturel d'importance nationale

Coordonnées 46° 27′ 43″ nord, 6° 18′ 04″ est
Pays Suisse
Canton Vaud
Commune Gilly
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Château de Vincy
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Château de Vincy

Le château de Vincy est situé dans le hameau homonyme, sur le territoire de la commune vaudoise de Gilly, en Suisse.

HistoireModifier

Trois châteaux participent de l’histoire de Vincy. Un château « de la Motte », construit sur une éminence sans doute aux XIe-XIIe siècles, dominait l’entrée du vallon des Vaux à la hauteur des anciens châteaux forts de Mont-le-Grand (Mont-sur-Rolle) et Mont-le-Vieux (Essertines-sur-Rolle). Cette forteresse a été détruite en 1293 lors du conflit qui opposait les sires de Prangins à la Maison de Savoie. Plus bas, deux maisons fortes, dites « des Vaux » et « de Vincy » s’élevaient à une centaine de mètres l’une de l’autre, de part et d’autre ruisseau du Flon-de-Vincy[2].

Le fief des Vaux remonte à 1313 et est étroitement lié à la famille de Mestral. Cette maison seigneuriale est attestée en 1436. Elle passe en 1623 au patricien bernois Albert Manuel, puis revient en 1643 à Anne de Gingins, veuve de François Gaspard de Mestral, déjà détentrice du fief de Vincy voisin. Cette seigneurie est acquise en 1720 par Jean Vasserot[2].

Le fief de Vincy est lui aussi lié aux membres de la famille de Mestral, sans doute dès le XIVe siècle, mais attesté en 1449. L’antique maison forte de Vincy était implantée au nord-est du château actuel (lieu-dit à la Colombière), sur la rive orientale du Flon-de-Vincy. Ce bien-fonds passe en 1724 à David Vasserot. La maison forte est remplacée par une ferme vers 1745, elle-même démolie en 1939[2].

L’actuel château de Vincy, construit sur le site de l’ancienne maison seigneuriale des Vaux, a été bâti entre 1721-1724 pour Jean et David Vasserot, père et fils. Ceux-ci, banquiers en Hollande et en France, enrichis tous deux dans le cadre des spéculations internationales initiées par John Plaw, ont été anoblis en 1713 par le roi de Prusse. Leur architecte est le Genevois David Jeanrenaud, qui travaille également pour cette famille au château de la Bâtie-Beauregard à Collex-Bossy. Le château passe en 1750 à Horace Vasserot, qui procède à d’importants aménagements intérieurs, puis en 1787 à Auguste Vasserot, officier de carrière. Ce dernier vit difficilement les troubles de la Révolution. Royaliste engagé, il soutient la contre-révolution en France et reçoit de nombreux réfugiés à Vincy. Les archives du château sont en partie brûlées en 1802 par les Bourla-Papey. Entre 1792 et 1804, le château reçoit divers embellissement dans la cour d’honneur et sur les deux façades principales, tandis que le sculpteur genevois Jean Jaquet intervient à l’intérieur par des décors virtuoses en stuc. Lamartine séjourne durant une centaine de jours à Vincy lors de son exil de 1815[2],[3].

Le domaine passe en 1841 à Albert Vasserot, peintre et mélomane; – en 1872, à Gustave de Fernex; – en 1883, à René Delessert; – en 1956, à Jacques-Rodolphe de Wurstemberger. – Inscrit à l'inventaire cantonal du patrimoine en 1974[1]. – Depuis 2007, il est détenu par le célèbre architecte Lord Norman Foster et son épouse Lady Elena[2],[4].

L'ensemble du mobilier et des collections historiques du château ont été dispersées lors d'une grande vente aux enchères en 1996[5]. Certaines pièces ont pu être acquises par des musées, notamment des portraits et un service à thé Delessert, en porcelaine de Chine, vers 1765[6].

Le château est classé comme bien culturel d'importance nationale[7]. Il donne son nom à plusieurs grand crus produits dans le domaine viticole attaché au domaine (à ne pas confondre avec le domaine voisin du Coteau de Vincy)[8].

BibliographieModifier

  • Christine Amsler, Paul Bissegger, Château de Vincy. Deux seigneuries, un domaine noble, sept siècles d’histoire – Château de Vincy. Two seigniories, one noble estate, seven centuries of history, Vincy 2012
  • Paul Bissegger, Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII. Rolle et son district (Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse 120), Berne 2012, [ (ISBN 978-3-03797-029-4)], 486 p. (Vincy, p. 147-165)
  • Vincent Lieber, Le voyage aux Indes. Porcelaines chinoises pour des familles suisses, 1740-1780, Nyon, Château de Nyon, , 189 p. (ISBN 978-2-940479-07-8), p. 50-57, 132-137 (porcelaine, portraits, généalogie Delessert).

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b « Fiche de recensement 132A », sur recensementarchitectural.vd.ch
  2. a b c d et e Paul Bissegger, Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII, Rolle et son district, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Monuments d’art et d’histoire de la Suisse », (ISBN 978-3-03797-029-4), p. 147-165
  3. Martine de Rosny-Farge, Lamartine : Cent jours sur les rives du Léman, Éditions Cabédita, coll. « Espace et horizon », , 180 p. (ISBN 978-2-88295-483-1)
  4. D.SZ, « Le châtelain de Vincy est très discret », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  5. Le contenu du Château de Vincy, Gilly sur Rolle : qui sera vendu aux enchères sur place, le lundi 25 et mardi 26 mars 1996, par Phillips, Son & Neale S.A. : [vente], London ; Genève [etc.] : Phillips, cop. 1996.
  6. Vincent Lieber, Le voyage aux Indes. Porcelaines chinoises pour des familles suisses, 1740-1780, Nyon, Château de Nyon, , 189 p. (ISBN 978-2-940479-07-8), p. 82-87, 158-163.
  7. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  8. (en) « Gilly Wine », sur www.wine-searcher.com (consulté le )

Liens externesModifier