Château de Peel

château britannique

Château de Peel
Image illustrative de l’article Château de Peel
Le château de Peel
Période ou style Forteresse
Début construction VIIIe siècle
Propriétaire actuel Manx National Heritage
Coordonnées 54° 13′ 35″ nord, 4° 41′ 57″ ouest
Pays Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Région historique île de Man
Localité Peel
Géolocalisation sur la carte : Île de Man
(Voir situation sur carte : Île de Man)
Château de Peel
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Château de Peel

Le château de Peel est un château médiéval construit à Peel, sur la petite île de Saint-Patrick, reliée par une chaussée à l'île de Man. Cet ensemble important surplombe le port de Peel. On peut y voir une tour et les ruines d'une église construites au XIe siècle. La cathédrale date du XIIIe siècle.

HistoireModifier

Le site du château de Peel, sur l'île de Saint-Patrick, est occupé depuis la préhistoire. Il est voué au culte chrétien dès le VIe siècle. À la fin du VIIIe siècle, les Vikings, païens, s'y établissent, puis, lorsque Godred Crovan, roi de Man, unifie le royaume de Man et des îles Hébrides, le château devient le siège du pouvoir mannois.

Le château est entouré d'enceintes qui incluent l'église Saint-Patrick et la Tour ronde, érigées à partir du XIe siècle. Le château abrite alors les appartements des seigneurs de l'île de Man. Lorsque la Couronne d'Angleterre reprend le pouvoir sur l'île en 1765, le château est abandonné et tombe progressivement en ruine jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Jusqu'au XIIIe siècle, le château de Peel est le centre de la vie politique sur l'île de Man. Puis le pouvoir est transféré à Château-Rushen, faisant de Castletown la nouvelle capitale de l'île[1].

FonctionsModifier

 
Visage d'homme découvert au château de Peel, exposé au Manx Museum.

Le château de Peel a essentiellement une fonction défensive et a été construit à l'origine pour se prémunir des attaques venues de la mer. Il présente pourtant des lacunes défensives dans le cas d'une attaque venue des terres, et notamment des hauteurs de la colline de Peel[1]. Des découvertes archéologiques ont révélé qu'un rempart de pierre de l'époque celto-norroise avait été rehaussé par un mur de tourbe au Moyen Âge[2].

Il ne semble pas que l'ensemble de Saint-Patrick ait été entouré par ces remparts, même si des archéologues ont tenté de les localiser au nord[3] et au sud[4] de l'île.

Personnalités liées au châteauModifier

Dans les lettresModifier

Un passage du roman historique Peveril du Pic de Walter Scott (1823) a pour cadre le château de Peel. La plage de Fenella, au pied de la chaussée, tient son nom d'un personnage du roman[5].

Dans la traditionModifier

Le château serait hanté par le Moddey Dhoo, un chien noir fantôme[6].

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Vaughan Robinson et Danny McCarroll, The Isle Of Man. Celebrating A Sense Of Place, Liverpool University Press, (ISBN 0-85323-036-6).
  2. [Gelling 1990] M Gelling, Excavation at Peel Castle 1982-87: Final Report, Liverpool, éd. D. Freke / St Patrick's Isle (IOM) Archaeological Trust, , sur _ _ _.
  3. G. Bersu a fait des fouilles au château de Peel en 1947. Voir [Wright 1982] M. D. Wright, « Excavations at Peel Castle, 1947 », Proceedings of the Isle of Man Natural History and Antiquarian Society, vol. 9, no 1,‎ , p. 21-57.
  4. David Freke en 1986. Voir [Freke 1987] (en) David Freke, Peel Castle Excavations : Fourth Interim Report, Douglas, St Patrick's Isle (IOM) Archaeological Trust, (présentation en ligne).
  5. « Fenella Beach photo », sur thebeachguide.co.uk, , 24 septembre 2000 (consulté en ). Le château de Peel Castle vu depuis le pont levant à l'entrée du port de Peel.
  6. (en) James Mackillop, Dictionary of Celtic Mytholgy, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 0192801201)

BibliographieModifier

  • (en) The Peel Castle Dig, David Freke, The Friends of Peel Castle, The Manx Museum, Douglas, 1995, 60 p.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :