Ouvrir le menu principal

Château de Murol

château fort français
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Château de Murol en Saint Amant.

Château de Murol
Image illustrative de l’article Château de Murol
Château fort de Murol sur son promontoire
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Guillaume de Sam
Destination initiale Ouvrage militaire, seigneurie.
Propriétaire actuel Municipalité de Murol
Destination actuelle vestiges, site touristique
Protection Logo monument historique Classé MH (1889)[1]
Site web http://www.chateaudemurol.fr
Coordonnées 45° 34′ 41″ nord, 2° 56′ 42″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Commune Murol

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Château de Murol

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Murol

Le château de Murol est un château situé en Auvergne-Rhône-Alpes, dans le Puy-de-Dôme. Construit sur un promontoire basaltique à près de mille mètres d'altitude, il domine le village de Murol. Il fut édifié à partir du XIIIe siècle et fut considérablement modifié au XVIe siècle.

Sommaire

HistoireModifier

La première occupation remonte au IXe et Xe siècles sous la forme d'une muraille primitive et de vestiges d'un village totalement détruit. Les plus anciens vestiges sont une chapelle préromane et de murs défensifs sur le sommet de la table de basalte, entre le XIe siècle et le XIIe siècle. La paroisse et la châtellenie de Murol ont été créées probablement au XIe siècle au détriment des vieilles paroisses environnantes (Saint-Nectaire, Saint-Victor-la-Rivière et le Vernet-Sainte Marguerite). Le château est construit autour et sur les vestiges d'une coulée de basalte (relief de Mesa), à l'intersection de trois anciennes voies romaines (Limagne, Le Mont-Dore, Clermont-Ferrand). Il est agrandi et renforcé régulièrement entre le XIIe siècle et le XVe siècle, en particulier au XIVe siècle par Guillaume de Sam ou de Murol, avec notamment la réalisation d'une chapelle funéraire[2].

Au XVe siècle, le château devient propriété de la famille d’Estaing après le mariage de Jehanne de Murol avec Gaspard d’Estaing. La haute cour est totalement remaniée suivant la mode bourgeoise et palatiale de l'époque. Leur descendant François Ier d’Estaing construit une vaste enceinte bastionnée qui entoure le château ainsi qu'un palais de la Renaissance sur le côté est avec un vaste jardin suspendu, mais les travaux restent inachevés. Une pièce d'artillerie portant le nom de François d'Estaing a été découverte dans le château. Durant l'Ancien régime, Richelieu épargne le château du fait du prestige de la famille d'Estaing, mais le monument est quasiment abandonné et certaines de ses parties sont quasiment en ruine. Il est également épargné lors de la Révolution française, faisant office de prison durant cette période, et finit par être utilisé comme carrière de pierres. Au XIXe siècle, à la suite d’un don du propriétaire, le comte de Chabrol, il devient propriété de la commune de Murol.

Le château a été classé Monument historique en 1889[1].

La troupe de mises en scène costumées Les Compagnons de Gabriel anima le site pendant de nombreuses années, avant que lui succède la troupe des Paladins du Sancy. Il est une des principales attractions touristiques du Puy-de-Dôme avec une fréquentation proche de 150 000 visiteurs par an.

Au début du mois de mars 2019 ont été tournées des scènes du film Kaamelott (2020) d'Alexandre Astier[3].

ArchitectureModifier

Le château possède deux chapelles, la première a été modifiée plusieurs fois entre le XIe s et le XIIe s, puis Guillaume de Murol (dit Guillaume de Sam) édifia la deuxième chapelle et le donjon dans un style roman.

L'enceinte intérieure est polygonale et épouse les contours du socle basaltique, à l'angle nord-est une tour maîtresse du XIIIe (tour de Chautignat) rassemble plusieurs salles voutées desservies par une escalier à vis.

Évocations artistiquesModifier

 
Linteau de la porte d'entrée de la haute cour avec les armoiries des Murol à gauche et de Gaspard d'Estaing à droite.
 
Tour du château de Murol

Elle surprend plus qu'aucune autre ruine par son énormité simple, sa majesté, son air antique puissant et grave. Elle est là, seule, haute comme une montagne, reine morte, mais toujours la reine des vallées couchées sous elle. On y monte par une pente plantée de sapins, on y pénètre par une porte étroite, on s'arrête au pied des murs, dans la première enceinte au-dessus du pays entier.

Là-dedans, des salles tombées, des escaliers égrenés, des trous inconnus, des souterrains, des oubliettes, des murs coupés au milieu, des voûtes tenant on ne sait comment, un dédale de pierres, de crevasses où pousse l'herbe, où glissent des bêtes.

J'étais seul, rôdant par cette ruine. »

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Château de Murol », notice no PA00092213, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Allios 2015.
  3. Nicolas Jacquet, « Kaamelott est à Murol et.. c'est pas faux », La Montagne,‎ , p. 7 (ISSN 2109-1560)

BibliographieModifier

  • Dominique Allios (dir.), Murol, la forteresse muette, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Archéologie & culture », , 214 p. (ISBN 978-2-7535-4079-8)

AnnexesModifier