Ouvrir le menu principal

Château de Lucinière

château fort français

Château de Lucinière
Image illustrative de l’article Château de Lucinière
Début construction XVIIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire actuel privé
Protection  Inscrit MH (1985)
Coordonnées 47° 28′ 59″ nord, 1° 27′ 56″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bretagne
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Commune Joué-sur-Erdre

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Château de Lucinière

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Lucinière

Le château de Lucinière est un château de la commune de Joué-sur-Erdre en Loire-Atlantique. Sa construction s'étend du XVIIe siècle au XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Le château a abrité un haras, appelé « haras de Lucinière »[1].

HistoireModifier

À l'origine, il s'agissait d'un château fort[2].

En 1485, le château est vendu par la famille de Montfort-Laval à Pierre Landais. Le nom de la seigneurie était alors « Roche-en-Nort ». Elle était alors sous la dépendance d'une autre seigneurie, celle de « La Roche-Bernard ».

Le 13 août 1487, après l'échec du siège de Nantes (du 19 juin au 6 août 1487) tenu par le duc de Bretagne, le roi Charles VIII et Anne de Beaujeu campent avec leurs troupes aux alentours du château de Lucinière, dans la paroisse de Joué[2].

Le château fut par la suite acquis par le cardinal Robert Guibé.

Les fortifications entourant le château ont été démolies en 1589. Le Conseil de la Ligue avait décidé la démolition du château, mais la famille Cornulier eut recours à la duchesse de Mercœur et obtint l'annulation de la décision. Le château subit alors trois modifications de 1681 à 1682. Le château renaissance, encadré de tour, est ainsi augmenté par un corps de logis central et un fronton regardant vers l'Erdre. À la même période, André Le Nôtre, jardinier du parc royal de Versailles, vint tracer les avenues.

À la fin du XVIIIe siècle le château est pillé et incendié. Il ne reste de l'ancienne demeure que trois tourelles faisant partie de l'actuel château et une petite chapelle qui renferme quelques tombeaux de famille.

Adolphe Le Gualès de Mézaubran, est venu à Lucinière par mariage en 1884, avec Marie-Thérèse de Cornulier (1865-1903).

Durant l'Occupation, le comte et la comtesse Le Gualès de Mézaubran, propriétaires du château de Lucinière, protègent dix Juifs, dont plusieurs enfants. Ils recevront le 10 octobre 1999 la Médaille des Justes[3], décernée par Yad Vashem.

ProtectionModifier

La chapelle du château, l'orangerie, la salle à manger et son décor en boiserie font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 9 décembre 1985[4].

SourcesModifier

RéférencesModifier

BibliographieModifier

  • Ernest Du Laurens de La Barre, Histoire de Châteaubriant et de ses barons : suivie d'une notice sur la ville et ses environs, sur Derval, la Meilleraye, etc., Nort et les bords de l'Erdre, Châteaubriant, J.-R. Chevalier, (lire en ligne)
  • Service des haras, des courses et de l'équitation, Haras de France, Paris, Impr. spéciale des courses Champon & Pailhé, (lire en ligne)
  • « Comte et la comtesse Le Gualès de Mézaubran », sur Comité français pour Yad Vashem

ComplémentsModifier