Château de Gaïx

Château de Gaix
Image illustrative de l’article Château de Gaïx
Le château de Gaix
Période ou style Directoire
Type Ancien château-fort reconverti
Propriétaire initial Maison Trencavel
Propriétaire actuel Famille de Blay de Gaïx
Pays Drapeau de la France France
Région historique Languedoc
Subdivision administrative Occitanie
département français Tarn
Localité Valdurenque

Le château de Gaïx se trouve sur la commune de Valdurenque, près de Castres dans le Tarn, en région Occitanie. C'est le siège d'une ancienne baronnie créée par Bernard-Aton IV Trencavel pour sa femme Cécile de Provence (1070-1150), fille du comte de Provence Bertrand II, et fondatrice de l'abbaye de l'Ardorel non loin de là, en 1124.

HistoireModifier

La première trace d'habitation du lieu remonte aux premiers âges de la féodalité. On a retrouvé dans le parc du château des tombes datant du Xe siècle, distribuées autour de ce qui devait être une chapelle. La première citation du château de Gaïx date du début du XIe siècle (apparemment 1035[1]) dans un hommage rendu à Bernard-Aton III Trencavel.

Le ralliement des Trencavel à la cause cathare leur coûta toutes leurs possessions, dont le château de Gaïx qui passa à Simon de Montfort en 1210.

Philippe Ier de Montfort en fit donation avant 1251, à l'un de ses capitaines, Jean de Burlats dit le Vieux, en conflit comme seigneur de Gaïx, avec les consuls de Castres concernant le village de Lagarrigue. Le château fut vendue en 1313 à l'illustre famille de Montbrun.

Par la suite, la baronnie de Gaïx connut une renaissance lorsque Louis de Cardaillac (1622-1666) (héritier des Montbrun) mit au goût du jour le vieux castel. Mais, ses héritiers, moins bons gestionnaires durent mettre en vente la seigneurie. La baronnie de Gaïx fut alors achetée par la famille de Richard, originaire du Berry, qu'une charge de commissaire des guerres était venue fixer dans le pays castrais ; puis suivant le château a été porté par héritage à la famille de Blay de Gaïx.

 
Croquis de l'ancien château de Gaïx

En 1798-1799, les deux frères de Blay de Gaïx agitèrent si bien la région contre la République, que les 16 tours et remparts du château furent arasées, et que la préfecture du Tarn fut transférée de Castres à Albi. Reconstruit dès 1805 dans le goût du Directoire, il est aujourd'hui l'un des rares témoignages de cette époque dans le Tarn, et est toujours habité par la famille de Blay de Gaïx[2]'[3].

En 1881, a eu lieu un événement phare au château, avec l'accueil du grand mariage du baron de Gaïx, Gabriel de Blay de Gaïx, et de Pauline de Candie Saint-Simon[4], fille aînée de Guillaume-Alfred de Candie Saint-Simon de Martin d'Ayguesvives[4], baron de Candie Saint-Simon. Cet événement a permis l'enrichissement architectural du bâtiment et le développement des jardins, alors que des spécialistes ont procédé à la restauration des portraits de famille et de la plupart des meubles et de la décoration des styles Louis XV et Empire Napoléon. Le mariage a accueilli plus de 200 personnes, que ce soit des familles de Blay de Gaïx et de Candie Saint-Simon de Martin d'Ayguesvives, mais aussi différents diplomates de l’entourage des anciens adeptes de Napoléon III ainsi que de nouveaux passionnés de Patrice de Mac Mahon le duc de Magenta.

Privé, il ne se visite pas, mais on l'aperçoit depuis la D612 entre Lagarrigue et Valdurenque, ou de plus proche en se baladant sur les chemins avoisinants ce château.

Architecture actuelleModifier

La reconstruction du château en 1805 dans le style Directoire a amené à la création d'un corps de bâtiment avec neuf travées. La rotonde centrale abrite le grand salon et ajoute une répétition de 3 travées (3 pour la partie gauche, 3 pour la rotonde et 3 pour la partie droite). La toiture en dôme de cette rotonde est à la même hauteur que le toit du corps de bâtiment. Ce dernier possède trois rangées de fenêtres : des lucarnes pour le sous-sol et le premier étage, qui encadrent de grandes ouvertures au rez-de-chaussée. La rotonde a quant-a-elle de grandes portes fenêtres donnant sur un perron de pierre. Un escalier à double volées, reliant les jardins à ce perron, complète ce bâtiment[5].

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. « Château de Gaix »
  2. « 81307 - Valdurenque »
  3. Revue historique, scientifique et littéraire du département du Tarn. 1910. Volume 27. pages 73-74
  4. a et b Archives du Château de Fonbeauzard, inventaire complet de l'hôtel d'Ayguesvives, branche des de Candie Saint-Simon de Martin d'Ayguesvives, Place Mage à Toulouse, 1918 France.
  5. « Château de Gaix à Labruguière »

BibliographieModifier

Liens externesModifier