Ouvrir le menu principal

Château de Bonneville (Haute-Savoie)

château fort à Bonneville (Haute-Savoie)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Bonneville.

Château de Bonneville
Image illustrative de l’article Château de Bonneville (Haute-Savoie)
Nom local Château de Béatrix de Faucigny
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Béatrice de Faucigny
Destination initiale Résidence comtale
Propriétaire actuel Commune de Bonneville
Destination actuelle ouvert en période estivale
Protection  Inscrit MH (1987)[1]
Coordonnées 46° 04′ 44″ nord, 6° 24′ 30″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Faucigny
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Bonneville

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Château de Bonneville

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Bonneville

Le château de Bonneville, dit aussi des Sires de Faucigny ou de Beatrix de Faucigny, est un ancien château fort, du XIIIe siècle, restauré au XVIe siècle, dont les vestiges se dressent sur la commune de Bonneville dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Au XIIIe siècle il est le siège d'une châtellenie.

Les ruines de l'ancien château comtal font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Sommaire

SituationModifier

Le château de Bonneville est situé dans le département français de la Haute-Savoie sur la commune de Bonneville, sur une butte rocheuse, qui domine légèrement la ville au nord de la place du Parquet, à 450 mètres d'altitude. Situé en rive droite de l'Arve[3], il contrôle la confluence avec le Borne[4].

ToponymeModifier

Le château est installé dans le Bourg du château, Burgum Castri[4], et porte le nom de Castrum Arvense[3],[5]. Le bourg reçoit de Béatrice de Faucigny, le nom de Bona villa, « la Bonne ville », l'actuelle Bonneville[4]. Le premier document mentionnant le toponyme date de 1289[6].

Le site communal donne pour nom au château les formes contemporaines de Sires de Faucigny ou encore de Beatrix de Faucigny, en hommage à Béatrix/Béatrice, dame de Faucigny, bien que la tablette présentant les travaux de restauration utilise la forme « Château des Sires du Faucigny », que l'on retrouve également associé à l'aménagement de l'écoquartier voisin[7]. Cette première forme est celle aussi utilisée par certaines institutions locales comme sur les site de la Communauté de communes Faucigny-Glières[8] ou encore de la structure touristique supradépartementale Savoie Mont Blanc[9].

HistoireModifier

Sur la colline de Pressy, derrière le lycée, les seigneurs d'Anières dressent, au XIe siècle[10], une tour romane, depuis disparue, qui a pour charge de garder le passage de l'Arve. Il s'agit de l'emplacement de l'ancien château de Toisinge(s) ou Tucinge(s)[4].

En 1262[10],[4], un peu plus à l'ouest, le futur comte Pierre de Savoie[6],[11],[12], marié à Agnès de Faucigny, érige un fortin en bois sur une butte[4], le « chaffal »[13],[Note 1]. Le village porte à l'origine le nom de Toisinge(s)/Tucinge(s), d'où la mention dans de nombreux documents avant 1283[14],[15].

Ce dernier est remplacé vers 1290[10],[4] par le château actuel que l'on doit à sa fille Béatrice de Faucigny, dite la Grande Dauphine[Note 2]. La ville est mentionné pour la première fois sous son nouveau nom dans un acte du où le dauphin conclut un accord avec le seigneur de Beaufort[6].

Veuve, du dauphin Guigues VII de Viennois, Béatrice de Faucigny qui gouvernera le Dauphiné et le Faucigny dont les possessions sont une enclave dauphinoise entre le comté de Genève et les États de Savoie, remet au château, le [16] le Faucigny en héritage à son petit-fils Hugues de la Tour du Pin, fils d'Humbert de La Tour du Pin. Lors du traité de paix entre le comte de Savoie et la Grande Dauphine Béatrice d'août 1308, les châteaux de Faucigny, de Bonne, de Monthoux, de Bonneville, du Châtelet-de-Credo, d'Alinge-le-Vieux et de Lullin, avec leurs mandements et juridictions[17]. C'est toujours au château qu'en 1309[16] est signé le contrat de mariage d'Hugues de la Tour du Pin avec Marie de Savoie, fille du comte Amédée V.

En 1355[16], au retour du Faucigny dans le giron savoyard à la suite du traité de Paris, Amédée VI en fait le centre d'une châtellenie et il devient le siège administratif et judiciaire de la région. Le juge-mage y réside et c'est en son sein que le conseil de la cité tient ses assises. Cette même année, il séjourne au château et le donne à son épouse, Bonne de Bourbon. Le château est ravagé par un incendie en 1392[4] ou 1393[16] et sera restauré en 1583[18].

En 1589[16] le château résiste victorieusement lors de la guerre qui oppose le duc de Savoie Charles-Emmanuel d'une part à Genève et au roi de France d'autre part.

Aux XVIe et XVIIe siècles[10], le Faucigny est apanagé aux Genevois-Nemours. Résidents à Annecy, ils se font représenter à Bonneville par un châtelain, qui réside au château. On y établit alors des prisons ; cela deviendra son usage exclusif au XVIIIe siècle[10] avec la maison de Savoie, et on démolira alors les logis d'habitation. Il gardera cette fonction de prison jusqu'en 1934. Le château est par la suite acheté par la commune de Bonneville.

DescriptionModifier

Le château de Bonneville de plan régulier est le type même du château dit « carré savoyard »[19]. Il se présente sous la forme d'une enceinte, à l'origine fossoyée, quadrangulaire large de 18 mètres et longue de 85 mètres, flanquée de tours rondes à poivrières dans chaque angle. Il n'en subsiste que deux sur la face orientale. Dressées à l'est, la « Tour Noire », et « Tour Blanche », respectivement 21 mètres et 15 mètres de hauteur, ont été érigées par Béatrice de Faucigny, fille de Pierre II de Savoie. Elles sont séparées par une courtine de 18 mètres, derrière laquelle se trouve la cour seigneuriale. Ce sont les parties les plus anciennes du château, qui nous soient parvenues. On accédait au château par une porte fortifiée encadrée de deux tours et précédée par un pont-levis.

La partie ouest, de par l'aménagement des prisons, a totalement été défigurée, à l'exception d'une jolie fenêtre murée, située dans la courtine sud[Note 3]. Le point culminant du rocher situé à l'angle nord-ouest est occupé par un donjon cylindrique de 9,75 mètre de diamètre et haut de 14,50 mètres. Cette tour maitresse circulaire isolée fut vraisemblablement érigée dans la seconde moitié du XIIIe siècle[20].

À l'intérieur se dresse la chapelle gothique dédiée à sainte Catherine.

Deux campagnes de fouilles sont réalisées par l'unité Archéologie et Patrimoine bâti du conseil départemental de la Haute-Savoie, en 2019.

Les deux tours, la courtine et la cour carrée se visitent en période estivale.

Châtellenie de BonnevilleModifier

OrganisationModifier

Le château de Toisinges (Bonneville) est le centre d'une châtellenie, dit aussi mandement, du Faucigny, mise en place à partir du XIIIe siècle[21],[22] (peut être à la fin du siècle précédent). Le Faucigny serait organisée autour de neuf châtellenies[Note 4] à la fin du XIIe siècle dont Toisinges (Bonneville) occupait le 2e rang dans l'ordre de préséance, selon l'ancien inventaire des titres du Faucigny (1431), cité notamment par le chanoine Jean-Louis Grillet[23],[21].

Durant la période delphinale, le Faucigny serait organisé (à partir de 1342-1343) autour de quinze châtellenies, dont Bonneville[24].

Villages, paroisses, fortifications de la châtellenie de Bonneville[25]
Commune Nom Type
Ayse Château des Tours château
Ayse Maison forte de la Motte maison forte
Bonneville Château de Bonneville château
Bonneville Château de Pressy château
Bonneville Château des Roches château
Bonneville Le Château château
Bonneville Château de Cormand maison forte
Brizon Maison forte de Villy maison forte
Marignier Châtelard châtelet
Mont-Saxonnex Château Blanc autre
Mont-Saxonnex Le Châtelet châtelet
Mont-Saxonnex Les Tours autre
Vougy La Tour de l'Île autre

Au cours de la première partie du XIVe siècle, la baronnie du Faucigny est à nouveau réorganisée autour de 17 châtellenies[26].

ChâtelainsModifier

Dans la baronnie de Faucigny, puis dans le comté de Savoie, le châtelain est un « [officier], nommé pour une durée définie, révocable et amovible »[27],[28]. Il est chargé de la gestion de la châtellenie ou mandement, il perçoit les revenus fiscaux du domaine, et il s'occupe de l'entretien du château[29]. Le châtelain est parfois aidé par un receveur des comptes, qui rédige « au net [...] le rapport annuellement rendu par le châtelain ou son lieutenant »[30].

L'érudit local, Bernard Ducretet, dans une présentation lors du XXXIIe congrès des sociétés savantes de Savoie qui s'est déroulé à Moûtiers, en 1988, à propos de la châtellenie de Beaufort, précise les rôles de cette charge, à l'aune de la thèse de droit d'Étienne Dullin, Les châtelains dans les domaines de la Maison de Savoie en deçà des Alpes (1911), en indiquant qu'ils sont « les intermédiaires obligés entres le Communiers[Note 5] de leur Châtellenie et la Curia du Prince, où ils étaient couramment présents soit pour rendre compte de leur gestion administrative, soit pour exposer les vœux et doléances de la population »[33].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Roanne, Éditions Horvath, , 619 p. (ISBN 2-7171-0159-4).
  • Nicolas Carrier, Matthieu de La Corbière, Entre Genève et Mont-Blanc au XIVe siècle : enquête et contre-enquête dans le Faucigny delphinal de 1339, Librairie Droz, , 401 p. (ISBN 978-2-8844-2019-8), p. Introduction.
  • Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 22-25.
  • Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 152-154 (lire en ligne).
  • [PDF] Nicolas Payraud, « Châteaux, espace et société en Dauphiné et en Savoie du milieu du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle », HAL - Archives ouvertes, no tel-00998263,‎ (lire en ligne) extrait de sa Thèse de doctorat d'Histoire dirigée par Etienne Hubert, Université Lumière-Lyon-II (lire en ligne).
  • Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Éditions Cabédita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 37-38.

Fonds d'archivesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. «Chaffal », terme médiéval savoyard désignant une construction de bois, à usage défensif.
  2. En 1283, Béatrice de Faucigny donnera à la ville neuve le nom de Bonneville[6].
  3. Ses remplages peuvent être comparés à ceux de la priorale de Contamine-sur-Arve, construite en 1295 par la même Béatrice de Faucigny.
  4. Liste des neuf châtellenies reprenant l'ordre de préséance : Châtillon, Toisinges (Bonneville), Bonne, Sallanches, Faucigny, Le Châtelet du Crédoz, Samoëns, Montjoie et Flumet[23].
  5. Les « communiers ou comparsoniers, consorts ou jomarons » sont un regroupement ou encore association de plusieurs familles paysannes[31], « soit dans le cadre d'une paroisse, soit dans la possession ou l'exploitation d'un bien indivis »[32].

RéférencesModifier

  1. a et b « Château comtal », notice no PA00118364, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. a et b Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne), p. 458.
  4. a b c d e f g et h Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0, lire en ligne), p. 170.
  5. Guy 1929, p. 152.
  6. a b c et d Faucigny 1980, p. 33-34, « Bonneville ».
  7. « Patrimoine historique - Le château de Bonneville (Sires de Faucigny ou Beatrix de Faucigny) », sur sur le site de la commune de Bonneville (consulté le 19 avril 2018).
  8. « Château des Sires du Faucigny », sur sur le site de la CC Faucigny-Glières (consulté le 19 avril 2018).
  9. « Château des Sires du Faucigny », sur sur le site Savoie Mont Blanc (consulté le 19 avril 2018).
  10. a b c d et e Christian Regat - François Aubert 1999, p. 37-38.
  11. D'après « Bonneville », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 8 février 2016).
  12. André Perret, Les institutions dans l'ancienne Savoie : Du onzième au seizième siècle, Chambéry, Conseil départemental d'animation culturelle, , 87 p. (ASIN B0007AXLD6, lire en ligne [PDF]), p. 35.
  13. Michel Germain, Jean-Louis Hebrard et Gilbert Jond, Dictionnaire des communes de Haute-Savoie, Éditions Horvath, , 450 p. (ISBN 978-2-71710-933-7), p. 121.
  14. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9, lire en ligne), p. 54.
  15. Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne) (Acte du , Régeste genevois, 1866, notice REG 0/0/1/955).
  16. a b c d et e Georges Chapier 2005, p. 24.
  17. Traité de paix fait à Montmélian entre le comte de Savoie et la Dauphine du (REG 0/0/1/1625).
  18. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 171.
  19. Matthieu de la Corbière, L'invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève. Étude des principautés et de l'habitat fortifié (XIIe – XIVe siècle), collection : Mémoires et documents, Annecy, Académie salésienne, 2003, 646 pages, (ISBN 2-901102-18-2), p. 198.
  20. Matthieu de la Corbière, ibid., p. 297.
  21. a et b Auguste Dufour, François Rabut, Histoire de la commune de Flumet, t. 11, Chambéry, Imprimerie du Gouvernement - Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, coll. « Mémoires et documents », , 62-68 p. (lire en ligne).
  22. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9, lire en ligne), p. 65.
  23. a et b Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, vol. 3, t. 2, Chambéry, J.F. Puthod, , p. 264. (volume 2, lire en ligne)
  24. Matthieu de la Corbière, L'invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève : Étude des principautés et de l'habitat fortifié (XIIe - XIVe siècle), Annecy, Académie salésienne, , 646 p. (ISBN 978-2-90110-218-2), p. 195.
  25. Payraud 2009, p. Annexe 8 : liste des ensembles fortifiés intégrés au corpus.
  26. Carrier, de La Corbière, 2005, p. XX (lire en ligne).
  27. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie : images, récits, La Fontaine de Siloé, , 461 p. (ISBN 978-2-8420-6347-4, lire en ligne), p. 146-147.
  28. Nicolas Carrier, « Une justice pour rétablir la « concorde » : la justice de composition dans la Savoie de la fin du Moyen Âge (fin XIIIe -début XVIe siècle) », dans Dominique Barthélemy, Nicolas Offenstadt, Le règlement des conflits au Moyen Âge. Actes du XXXIe Congrès de la SHMESP (Angers, 2000), Paris, Publications de la Sorbonne, , 391 p. (ISBN 978-2-85944-438-9), p. 237-257.
  29. Alessandro Barbero, « Les châtelains des comtes, puis ducs de Savoie en vallée d'Aoste (XIIIe-XVIe siècle) », dans Guido Castelnuovo, Olivier Mattéoni, « De part et d'autre des Alpes » : les châtelains des princes à la fin du moyen âge : actes de la table ronde de Chambéry, 11 et 12 octobre 2001, , 266 p. (lire en ligne).
  30. Nicolas Carrier, « A travers les archives médiévales de la principauté savoyarde - Les comptes de châtellenies », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - Sabaudia.org (consulté en mars 2018).
  31. Thérèse Leguay et Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions Jean-paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 978-2-877-47804-5, lire en ligne), p. 43.
  32. Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 413.
  33. a et b Bernard Ducretet, « Les châtelains de Beaufort du XIIIe au XVIIIe siècle », Notables et notabilité dans les pays de Savoie : actes du XXXIIe congrès des sociétés savantes de Savoie, Moûtiers, 10-11 septembre 1988 publié par l'Académie de la Val d'Isère, Moûtiers,‎ , p. 31-52 (lire en ligne)
  34. ADS1.
  35. Payraud 2009, p. 671-682, Annexe 11 : liste des châtelains recensés dans le cadre de cette étude.
  36. Article[Lequel ?], p. 138, publié dans Bernard Andenmatten, Agostino Paravicini Bagliani, avec la collaboration de Nadia Pollini, Amédée VIII - Félix V, premier duc de Savoie et pape (1383-1451). Actes du colloque international, Ripaille-Lausanne, 23-26 octobre 1990, vol. 103, Bibliothèque historique vaudoise, Lausanne, Fondation Humbert II et Marie José de Savoie, , 523 p.
  37. Laurent Perrillat, L'apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles : pouvoirs, institutions, société, vol. 113, t. 2, Académie salésienne, , 1070 p. (lire en ligne), « Annexe n°4 - Listes des châtelains et fermiers de châtellenies de l'apanage aux XVIe et XVIIe siècle », p. 931-932, « Bonne ».