Château d'Alleuze

château fort français

Château d'Alleuze
Image illustrative de l’article Château d'Alleuze
Le château d'Alleuze.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVe siècle
Destination initiale Résidence seigneurial
Propriétaire actuel Personne privée
Destination actuelle Ouvert au public
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1927)[1]
Coordonnées 44° 57′ 22″ nord, 3° 05′ 27″ est
Pays
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Commune Alleuze
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château d'Alleuze
Géolocalisation sur la carte : Cantal
(Voir situation sur carte : Cantal)
Château d'Alleuze

Le château d'Alleuze est un ancien château fort médiéval, remanié et restauré à plusieurs reprises et dont l'origine remonte au XIIe siècle, qui se dresse sur la commune française d'Alleuze dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Cet édifice est aujourd'hui en ruine et maintenu dans cet état. Il est accompagné de la chapelle Saint-Illide, reconstruite au XVe siècle.

Les vestiges du château font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

LocalisationModifier

Le château d'Alleuze est situé dans le département français du Cantal sur la commune d'Alleuze, sur un promontoire dominant la rivière d'Alleuze dont la partie terminale fait partie de la retenue du barrage de Grandval.

Le château d'Alleuze se situe à la base du village d'Alleuze. Très isolé, loin des lieux habités ce qui la sauvé de la destruction complète, Alleuze n'a jamais été la résidence d'un roi, il est habité par des soldats et leurs capitaines. Son but était de défendre une position militaire stratégique.

HistoriqueModifier

Possédé au XIIe siècle par Béraud VIII de Mercœur, connétable d'Auvergne, seigneur d'Aubijoux et d'Alleuze, il fut ensuite la possession des évêques de Clermont. C'était un des postes avancés de la citadelle de Saint-Flour.

Au XIIIe siècle, un château, qui n'est pas celui que l'on connaît aujourd'hui, était en construction entre 1267 et 1285.

Au cours de la guerre de Cent Ans, en 1382, Aymerigot Marchès, mercenaire au service de l'Angleterre, avec douze de ses hommes, s'empare d'Alleuze qui n'est gardé que par le portier et son épouse ; ce dernier aurait été blessé par le tir d'un arbalétrier. Pour d'autres, la prise du château, en 1383, est le fait de Bernard de Galan, routier d'origine bretonne, du parti des Anglais ; la garnison n'étant que de trois hommes[2]. Garlan sema la terreur dans toute la région et ce n'est qu'à prix d'or que l'on parvient à le déloger. Pour éviter que Garlan ait des successeurs, les habitants de Saint-Flour incendient le château en 1405. Monseigneur de la Tour, propriétaire du château, très mécontent de ces déprédations, obligea les sanflorains à le reconstruire.

Pierre Mercier (figure populaire de l'époque) fait courir la rumeur que les anglais étaient là le et déclenche la panique à Saint-Flour. Il part donc pour Alleuze pour détruire le château prétendument pris par les Anglais. Le château d’Alleuze se retrouve détruit. Bernard de Garlan porte plainte contre Pierre Mercier et Jean Saysset, cette affaire part en procès. La ville de Saint-Flour perd ce procès et doit reconstruire le château. Mercier et Saysset se retrouvent assignés en 1408. Henri de La Tour est décédé en 1414.

Pris par les Huguenots en 1575, les tours du château furent utilisées comme geôles par les évêques de Clermont[1].

En 1972, Guy de la Tour acquit le village de la Barge situé à trois kilomètres environ de Surgit.

Archambaud De Bourbon a acheté le château à la puissante famille de Mercœur pour le doter de soldats qui sont sur place en permanence pour assurer la sureté de la place de Saint-Flour.

DescriptionModifier

Le château d'Alleuze est un château fort au plan caractéristique des édifices construits au XIVe siècle : un plan carré, flanqué aux angles de tours rondes. Après sa destruction en 1405 par les Sanflorains, il fut rebâti en 1411 sur le même plan[1].

TournagesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Restes du château fort », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Nicolas Mengus, Châteaux forts au Moyen Âge, Rennes, Éditions Ouest-France, , 283 p. (ISBN 978-2-7373-8461-5), p. 169.