Ouvrir le menu principal

Château Langlade
Image illustrative de l’article Château Langlade (Gard)
Bâtiment du Château Langlade

Pays Drapeau de la France France
Siège social Langlade Gard
Fondation 1891
Appellations AOC, vin de pays, Vin de table
Cépage Syrah, Grenache, Roussanne, Mourvèdre, Carignan, Cinsault
Personnes clés David Dombre
Antoine Paul (Tony) Dombre
Jacques et Michel Cadène
Caveau de dégustation Au domaine
Site web http://chateaulanglade.blogspirit.com/acces/

Le domaine du Château Langlade est situé dans le Gard, à 12 km à l'ouest de Nîmes.

L'intérêt historique de cette exploitation réside dans le fait qu'elle fut mise en place dans le cadre d'une replantation générale en Vaunage à la suite des ravages du phylloxera à la fin du XIXe siècle qui avaient entrainé la destruction massive d'un vignoble existant depuis l'Antiquité. Cela explique la nature quasi industrielle de cette cave, élaborée par un ingénieur des Ponts et Chaussées.

HistoriqueModifier

Ce domaine fut créé en 1891[1] par Antoine Paul (Tony) Dombre[2] sur les terres de son grand-père David Dombre et attenant à la propriété de ce dernier.

Tony Dombre était maire du village de Langlade, responsable de l'administration des Ponts et Chaussées dans le département du Gard, Officier de l'Instruction Publique[3].

Il est l'arrière-grand-père des propriétaires actuels, Jacques et Michel Cadène, Vignerons indépendants.

Le vignobleModifier

Le vignoble - qui, concernant le Château Langlade, s'étend sur 25 hectares de coteaux et de garrigues - est en activité depuis le XVe siècle. Plusieurs écrits attestent que le roi René et d'autres Seigneurs étrangers[4] venaient s'y approvisionner[5].

Sa production est issue du terroir réputé du Vieux Langlade[6], loué par des chants provençaux (comme le célèbre "A la Font de Nîmes")[7].

La caveModifier

La Cave de ce domaine connaît une architecture unique. Elle comprend un chais de vinification, un chais d'élevage en barriques, un chais d'élevage en foudres de chêne de Russie (100 à 120 hectolitres), en amphores ou en cuves.

Une étonnante voûte en parefeuilles provençaux double la toiture classique en tuiles (avec une structure métallique construite sur un modèle "Eiffel") et crée un matelas d'air immobile isolant. Cette disposition assure une isolation thermique et hygrométrique parfaite toute l'année[8].

L'accès à l'étage supérieur (sommet des foudres et des cuves) est permis par un chemin de ronde extérieur, incliné et contournant la cave. Les bennes à vendanges sont vidées directement par gravité, en raisins entiers, ou après passage dans un égrappoir dans les cuves de fermentation.

Sous le chemin de ronde, des caves obscures voutées et semi-enterrées permettent un parfait vieillissement des différents millésimes.

Dès 1901, l'installation du cellier était consacrée par un Diplôme d'Honneur obtenu au Concours de la Société d'Agriculture du Gard[9].

Production et appellationModifier

Notes et référencesModifier

  1. Site du collège de la Vaunage
  2. Revue de viticulture du Gard, 1901
  3. Site de Nîmes Métropole
  4. Site non officiel sur l'histoire de Langlade
  5. Histoire des paysans - 1200 - 1850, Eugène Bonnemère, 1856.
  6. Statistique du département du Gard, Hector Rivoire, Éditions Ballivet et Fabre, 1842
  7. Site de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
  8. Site des vins du Languedoc-Roussillon
  9. Revue de la Viticulture du Gard, 1901
  10. Productions du domaine
  11. Cépages du domaine

BibliographieModifier

  • Statistiques du département du Gard, Hector Rivoire, Éditions Ballivet et Fabre, 1842.
  • Histoire des paysans, Jispeh Eugène Bonnemère, 1856.
  • Revue de Viticulture du Gard, 1901.
  • Revue de Viticulture gardoise, Presses documentaires, 1949.
  • Les paysans de Languedoc, Éditions Mouton, Emmanuel Leroy Ladurie, 1966.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier