Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rochet.

Château Lafon-Rochet
Pays Drapeau de la France France
Appellations saint-estèphe (quatrième cru classé)
Cépage 55 % cabernet sauvignon
40 % merlot
5 % cabernet franc
Site web www.lafon-rochet.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Le château Lafon-Rochet est un domaine viticole situé en AOC saint-estèphe. Il est classé quatrième cru en 1855.

Histoire du domaineModifier

Comme de nombreux domaines en Médoc, l'histoire viticole de Château Lafon-Rochet remonte au XVIIe siècle. La propriété était à l'origine connue sous le nom de Domaine Rochet et appartenait à Antoinette de Guillemotes. En épousant Étienne de Lafon, elle fut rebaptisée sous le nom de Château Lafon-Rochet[1].

En 1959, Guy Tesseron, grand nom du cognac, reprit le domaine à une époque difficile dans le bordelais. Le domaine ne compte alors plus que 15 hectares. Il fut décidé de démolir complètement le château et de le reconstruire entièrement sur les plans d'une chartreuse du XVIIIe siècle. En 1975, Guy Tesseron reprend également le Château Pontet-Canet, et quelques années plus tard le Château Malescasse.

En 1999, Michel Tesseron et sa sœur Caroline Poniatowska se consacrèrent à Château Lafon-Rochet alors qu'Alfred et son frère Gérard Tesseron reprirent la gestion de Château Pontet-Canet. À partir du millésime 2000, le jaune canari du château est repris sur les étiquettes des bouteilles.

Vignoble et terroirModifier

Le vignoble de Château Lafon-Rochet est d’un seul tenant, il se situe au sud de l'AOC saint-estèphe, bordée par une jalle qui en marque la délimitation, en face de Château Lafite-Rothschild. Les sols se divisent en trois grands ensembles homogènes: terres graves argileuses, des graves sèches qui produisent le Grand Cru Classé et des colluviosols[2] produisants les Pélerins de Lafon-Rochet.

Quand le domaine fut reconstitué, une proportion très importante de cabernet sauvignon (80 %) fut plantée et « finalement, il fut réalisé que ce fut une erreur mais pas avant 20 millésimes de vin plutôt dur »[3]. À présent le merlot compte pour 40 % de l'encépagement, comme pour le vignoble voisin du Château Cos d'Estournel, conférant au vin un caractère à la fois plus gras et plus sophistiqué.

L'encépagement actuel du domaine est constitué de :

Les 41 ha vignes ont un âge moyen de 37 ans, avec une densité de 9 000 pieds par ha, produisant de 40 à 50 hl/ha[4].

VinsModifier

Les vendanges sont intégralement manuelles[4].

Les raisins connaissent une fermentation de 18 à 21 jours. Le vin bénéficie de la fermentation malolactique en fûts de chêne. Le vin est élevé pendant 15 à 20 mois dans des barriques en chêne, neuves à 35 à 45 % selon l'année.

Le critique américain Robert M. Parker cite quatre décisions qui ont permis une amélioration des vins de Lafon-Rochet au cours des années 1990[5] :

  • repousser la date des vendanges ;
  • augmenter la proportion de barriques neuves pour l'élevage ;
  • augmenter la proportion de merlot dans l'encépagement du vignoble, comme dans les assemblages ;
  • produire un second vin des tonneaux les plus faibles.

Environ 40 % de la production[4] est destinée au second vin, « Les Pelerins de Lafon-Rochet ».

ASSEMBLAGES ET NOTES DE DÉGUSTATION
Millésime Assemblage
(% Cabernet-sauvignon / Merlot / cabernet franc / petit-verdot)
Note Parker Note Gault & Millau Note La RVF
1982 [●] / [●] / [●] / [●] [●] [●] [●]
1985 [●] / [●] / [●] / [●] [●] [●] [●]
1990 [●] / [●] / [●] / [●] [●] [●] [●]
1994 43 / 54 / 3 / - [●] [●] [●]
1995 39 / 61 / - / - [●] [●] [●]
1996 40 / 56 / 4 / - [●] [●] [●]
1997 52.5 / 44.5 / 1.5 / - [●] 17,5 [●]
1998 52.5 / 44.5 / 1.5 / - [●] [●] [●]
1999 36 / 60 / 4 / - [●] [●] [●]
2000 57 / 40 / 3 / - 90 18 [●]
2001 46 / 50 / 4 / - 87 16 [●]
2002 [●] / [●] / [●] / [●] 86 [●] [●]
2003 [●] / [●] / [●] / [●] 90+ 16 [●]
2004 46 / 51 / 3 / - 90 [●] 16
2005 44 / 49 / 4 / 3 90 17 17
2006 40 / 53 / 5 / 2 88 17 16
2007 61 / 31 / 4 / 4 [85-87] 15 16
2008 59 / 31 / 4 / 6 [87-89] 17 16,5
2009 67 / 27 / 1 / 5 [●] 18 17,5
2010 66 / 31 / 3 / - [●] 18 16,5
2011 59 / 33 / 3 / 5 [●] 16,5 15
2012 67,5 / 31 / - / 1,5 [●] 15 16
2013 70 / 30 / - / - [●] 16,5 15
2014 [●] / [●] / [●] [●] [●] 16,5
2015 [●] / [●] / [●] [●] [●] [●]

ControversesModifier

À la suite d'une déclaration à la Revue des Vins de France de Basile Tesseron, propriétaire du château depuis 2007, selon laquelle il arrêtait la conduite en bio[6], un collectif d’associations anti-pesticides fait réaliser en 2018 des analyses démontrant la présence de pesticides dans les millésimes 2013, 2014 et 2015[7]. La Fédération régionale de l’agriculture biologique de la Nouvelle-Aquitaine[8] fait savoir, de son côté, que ce grand cru du Médoc n'a jamais été certifié bio[9].

Notes et référencesModifier

  1. Page 'Histoire' du site officiel de Château Lafon-Rochet
  2. Sols définis par une roche-mère constituée de dépôts de bas de pente avec une certaine uniformité.
  3. The Wines of Bordeaux: Vintages and Tasting Notes 1952-2003, Clive Coates
  4. a b et c Page 'Terroir' du site officiel de Château Lafon-Rochet
  5. Bordeaux: A Consumer's Guide to the World's Finest Wines, Robert M. Parker, 2003
  6. « À Bordeaux, Lafon-Rochet stoppe le bio : trop polluant ! », sur La Revue du vin de France (consulté le 6 décembre 2018)
  7. « Des analyses confirment que le château Lafon-Rochet n'a jamais tenté une conversion en bio », sur Rue89 Bordeaux, (consulté le 6 décembre 2018)
  8. « La FRAB Nouvelle-Aquitaine », sur www.bio-nouvelle-aquitaine.com (consulté le 6 décembre 2018)
  9. « Communiqué de presse : LES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES BIO DE NOUVELLE-AQUITAINE S’INSURGENT CONTRE LES ALLÉGATIONS DU CHÂTEAU LAFON-ROCHET », sur www.bio-nouvelle-aquitaine.com (consulté le 6 décembre 2018)

Voir aussiModifier