Centre scientifique et technique du bâtiment

Le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) est un établissement public français à caractère industriel et commercial (EPIC). Il est placé sous la tutelle du ministère de la Cohésion des territoires, du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Centre scientifique et technique du bâtiment
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
1947
Cadre
Sigle
CSTBVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Siège
Pays
Organisation
Effectif
948
Président
Organisation mère
Affiliation
Site web
Identifiants
SIREN
SIRET
TVA européenne

HistoriqueModifier

Le Centre scientifique et technique du bâtiment est créé en 1947 pour accompagner la reconstruction d'après-guerre en France[1]. Il est notamment un outil charnière du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU) après la guerre de 1939-1945.

Dans le cadre des débats sur la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV), le Parlement propose un renforcement du contrôle parlementaire du CSTB par le biais d’une part d’une modification du conseil d’administration[2], et d’autre part par l’obligation pour le CSTB de rendre compte chaque année de son activité devant l’OPECST (cf. article 9 de la loi TECV). En octobre 2017, le CSTB lance un incubateur d’entreprises, CSTB’Lab, qui vise à partager les résultats de recherches développées par le CSTB[3].

Organisation et gouvernanceModifier

Après le décret du 5 mai 2016, le conseil d’administration du CSTB, comprend un député et un sénateur, des représentants de l'État, des représentants élus des salariés, des représentants des collectivités territoriales et des personnalités qualifiées qui peuvent être choisies au sein des universités, des écoles et des centres de recherche nationaux[4].

Le président du CSTB est nommé par décret pour une durée de 5 ans, renouvelable une fois. Depuis 2014, son président est Étienne Crépon. Son mandat a été renouvelé en décembre 2020.

Missions et activitésModifier

La mission du CSTB est de garantir la qualité et la sécurité des bâtiments.

FilialesModifier

Le CSTB emploie, au 31 décembre 2019, plus de 900 salariés sur quatre sites en France : Marne-la-Vallée[5]. Ses produits d'exploitation 2018 se sont élevés, hors filiales, à 114,92 millions d'€.

Le groupe CSTB comprend, en 2019, les filiales suivantes[6] :

  • Aérodynamique EIFFEL, équipée d’une soufflerie pour des études et essais aérodynamiques dans les domaines du bâtiment, de l’automobile notamment
  • BIOGUESS, spécialisé dans le diagnostic des aérocontaminants de l'air intérieur
  • CERTIVEA, certification environnementale des bâtiments non résidentiels, des territoires durables et des acteurs
  • CERWAY, opérateur international de la certification HQE
  • ACOUSTB, bureau d’études spécialisé en acoustique et vibration dans le domaine de l’environnement, du bâtiment et de l’industrie
  • CERTISOLIS, laboratoire d'essais et organisme de certification des performances des modules solaires photovoltaïques
  • Eurovent Certita Certification, organisme certificateur européen dans le domaine du génie climatique

Notes et référencesModifier

  1. Isabelle Buttenwieser, Hélène Chevet, Panorama des techniques du bâtiment 1947-1997, CSTB/Plan Construction et Architecture, 1997 (ISBN 2-86891-272-9)
  2. « Le CSTB sous contrôle du Parlement », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Le CSTB lance un accelérateur de start-up de la construction », sur www.batirama.com (consulté le )
  4. Article L142-1 du code de la construction et de l'habitation.
  5. « Chiffres clés 2018 », sur cstb.fr
  6. « Filiales du groupe CSTB », sur cstb.fr

Liens externesModifier