Centre permanent d'initiatives pour l'environnement

Centre permanent d’initiatives pour l’environnement
(CPIE)

Cadre
Forme juridique réseau d'associations
But protection de l'environnement et développement durable
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1972
Identité
Siège Paris (France)
Méthode actions de sensibilisation à l'environnement
Membres 10 000
Employés 900 salariés
Représentativité Reconnaissance d'utilité publique
Site web www.cpie.frVoir et modifier les données sur Wikidata

Le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) est une marque déposée, un label reconnu par l'État français et un réseau d'associations œuvrant pour une meilleure prise en compte de l’environnement et du développement durable.

DéfinitionModifier

Un Centre permanent d'initiatives pour l'environnement (CPIE) est une association ayant une connaissance fine du territoire sur lequel il est implanté. Il mène des actions en faveur du développement durable

L'action d'un CPIE concerne un très large public, des décideurs aux citoyens ordinaires : élus locaux et collectivités territoriales ; populations scolaires et établissements éducatifs ; habitants et acteurs socioprofessionnels du territoire.

Il est à noter qu'en Alsace, les Centres d'initiation à la nature et à l'environnement (CINE) ont été mis en place par l'Association régionale pour l’initiation à l’environnement et à la nature en Alsace (ARIENA)[1]. Mais dans le cadre de la région Grand Est, les CINE alsaciens et les CPIE cherchent à harmoniser leurs labels. C'est ainsi que la Maison de la nature du Ried et de l'Alsace centrale et le CPIE Hautes-Vosges bénéficient du double label CINE et CPIE.

L'Union nationale des Centres permanents d'initiatives pour l'environnementModifier

L'Union nationale des Centres permanents d'initiatives pour l'environnement (UNCPIE) est une association reconnue d'utilité publique qui coordonne le réseau des CPIE. Elle constitue une plate-forme de ressources et d’appui pour le réseau des CPIE. Elle fait vivre le projet du réseau des CPIE et le réactualise régulièrement, fixe des priorités stratégiques pour des périodes données, assure une veille et une communication nationale et s'engage auprès des acteurs nationaux pour une meilleure prise en compte de l’environnement et du développement durable.

Le réseau CPIE[2], présent dans 63 départements et 21 régions, était constitué, en 2011, de 80 CPIE regroupés dans 16 Unions régionales. Il emploie plus de 900 salariés et regroupe 10 000 adhérents dont plus de 1000 personnes morales (collectivités, associations, établissements publics). Il gère un budget consolidé de 40 millions d’euros provenant des usagers, des collectivités et de leurs groupements, des services de l’État, d’établissements publics et d’entreprises.

Histoire des Centres permanents d'initiatives pour l'environnementModifier

Naissance et développementModifier

En 1972, le Comité interministériel d'action pour la nature et l'environnement (CIANE) décide de favoriser la création de centres spécialisés dans la pédagogie de terrain.

C'est ainsi que, de 1972 à 1976, sont créés 7 CPIE. En 1974, le ministère de l'Agriculture rejoint le groupe chargé du programme de réalisation des CPIE composé des ministères chargés de l'Environnement, de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. La double mission des CPIE est définie. Deux ans plus tard, un arrêté institue la commission nationale des CPIE. Jacques Pelletier, sénateur de l'Aisne, est le premier président de l'Union nationale des CPIE, qui dépose ses statuts et tient sa première assemblée générale en 1977.

En 1982, un protocole confiant la gestion du label à l'UNCPIE est signé avec le ministère de l'Environnement et le premier logo CPIE apparaît.

En 1993, Jean-François Le Grand, administrateur du CPIE du Cotentin, sénateur de la Manche, devient président de l'Union nationale des CPIE. Un an plus tard, l'Union nationale des CPIE est reconnue d'utilité publique.

Nouvelles orientationsModifier

En 1997, sous la présidence d'Yvon Bec, président du CPIE de Haute-Auvergne et maire d'Aurillac, les Centres permanents d'initiation à l'environnement deviennent Centres permanents d'initiatives pour l'environnement. Ce changement de nom entérine l'évolution des CPIE, dont les missions vont au-delà des actions d'éducation à l'environnement.

En 2002 est adopté le "Projet de réseau", renouvelant ainsi le "Projet stratégique" de 1994. En 2007, les principes fondamentaux du réseau des CPIE sont réaffirmés en termes de valeurs, de modes d'agir, de domaines d'activités, de types d'usagers, tandis que le projet de réseau est revu et que sont adoptés trois orientations stratégiques et un plan d'actions pour les années 2008-2010.

Nouveau positionnementModifier

En 2015, les CPIE adoptent une nouvelle Charte nationale : en tant qu'artisans du changement environnemental, ils s'engagent à prolonger leurs actions d'éducation à l'environnement et d'accompagnement des territoires par un renforcement du pouvoir d'agir des citoyennes, des citoyens et des acteurs territoriaux.

ListeModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. CINE site web ariena.org
  2. Ces chiffres sont extraits de la plaquette présentant le réseau des CPIE téléchargeable en ligne
  3. CPIE Collines normandes
  4. Le CPIE Terres de l’Eure-Pays d’Ouche est une association en maraîchage biologique et d’éducation à l’environnement et au développement durable intervenant auprès de tout public. Il gère le Potager de Beaumesnil.