Ouvrir le menu principal

Un Centre de diversité est une zone biogéographique dans laquelle existe une forte variation génétique pour une espèce donnée, ou, à une échelle taxonomique plus élevée, un grand nombre d'espèces pour un genre ou une famille. Cette zone peut indiquer le centre d'origine de cette espèce, ou de ce genre ou famille. Ces deux domaines peuvent coïncider mais ce n'est pas toujours le cas ; le degré de coïncidence fait l'objet de débats[1]. On parle aussi de centres de diversité en génétique humaine pour l'étude de chaque haplogroupe mitochondrial ou du chromosome Y.

Dans ces régions, les organismes ont pu évoluer au cours de nombreuses générations pour se diversifier et acquérir des résistances diverses face aux différents organismes pathogènes existants, grâce à des mutations qui ont été sélectionnées et ont pu s'accumuler dans les populations les plus anciennes de l’espèce. La diversification génétique au sein d'un espèce permet aussi un plus large spectre d'adaptations écologiques pour l’espèce, permettant aux chercheurs d'y trouver diverses adaptations avantageuses pour l'agriculture.

L'expression est due aux chercheurs russe Nikolai Vavilov et américain Jack Harlan[2]. En 1926, Vavilov a publié une étude intitulée : Études sur l'origine des plantes cultivées, dans laquelle il décrivait dix centre de diversité, à savoir :

Par la suite, Vavilov fit évoluer le concept de centre de diversité en y ajoutant les centres de diversité secondaires[1]

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Centers of Diversity, Crop Adaptation », université d'État de l'Oregon (consulté le 15 août 2012).
  2. a et b (en) George Acquaah, Principles of plant genetics and breeding, Blackwell Publishing, (ISBN 978-1-4051-3646-4).

Articles connexesModifier