Ouvrir le menu principal

Centrale nucléaire de Leningrad
Image illustrative de l’article Centrale nucléaire de Leningrad
vue aérienne de la centrale, 2010
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord-Ouest
District fédéral Nord-Ouest
Oblast Leningrad
Coordonnées 59° 50′ 50″ nord, 29° 02′ 37″ est
Opérateur Rosenergoatom
Année de construction 1 mars 1970
25 octobre 2008
Date de mise en service 1 novembre 1974
Réacteurs
Type 3 RBMK-1000
1 VVER-1200
Réacteurs actifs 3 x 1 000 MW
1 x 1 200 MW
Puissance nominale 4 200 MW
Production d’électricité
Divers
Source froide Mer Baltique
Site web Rosenergoatom : Page web dédiée à la centrale nucléaire de Leningrad

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Centrale nucléaire de Leningrad

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Centrale nucléaire de Leningrad

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Centrale nucléaire de Leningrad

La centrale nucléaire de Leningrad (en russe : Ленинградская АЭС, Leningradskaïa AES) est située 70 km à l'ouest de Saint-Pétersbourg, en Russie, au bord du golfe de Finlande. La centrale est connue aussi sous le nom de Sosnovy Bor, qui est la ville la plus proche, dans l'oblast de Léningrad.

Sommaire

DescriptionModifier

La centrale est équipée de quatre réacteurs RBMK-1000 du type TF U-graphite (tubes de force U-graphite) :

  • Leningrad 1 : mis en service en 1973 et arrêté en décembre 2018[1]
  • Leningrad 2 : mis en service en 1975
  • Leningrad 3 : mis en service en 1979
  • Leningrad 4 : mis en service en 1981

Les deux premiers réacteurs sont des RBMK de première génération, les deux derniers sont des RBMK de deuxième génération. Les réacteurs RBMK de première génération sont estimés les plus dangereux, le réacteur accidenté de Tchernobyl appartenait à la deuxième génération.

Le propriétaire-exploitant est l'entreprise d'état Rosenergoatom.

Incidents et accidentsModifier

Un accident nucléaire s'est produit le 18 décembre 2015 à la centrale[2] : un réacteur a dû être arrêté après qu'un tuyau du circuit de refroidissement ait éclaté, ce qui a entraîné un dégagement de vapeur chaude. Il est difficile de savoir quelle est la teneur en radioactivité de cette vapeur. Selon la direction de la centrale, qui a renvoyé chez eux tous les employés sauf ceux directement impliqués dans la production, la vapeur n'était pas radioactive. Pourtant, ce réacteur n'a qu'un seul circuit de refroidissement, l'eau est donc nécessairement entrée en contact avec la radioactivité avant d'être transformée en vapeur : voilà pourquoi la fuite de vapeur était radioactive selon Oleg Bodrov, ingénieur et physicien ayant travaillé des années dans l'industrie nucléaire[3].

Projet Leningrad IIModifier

Depuis 2008, l'entreprise Atomenergoprom construit la première tranche de la centrale de Leningrad II, qui sera à terme équipée de 4 réacteurs de type VVER-1200 d'une puissance électrique nette de 1085 MW chacun.

Leningrad 2-1 a été connectée au réseau en mars 2018 et mise en service commercial en octobre 2018[4].

Les travaux de la seconde tranche ont débuté en avril 2010, pour une connexion au réseau attendue fin 2019 et une mise en service courant 2020.

Les tranches 3 et 4 sont annoncées à l'horizon 2023-2024[1].

RéférencesModifier

  1. a et b « Rosatom retires Leningrad I-1 nuclear reactor (Russia) | Enerdata », sur www.enerdata.net (consulté le 3 janvier 2019)
  2. « Silence radio(actif) pour l'accident nucléaire à la centrale Leningrad », sur mediapart.fr, (consulté le 26 décembre 2015)
  3. (de) « Heißer Dampf in Sosnowy Bor », sur http://www.taz.de/, (consulté le 29 décembre 2015).
  4. Base de données PRIS de l’AIEA - mise à jour du 02 mai 2019

Liens externesModifier

Voir aussiModifier