Ouvrir le menu principal

Centrale McCormick

centrale hydroélectrique canadienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McCormick.

Centrale McCormick
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région administrative Côte-Nord
Municipalité Baie-Comeau
Coordonnées 49° 11′ 35″ nord, 68° 19′ 37″ ouest
Cours d'eau Rivière Manicouagan
Objectifs et impacts
Vocation production électrique, eau potable
Propriétaire Hydro-Québec (60 %)
Alcoa (40 %)
Date du début des travaux 1951
Date de mise en service 1952
Barrage
Type Barrage poids
Hauteur
(lit de rivière)
29,1 m
Hauteur
(fondation)
30,5 m
Longueur 825 m
Réservoir
Volume 7 571,2 millions de m3
Superficie 756 ha
Centrale hydroélectrique
Nombre de turbines 8
Puissance installée 335 MW

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Centrale McCormick

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Centrale McCormick

La centrale McCormick est une centrale hydroélectrique et un barrage érigés sur la rivière Manicouagan par la Quebec & Ontario Paper Company et la Canadian British Aluminium Company, à Baie-Comeau, sur la Côte-Nord, au Québec[1]. Cette centrale, d'une puissance installée de 350 MW, a été mise en service en 1952. L'aménagement est voisin de la centrale Manic-1, d'Hydro-Québec, les deux centrales partageant le même réservoir. Elle est nommée en l'honneur du colonel Robert R. McCormick (1880-1955), président du Chicago Tribune et instigateur de la construction de cette centrale[2], qui alimente l'usine de papier qui était alors la propriété du quotidien américain.

La centrale McCormick a produit de l'électricité pour les besoins des usines des deux propriétaires de la Compagnie hydroélectrique Manicouagan, l'AbitibiBowater (60 %) et l'Alcoa (40 %) à Baie-Comeau. Elle n'a pas été achetée dans le cadre de la nationalisation des compagnies d'électricité de 1962-1963, parce qu'elle ne servait qu'à alimenter les besoins de ses propriétaires.

Presque 50 ans plus tard, , Hydro-Québec s'est portée acquéreur de la participation que détenait AbitibiBowater dans la centrale, pour la somme de 615 millions CAD[3]. La transaction a été conclue en décembre 2009.

Sommaire

Notes et référencesModifier

  1. Paul Bussières, « Aménagements hydroélectriques récents dans la province de Québec », Cahiers de géographie du Québec, vol. 2, no 2,‎ , p. 212-214 (ISSN 1708-8968, lire en ligne [PDF])
  2. Commission de la toponymie du Québec, « Centrale McCormick », sur Topos sur le Web, (consulté le 25 mars 2009)
  3. Claude Turcotte, « AbitibiBowater annonce un plan de recapitalisation - La forestière vend à Hydro-Québec la centrale Manicouagan », Le Devoir,‎ (lire en ligne).

Voir aussiModifier