Ouvrir le menu principal

Cens (Loiret)

rivière de France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cens.

Cens
Illustration
Le Cens à Mardié (45) entre la rue de la Tuilerie et la rue de la Garenne.
Caractéristiques
Longueur 15 km
Bassin collecteur Loire
Cours
Géographie
Pays traversés le Loiret
(France)

Le Cens est une rivière du Loiret, en France, qui se jette dans le canal d'Orléans à Combleux.

ÉtymologieModifier

Le nom du Cens est issu de la racine Alis, très couramment retrouvée dans les noms de rivières en France, devenu Aussance. On la retrouve sous les formes Ozanz, Aulxence, Auzance au XVIIe siècle. Le sens originel étant perdu, le nom de la rivière est compris comme au Cens (le cens) étant un impôt bien connu, et transcrit sous cette forme[1].

Bassin versant et réseau hydrographiqueModifier

Le versant Loire du canal d’Orléans s’étend sur 344 km2 entre Orléans et Combreux. Il comprend les bassins versants du Cens (243 km2 à Combleux) et de la Bionne (101 km2). Le bassin versant du Cens peut se décomposer en trois entités[2] :

  • Le bassin du Cens amont qui s’étend au Nord de Fay-aux-Loges ;
  • Le bassin de l’Oussance entre Fay-aux-Loges et Combreux ;
  • Le Cens aval qui s’étend de Fay-aux-Loges à Combleux.

Le Cens amontModifier

Le bassin du Cens en amont de Fay-aux-Loges couvre une superficie de 109 km2. Les massifs forestiers et les bois occupent près de 80 % de la superficie du bassin versant, le reste du territoire étant occupé par des terrains agricoles. Le bassin versant est assez peu urbanisé avec un habitat diffus en dehors des trois bourgs d’Ingrannes, Sully-la-Chapelle et Traînou[2].

Le Cens prend sa source au cœur de la forêt d'Orléans en amont de l’étang des Aulnes. En aval de l’étang des Aulnes, son cours présente une pente moyenne de 0,14 %, il traverse les communes d’Ingrannes, Sully-la-Chapelle et rejoint le canal d’Orléans un peu en aval de l’écluse de Fay-aux-Loges[2].

Les principaux affluents du Cens sont, d’amont en aval[2] :

  • l’écoulement de l’étang de Sancerre ;
  • le ruisseau des Trois-Étangs ;
  • l’écoulement du Grand-Étang ;
  • l’écoulement de Nessy.

Le bassin versant compte un nombre important d’étangs, la majorité étant du domaine privé. Parmi ces étangs, plusieurs présentent des superficies en eau assez importante : étang des Aulnes, Grand-Étang, étang Neuf de Centimaisons, étang de la Binoche, étang de la Comtesse, étang de Nessy[3].

L’OussanceModifier

Le bassin versant de l’Oussance couvre une superficie de 70 km2. Il est traversé d’Est en Ouest par le canal d'Orléans qui intercepte la majeure partie des écoulements. Ainsi près de 70 % du bassin de l’Oussance est directement capté par le canal. L’Oussance en tant que telle capte surtout ses affluents de rive gauche entre Vitry-aux-Loges et Fay-aux-Loges[3].

Le Cens avalModifier

En aval de Fay-aux-Loges, le Cens et le canal se séparent au droit du Moulin d’Avau. Le Cens récupère ses affluents de rive gauche, tandis que le canal capte ceux de rive droite, dont la Crénolle en aval de Donnery[3].

Cette partie du bassin versant du Cens est nettement moins boisée, principalement occupée par des terrains agricoles. À l’approche de l’agglomération orléanaise, les zones urbaines se densifient progressivement : certains secteurs urbanisés de Mardié et Chécy se sont notamment étendus dans le lit majeur du Cens[3].

Crue de 2016Modifier

La crue eu lieu à partir du et pendant plusieurs jours, toucha les villages Ingrannes, Fay-aux-Loges, Donnery, Mardié, Chécy.

Notes et référencesModifier

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne)., notice 1016, p 23.
  2. a b c et d ISL, étude pré-opérationnelle d’amélioration du fonctionnement hydraulique du canal d’Orléans, tranche conditionnelle no 5, janvier 2009, p. 12.
  3. a b c et d ISL, étude pré-opérationnelle d’amélioration du fonctionnement hydraulique du canal d’Orléans, tranche conditionnelle no 5, janvier 2009, p. 13.

Voir aussiModifier