Ouvrir le menu principal

Centre français d'archéologie et de sciences sociales

(Redirigé depuis Cefas)

Le Centre français d'archéologie et de sciences sociales (CEFAS) de Sanaa fait partie du réseau des centres de recherches français à l'étranger. Il est basé au Yémen.

Sommaire

Bref historiqueModifier

Créé en 1982 à l'initiative de Christian Robin, le Centre, dénommé auparavant Centre Français d'Etudes Yéménites (CFEY), avait alors pour vocation première l'accueil des missions archéologiques et des chercheurs en sciences sociales qui travaillaient sur le territoire de l'ancienne République Arabe du Yémen. La nomination d'un conseil scientifique, la création du poste de directeur en 1991, puis de deux postes d'allocataires de recherche lui permirent d'acquérir le statut de véritable centre de recherche, et peu à peu investi d'une vocation à la fois régionale (Sultanat d'Oman, Arabie saoudite et Érythrée) et pluridisciplinaire (Archéologie et Sciences humaines et sociales). Le Centre s'est vu conférer en 2001 la dénomination de Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa (CEFAS) afin de marquer sa vocation régionale. Son association en 2002 au CNRS (UMS 2555) est venue renforcer son assise scientifique et permettre l'affectation de personnels du CNRS.

A la direction du CEFAS, Jean Lambert a succédé le 1er septembre 2003 à François Burgat (1997-2003). Le Centre avait été dirigé auparavant et successivement par Rémy Audouin, Marie-Christine Danchotte et Franck Mermier.

Champs de recherche et vocation régionaleModifier

Le CEFAS a une double vocation, régionale et multidisciplinaire :

  • vocation régionale : au-delà du Yémen, son champ d’action s’étend à d’autres États de la péninsule Arabique (Sultanat d’Oman, Arabie saoudite) et à une partie de la Corne de l’Afrique (Érythrée) ;
  • vocation multidisciplinaire : le CEFAS, unique centre de ce type dans la péninsule Arabique, stimule et cristallise les recherches sur le Yémen et la région, autour des axes suivants :

De la civilisation sudarabique à la construction de l’État moderne :

  • archéologie et histoire de l’Arabie du Sud aux périodes préislamiques ;
  • études des supports de la tradition et des dynamiques du changement des sociétés contemporaines ;
  • langues et littératures.

Champs disciplinairesModifier

Archéologie, sciences humaines et sociales (histoire, anthropologie, sociologie, droit, économie, sciences politiques, littératures et langues, ethnomusicologie, etc.).

Programmes en coursModifier

Histoire islamique :

  • Sauvegarde des manuscrits des collections privées de Zabid
  • Comité franco-allemand pour la sauvegarde et l’étude du patrimoine manuscrit au Yémen

Société contemporaine :

  • Le Yémen après le 11 septembre. Recompositions politiques, nouveaux enjeux locaux, régionaux et internationaux
  • Les associations au Yémen (1991-2004) : émergence ou continuités d’une société civile ?
  • Archives des représentations diplomatiques françaises de Hudayda et de Aden
  • Référents identitaires dans l'histoire du Yémen, des royaumes antiques à l'état moderne
  • La littérature yéménite contemporaine : entre tradition de la poésie et création du roman
  • La littérature d’enfance et de jeunesse au Yémen
  • Programme de recherches linguistiques Mer Rouge - océan Indien*- Ethnomusicologie et littérature orale du Yémen
  • Langue et littérature arabe dialectale*

Accords et conventions de partenariatsModifier

  • Centre yéménite d’études et de recherche, Sanaa (CYER)
  • Organisation générale des antiquités et des musées, Sanaa (GOAM)
  • Université de Sanaa
  • Fonds social de développement, Sanaa (FSD)
  • Centre du patrimoine musical du Yémen, Sanaa (CPMY)
  • Centre du Roi Faysal, Riyad (Arabie saoudite)
  • Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis (Tunisie)
  • Université de Genève, de Lausanne et Institut Universitaire du développement (IUED), Lausanne (Suisse)
  • Institut d'études politiques
  • INALCO
  • ENS
  • Université de Provence, Marseille

Accueil, formation et rencontres scientifiquesModifier

Le CEFAS accueille des chercheurs de toutes nationalités pour de courts séjours scientifiques et des périodes plus longues.

Le CEFAS offre un lieu d’encadrement doctoral aux jeunes chercheurs. Outre les boursiers doctorants intégrés à l’équipe des chercheurs permanents, le Centre accueille, dans le cadre de conventions particulières passées avec des établissements universitaires, instituts ou organismes, des stagiaires de recherche investis dans la préparation d’un mémoire de maîtrise ou d’un master ayant pour thème le Yémen ou la péninsule arabique. Sont également accueillis des stagiaires administratifs qui sont associés à mi-temps aux tâches d’intérêt général du Centre.

Dans le domaine linguistique, le CEFAS organise régulièrement un cours de dialecte yéménite et apporte son soutien au cours annuel de langue arabe organisé à Sanaa par l’ENS.

Rencontres scientifiques du CEFAS : conférences, séminaires et colloques.

PublicationsModifier

Le Centre Français d'Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa publie, et le cas échéant traduit, les travaux des chercheurs français ou européens ainsi que ceux de ses partenaires scientifiques yéménites portant sur le Yémen et les pays limitrophes. Il le fait d'une part dans Les chroniques yéménites (revue à comité de lecture), dans les "Cahiers du CEFAS" (monographies ou récits de voyages) et d'autre part par le biais d'ouvrages réalisés en coédition avec des revues REMMM, Peuples Méditerranéens ou des éditeurs privés (Edisud, Karthala), seul ou en association avec d'autres centres de recherches (Ifpo, CEDEJ, Iremam Aix-en-Provence, URBAMA Tours, American Institute for Yemeni Studies Sanaa, Deutsches Orient-Institut Hambourg, etc).

Moyens de fonctionnement et structure d’accueilModifier

La qualité de l’accueil du CEFAS, sa visibilité et sa réputation doivent beaucoup aux locaux qu’il occupe et qui sont particulièrement bien adaptés à sa mission. Il est situé dans un environnement historique préservé à quatre minutes à pied de la place Tahrir, le cœur de la ville moderne de Sanaa.

L’ensemble d’architecture entièrement traditionnel est composé d’une habitation principale et de trois annexes, avec jardin et bassin (birké). Il est réparti entre locaux administratifs, bureaux pour les chercheurs, bibliothèque et 11 chambres pour l’hébergement des visiteurs.

Bibliothèque et fonds documentairesModifier

Fondée à la fin des années 1980, la bibliothèque du CEFAS couvre le domaine de l'Arabie du Sud, de l'Archéologie aux Sociétés contemporaines, ainsi que l'Arabie saoudite et Oman. Elle est un fonds de référence pour de nombreux chercheurs yéménites et étrangers.

En 2006, le fonds de la bibliothèque comptait plus de 8 000 documents : près de 7 000 ouvrages dont les deux tiers en langue arabe et 1 400 documents divers (mémoires et thèses, tirés-à-part, rapports et colloques). Une collection d'une trentaine de titres de la presse yéménite rassemble 15 000 numéros parus de 1970 à nos jours. Les collections de revues en langue arabe et en langues européennes rassemblent une centaine de titres. Une précieuse collection des lois et décrets publiés depuis la révolution yéménite de 1962 jusqu’à nos jours (Journal Officiel), vient compléter cet ensemble documentaire sans égal au Yémen.

La cartothèque du CEFAS est composée de 800 cartes de la Péninsule arabique.

Une collection de vidéogrammes (trois centaines de vidéocassetes, audiocassettes et CD) est également disponible à la Bibliothèque du CEFAS.

PersonnelModifier

  • Personnel scientifique : 7 (dont 1 détachement MAE, 1 chercheur CNRS, 1 chercheur yéménite et 4 boursiers doctorants)
  • Personnel administratif et technique : 9 (dont 1 ITA CNRS)
  • Chercheurs associés : 6

Liens internesModifier

Liens externesModifier