Cavarzere

commune italienne de la ville métropolitaine de Venise

Cavarzere
Blason de Cavarzere
Armoiries
Cavarzere
Le palais Barbiani, mairie de la commune
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Vénétie Vénétie 
Ville métropolitaine Venise  
Code postal 30014
Code ISTAT 027006
Préfixe tel. 0426
Démographie
Population 14 974 hab. (31-12-2010[1])
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 00″ nord, 12° 02′ 00″ est
Superficie 14 000 ha = 140 km2
Divers
Saint patron San Mauro
Fête patronale 19 mars
Localisation
Localisation de Cavarzere
Localisation dans la ville métropolitaine de Venise.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Cavarzere
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Cavarzere
Géolocalisation sur la carte : Vénétie
Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Cavarzere
Liens
Site web site officiel

Cavarzere est une commune italienne de la ville métropolitaine de Venise dans la région Vénétie en Italie.

GéographieModifier

 
Cavazere

Cavarzere est située dans la plaine du au sud de la lagune de Venise, dans l'ancien delta de l'Adige, d'où les nombreux canaux qui traversent la ville. La commune de Cavarzere couvre une superficie de 140,4 kilomètres carrés, soit la dixième de la communauté d'agglomérations de Venise. La ville n'est pas affectée par la prolifération urbaine qui affecte d'autres parties de la Vénétie, par exemple dans les parcelles cadastrales romaines de Padoue.

HistoireModifier

La ville est née comme un avant-poste fortifié de la colonie grecque de Hadria sise aux bouches du . Les Romains en font l'une de leurs cités portuaires en -218. Plus tard, elle prit le nom de Caput ageris (le « bout des terres cultivées ») car celles-ci s'étendirent vers l'est au détriment des lagunes du delta de l'Adige grâce aux fossiones philistinae, réseau de drains et de remblais romains. Caput ageris devint ensuite Caputargilis, Capodarzere et finalement Cavarzere.

Autrefois incluse dans la lagune de Venise, à l'époque bien plus allongée du sud-ouest au nord-ouest, depuis Loreo dans le delta du Pô jusqu'à Grado au sud du Frioul, Cavarzere devint un refuge pour les populations de la région pendant l'invasion des Huns en 452 et des Lombards en 568 et fit alors partie de l'Italie byzantine. Au XIIe siècle, elle constituait l'un des neuf podestats du Dogat, entité centrale de la République de Venise.

Au XVIe siècle, le château a été démoli : à sa place se trouvent maintenant la cathédrale et les quais de l'Adige, mais il figure toujours sur les armoiries de la ville. Pendant la République Cisalpine le territoire actuel de Cavarzere était divisé en trois communes : Cavarzere Destro (« rive droite »), San Giuseppe (« St-Joseph ») et Cavarzere Sinistro (« rive gauche » ou Rottanova). Au Traité de Campoformio, Cavarzere Destro fut attribué à l'Autriche tandis que Cavarzere Sinistro (Rottanova) et San Giuseppe passaient sous la domination du royaume d'Italie napoléonien. Après les défaites napoléoniennes, au congrès de Vienne de 1815, Cavarzere Destro est rendu à l'Empire d'Autriche qui l'intègre à son « royaume Lombard-Vénitien », tandis que Rottanova et San Giuseppe passent aux États de l'Église[2],[3],[4]. Ce partage ne fut remis en question qu'en 1866, lorsque Cavarzere devint italienne.

Cavarzere fut lourdement endommagée par la crue de la Polésine de l'automne 1882. En 1923, les autorités italiennes envisagèrent de re-diviser Cavarzere entre les provinces de Rovigo et de Venise, mais les protestations de la population firent échouer ce projet. En 2004, Cavarzere reçut le statut de municipalité par décret du Président de la République[5]. Cavarzere fut presque entièrement rasée par les bombardements tant américains qu'allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, avant et après que le royaume d'Italie rejoigne les Alliés. La ville, en ruines, fut finalement libérée par le général italien allié Riccardo Bisogniero, et pour cette raison elle s'est jumelée avec Cassino.

Cavarzere a été à nouveau très endommagée par la crue de la Polésine de novembre 1951 qui a causé une forte diminution de la population résidente, qui a émigré vers Settimo Torinese ainsi qu'en d'autres endroits en Vénétie et en Lombardie.

ÉconomieModifier

CultureModifier

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Rottanova, San Pietro, Valcerere-Dolfina, Villaggio Busonera, Boscochiaro, Grignella

Communes limitrophesModifier

Adria, Agna, Anguillara Veneta, Chioggia, Cona, Loreo, Pettorazza Grimani, San Martino di Venezze

Notes et référencesModifier

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Jean-Claude Hocquet, Venise au Moyen Âge, Guide Belles Lettres des Civilisations, Les Belles Lettres, Paris 2003
  3. John Julius Norwich, Histoire de Venise, Payot, Paris 1986, (ISBN 978-2-228-14120-8)
  4. Alvise Zorzi, Une cité, une république, un empire : Venise, Fernand Nathan, Paris 1980 (ISBN 978-2-09-284535-6)
  5. Bulletin officiel de la région de Vénétie, [https: //bur. regione.veneto. it / BurvServices / Public / DetailAttoEntiVari.aspx? id = 298952] sur [bur.regione.veneto.it]