Ouvrir le menu principal

Cathédrale Sainte-Anne de Sainte-Anne-de-la-Pocatière

église du Québec, au Canada
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Sainte-Anne.

Cathédrale Sainte-Anne
Image illustrative de l’article Cathédrale Sainte-Anne de Sainte-Anne-de-la-Pocatière
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière
Début de la construction 1969
Fin des travaux 1970
Style dominant Contemporain
Site web sites.google.com/site/feuilletsteanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Québec, Canada
Région Bas-Saint-Laurent
Ville La Pocatière
Coordonnées 47° 22′ 02″ nord, 70° 02′ 21″ ouest

La cathédrale Sainte-Anne est une cathédrale de rite catholique romain. Siège du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, elle est située à La Pocatière, dans la MRC de Kamouraska et la région du Bas-Saint-Laurent, au Québec. Elle est consacrée à sainte Anne, fêtée le 26 juillet[1], mère de la Vierge Marie selon le protévangile de Jacques et le Pseudo-Matthieu, et donc la grand-mère de Jésus-Christ. Sainte Anne est aussi la patronne du Québec.

La cathédrale Sainte-Anne est aussi le huitième[2] lieu de culte de la paroisse Sainte-Anne, érigée en 1678, après les églises de 1715, 1735, 1767, 1800, 1845, 1920 et la crypte de 1950. Le culte à sainte Anne est arrivé en Nouvelle-France en même temps que les premiers colons français[3]. Au Québec, une vingtaine de paroisses sont placées sous le patronat de sainte Anne; celle de La Pocatière compte parmi les toutes premières.

HistoriqueModifier

La cathédrale Sainte-Anne a été construite en deux étapes : le soubassement d'abord en 1949-1950, appelé crypte, et le corps principal en 1969-1970. Pendant les vingt premières années du diocèse, la crypte en fut le siège diocésain. La construction de la crypte commença le par les travaux d’excavation. Le , le chanoine J. Stanislas Théberge, V. F., curé de Rivière-Ouelle, procéda à la bénédiction de la pierre angulaire. La crypte fut complétée le . Les cérémonies religieuses y ont eu lieu jusqu'en 1970.

La cathédrale actuelle a été construite en 1969-1970 sous la responsabilité du curé, le chanoine Charles Dumais, selon les plans de la firme d'architectes Lagacé et Massicotte, de Rivière-du-Loup. Le , le contrat de construction fut accordé à l'entrepreneur Paul Martin inc., de La Pocatière. L’église-cathédrale fut bénite un an plus tard, jour pour jour, le par Monseigneur Charles-Henri Lévesque, évêque de Sainte-Anne. Elle avait été terminée le , date de la première messe. Les coûts de construction de l’église et du presbytère s’élevèrent à 589 296 $. L’intérieur fut complété dans les années suivantes.

Caractéristiques architecturalesModifier

L'extérieur est en crépi et l'intérieur est en bois. Son plan est rectangulaire et l'intérieur est en amphithéâtre. Son plafond est plat.

Orgue ProvidenceModifier

Son orgue a été fabriqué en 1974 par la maison Orgue Providence inc. (depuis 1979, connu sous le nom de Guilbault-Thérien inc.), de Saint-Hyacinthe. Numéroté Opus 11, il compte 15 jeux sur trois claviers manuels (58 notes) et un pédalier (32 notes). L’instrument a été inauguré le 8 décembre 1974 par l’abbé Antoine Bouchard. Il s'agit du premier orgue à traction mécanique fabriqué par André Guilbault et Guy Thérien. Selon L’Encyclopédie de la musique au Canada, l'orgue de la cathédrale Sainte-Anne-de-la-Pocatière en 1974, comme les autres orgues signés par Guilbault-Thérien depuis, l'a été « dans l’esprit du renouveau de la facture canadienne depuis 1960 »[4]. Le grillage du buffet est l'œuvre du sculpteur Jean-Julien Bourgault. Cet orgue remplace un orgue Casavant (opus 2012) de 11 jeux, inauguré le 28 mai 1950 par Jean-Marie Bussière, organiste à l’église Saint-Sacrement de Québec[5].

Œuvres d'artModifier

La cathédrale compte plusieurs sculptures de Médard et Julien Bourgault, et comporte une grande verrière moderne derrière le maître-autel dans le chœur, œuvre de Michèle Tremblay-Gillon, artiste paysagère et professeure d'histoire de l'art au Cégep de l'Outaouais.

ClochesModifier

Le carillon de la cathédrale Sainte-Anne fut béni le par Mgr Charles-Henri Lévesque, évêque du diocèse de Sainte-Anne. Il compte trois cloches baptisées Anne, Bruno et Charles-Henri, la première en l'honneur de sainte Anne et la troisième en l'honneur de l'évêque du lieu. Deux cloches ont été fondues par la fabrique Crouzet et Hildebrand (F. Crouzet et Auguste Hildebrand), fondeurs de cloches à Paris au XIXe siècle et à Louviers ( Eure) en Normandie, et proviennent de l'église Saint-Henri de Montréal. Ce sont les deux grosses cloches, elles sonnent et mi. La troisième cloche a été coulée pour la cathédrale par la fonderie Dominique Bollé, à Saint-Jean-de-Braye près d'Orléans en France[6], elle sonne fa. Au total, elles pèsent 3529 kg[7].

Notes et référencesModifier

  1. Nominis : Saints Anne et Joachim
  2. Rosaire Dionne compte sept églises, il a raison. J'ajoute à cela que le soubassement (crypte) terminé en 1950 a servi au culte durant 20 ans, avant que l'église comme telle soit ouverte au culte en 1970. Rosaire Dionne, « Notes historiques sur les églises de la paroisse de Sainte-Anne de La Pocatière de 1715 à nos jours », en ligne
  3. Rodrigue Théberge, C.Ss.R. « Aller simple de la Bonne Sainte Anne en Nouvelle-France avec les pionniers français! », 16 juillet 2008, Cliquez ici pour télécharger le document. Voir aussi : « François de Laval… et le doigt de sainte Anne! », Centre d'animation François de Laval
  4. Encyclopédie canadienne, Encyclopédie de la musique au Canada et Site officiel de Guilbault-Thérien
  5. Orgues au Québec, Cathédrale Sainte-Anne, histoire détaillée de la cathédrale et de l'orgue, et évaluation des qualités de l'orgue.
  6. Fonderie de Cloches Bollée et Musée CampanaireSite web officiel
  7. Léonard Bouchard, Le Québec et ses cloches, Québec, Éditions de L'Airain, 1990, p. 412.

AnnexesModifier

SourcesModifier

  • Léonard Bouchard, Le Québec et ses cloches, Québec, Éditions de L'Airain, 1990, p. 412.
  • Rosaire Dionne, « Notes historiques sur les églises de la paroisse de Sainte-Anne de La Pocatière de 1715 à nos jours ».
  • Inventaire des lieux de culte du Québec, Cathédrale Sainte-Anne, histoire, caractéristiques, photos extérieures et intérieures.
  • Facteurs d'orgues Guilbault-Thérien, Orgue de la cathédrale Sainte-Anne, photo et description détaillée de l'orgue.
  • Orgues au Québec, Cathédrale Sainte-Anne, histoire détaillée de la cathédrale et de l'orgue, et évaluation des qualités de l'orgue.

BibliographieModifier

  • Antoine Bouchard. « Le nouvel orgue de la cathédrale Sainte-Anne-de-la-Pocatière », Bulletin des Amis de l’orgue de Québec, no. 26, Mars 1975.
  • Gérard Ouellet. Histoire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière (1672-1972), Sainte-Anne-de-la-Pocatière, L’auteur, 1973.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier