Cascabela thevetioides

Cascabela thevetioides (synonyme : Thevetia thevetioides) est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Apocynaceae, sous-famille des Rauvolfioideae, endémique du Mexique. C'est un petit arbuste pouvant atteindre 12 mètres de haut.

Noms vernaculaires : « cascabel » en nahuatl, yoyote, joyote, fraile, calaveritas, canchule, cobalonga.

ÉtymologieModifier

Le nom générique, Cascabela, dérive du terme espagnol « cascabela », signifiant « petite cloche » en référence à la forme de la fleur[2].

L'épithète spécifique, thevetioides, est un hommage à André Thevet (1502-1592), explorateur français qui voyagea au Brésil et en Guyane[2].

SynonymesModifier

Selon The Plant List (21 septembre 2020)[1] :

  • Cerbera thevetioides Kunth
  • Thevetia humboldtii Voigt
  • Thevetia thevetioides (Kunth) K.Schum.
  • Thevetia yccotli A.DC.

DescriptionModifier

Cascabela thevetioides est un arbuste ou un petit arbre, ramifié, vivace, pouvant atteindre 10 à 12 mètres de haut, secrétant une sève laiteuse, aux jeunes branches peu pubescentes.

Les feuilles persistantes, alternes, vert foncé, brillantes, linéaires-oblancéolées, mesurant 10 à 15 cm de long sur 1 à 2 cm de large, acuminées à l'apex et atténuées à la base, sont glabres ou quasi-glabres à la face supérieure (adaxiale), finement pubérulentes ou rarement glabres à la face inférieure (abaxiale). Les nervures secondaires sont bien visibles sur les deux faces. On compte de 30 à 45 paires de nervures. Le pétiole, pubescent, fait de 1 à 5 mm de long[3],[4].

 
Fruit.

L'inflorescence, longue de 10 à 16 cm, regroupe de 8 à 18 fleurs. Elle est portée par un pédoncule glabre, de 6 à 21 mm de long, muni à la base de bractées foliacées, de 4 à 11 mm de long, ovales-lancéolées, glabres sur les deux faces, avec des colléters sur la base adaxiale. Les sépales sont ovales-lancéolés, foliacés, pubescents ou glabres sur les deux faces, avec 10 à 20 colléters sur une ou deux rangées. La corolle, de couleur jaune brillant, forme un tube de 80 à 100 mm de long. La partie inférieure, glabre à l'extérieur, présente des poils rétrorses à l'intérieur ; la partie supérieure présente des lobes de 30 à 55 de long, obliquement oblongs-obovales, étalés, à la marge faiblement ciliée. Les anthères ont 1,5 à 2,8 mm de long. Le pistil présente un disque nectarifère de 2,0 à 3,0 mm, complètement soudé, lobé à l'apex[4].

Le fruit est une drupe subglobuleuse, de 30 à 45 mm de large sur 30 à 65 mm de long, glabre, noire, à l'endocarpe pierreux. Les graines oblongues, blanc à jaunâtre, font 15 à 20 mm de long[4].

L'espèce fleurit et porte des fruits pratiquement toute l'année. Chacune de ses fleurs hermaphrodites ne dure qu'une journée.

Distribution et habitatModifier

L'aire de répartition originelle de Cascabela thevetioides s'étend dans le sud du Mexique (États de Guanajuato, Guerrero, Hidalgo, Mexico, Michoacán, Morelos, Oaxaca, Puebla, Querétaro)[3].

L'espèce se rencontre dans les forêts caducifoliées tropicales des cordillères mexicaines entre 0 et 2300 m d'altitude.

UtilisationModifier

Les graines étaient utilisées comme amulettes et comme instruments de musique à percussion dans certains rituels religieux. Elles sont toxiques car elles contiennent des glucosides comme la thévetosine et la cerbéride.

La plante est largement cultivée comme plante ornementale dans le sud des États-Unis (Arizona, Californie, Floride notamment) et à Hawaï, ainsi que dans la plupart des régions tropicales du monde[3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b The Plant List, consulté le 21 septembre 2020
  2. a et b (en) « Cascabela thevetioides  », sur Gardens & Gardening, Missouri Botanical Garden (consulté le 21 septembre 2020).
  3. a b et c (en) « Taxon: Thevetia thevetioides (Kunth) K. Schum. », sur Plant Pono, (consulté le 21 septembre 2020).
  4. a b et c (en) Leonardo Alvarado-Cardenas, Jose Luis Villaseñor, Lauro Lopez-Mata, Joselin Cadena, « Systematics, distribution and conservation of Cascabela (Apocynaceae: Rauvolfioideae: Plumerieae) in Mexico », Plant Systematics and Evolution,‎ (DOI 10.1007/s00606-016-1375-6, lire en ligne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :