Caryl Férey

écrivain français
Caryl Férey
Description de cette image, également commentée ci-après
Caryl Férey au Festival Interpol'Art le .
Alias
Jacques Daniel (avec Olivier Mau)
Naissance (52 ans)
Caen, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Zulu

Caryl Férey, né le à Caen (Calvados), est un écrivain français spécialisé dans le roman policier.

BiographieModifier

EnfanceModifier

Caryl Férey est né le à Caen[1]. Il grandit en Bretagne après l'installation de sa famille à Montfort-sur-Meu, près de Rennes, en 1974. Sa mère tenait une petite parfumerie, son père était VRP pour une multinationale fabriquant des emballages. Sa grand-mère institutrice lui a transmis le goût de la lecture[1]. Son prénom lui a été donné en référence au condamné à mort américain Caryl Chessman, exécuté en 1960[2].

Après avoir été expulsé d'établissements scolaires, il achève sa scolarité par correspondance et obtient son baccalauréat[1],[3]. Pendant celle-ci, il a écrit environ 4 000 pages, avec pour premiers lecteurs ses copains.

À la fin des années 1980, il est admiratif du style de Philippe Djian, dont il a lu le roman Bleu comme l'enfer. Exempté du service militaire à Rennes, il part avec un ami en Nouvelle-Zélande[4].

Grand voyageur, il parcourt l'Europe à moto, puis fait un tour du monde à vingt ans. Il travaille notamment pour le Guide du routard.

Premières publicationsModifier

En 1994, paraît chez Balle d'Argent son premier roman Avec un ange sur les yeux. Il sort la même année son premier polar, puis quatre ans plus tard, le très remarqué Haka. Il écrit aussi pour les enfants, pour des musiciens, le théâtre et la radio.

Un maître du polarModifier

Il remporte le Prix SNCF du polar 2005 pour Utu et le Grand prix de littérature policière 2008 pour Zulu. En 2009, il obtient le prix Jean Amila au Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras pour Zulu.

En 2015, il est le parrain de la 11e édition du salon Lire en Poche[5].

En 2019 paraît Paz, dans la collection Série Noire de Gallimard, qui raconte l'histoire d'un père et de ses deux fils pris dans l'histoire sanglante de la Colombie au XXe siècle. L'ouvrage reçoit un excellent accueil critique, Pierre Monastier évoquant dans Les Lettres françaises une « grande fresque captivante [qui] signe non seulement un excellent thriller, bien écrit, mais encore une porte d’entrée intéressante sur un conflit qui n’en finit plus de récidiver[6] », tandis que Stéphanie Loré parle quant à elle de « tragédie shakespearienne », rythmée par « une narration haletante portée par des femmes intrépides », dans Profession Spectacle[7].

Engagement politiqueModifier

En 2012, il soutient Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle[8].

Vie privéeModifier

Il est le père d'une fille née en 1996 et prénommée Emma, en référence à Emma Peel[1],[9].

Méthodes d'écritureModifier

Les principaux romans de Caryl Férey se situent dans des pays marqués par un passé récent douloureux – colonisation, apartheid, dictature – qui sert de toile de fond à ses histoires : la Nouvelle-Zélande pour Haka et Utu, l’Afrique du Sud pour Zulu, l’Argentine pour Mapuche, le Chili pour Condor et la Colombie pour Paz.

Ses livres sont des radiographies d’un monde violent, noir, complexe, où le suspense est mêlé de sociologie, de politique ou d’économie. Le tout est raconté d’une plume parfois lyrique mais toujours sans concession. Des romans noirs où la critique sociale et le chaos sont omniprésents. « Je me sens toujours du côté des opprimés », déclare-t-il en 2017[3].

Caryl Férey travaille près de quatre ans sur chaque roman[1]. Il procède par étapes : un premier voyage pour découvrir le pays, prendre des repères ; ensuite commence un long travail de documentation, d’études, avant de passer à l’écriture de l’histoire ; un nouveau voyage sur place privilégiera les rencontres et permettra d’affiner, d’ancrer dans le réel ; et au retour c’est l’écriture elle-même qui est travaillée encore un an[10]. Lorsqu'il écrit, c'est environ 7 ou 8 heures par jour[4].

ŒuvresModifier

RomansModifier

Série Une enquête de Mc CashModifier

Autres romansModifier

Bande dessinéeModifier

RécitModifier

NouvelleModifier

Recueils de textesModifier

  • Petit éloge de l'excès, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Folio 2 € » no 4483, 2006, 144 p. (ISBN 978-2-07-034163-4)
  • Fond de cale : la décalcomanie, (en collaboration avec Sophie Couronne), Paris, Éd. Après la lune, 2010, 144 p. (ISBN 978-2-35227-043-0)

Romans de littérature d'enfance et de jeunesseModifier

  • Piro le Fou, (en collaboration avec Olivier Mau, sous le pseudonyme de Jacques Daniel), Éd. Fleurus, coll. « Z'azimut », 2002
  • Jour de colère, Paris, Éd. Thierry Magnier, coll. « Petite poche », 2003, 44 p. (ISBN 2-84420-202-0)
  • La Cage aux lionnes, Paris, Éd. Syros, coll. « Souris noire », 2006, 120 p. (ISBN 2-7485-0419-4)
  • La Dernière Danse des Maoris, Paris, Éd. Syros, coll. « Souris noire », 2007, 125 p. (ISBN 978-2-7485-0560-3)
  • Ma langue de fer, Paris, Éd. Thierry Magnier, coll. « Petite poche », 2007, 41 p. (ISBN 978-2-84420-591-9)
  • Alice au Maroc, Paris, Éd. Syros, coll. « Souris noire », 2009, 129 p. (ISBN 978-2-7485-0787-4)
  • L'Afrikaner de Gordon's Bay, Paris, Éd. Syros, coll. « Souris noire », 2010, 127 p. (ISBN 978-2-74-850972-4)

PréfacesModifier

Pièces radiophoniquesModifier

Pour France Culture[23],[24],[25] et France Inter (liste non exhaustive) :

Adaptation cinématographiqueModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Sabrina Champenois, « Caryl Férey: Arme sensible », sur Libération.fr, (consulté le 18 novembre 2019)
  2. Philippe Lançon, « Caryl Férey, un ex-punk «un peu fleur bleue» chez les Indiens Mapuche », sur Libération.fr, (consulté le 18 novembre 2019)
  3. a et b Lisbeth Koutchoumoff, « Caryl Férey, la rage d’écrire », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  4. a et b France 3 Bretagne, « Rencontre lumineuse avec Caryl Férey, le maître du roman noir. », sur youtube, France 3 Bretagne, (consulté le 18 novembre 2019)
  5. Stéphane Hiscock (France Bleu Gironde), « Salon Lire en poche de Gradignan : un lien très fort des lecteurs avec le "papier" », sur France Bleu (francebleu.fr), .
  6. Pierre Monastier, « Colombie, l’impossible paix ? », Les Lettres françaises,‎ , p. 4
  7. Stéphanie Loré, « “Paz” de Caryl Férey : fiel atavique », sur Profession Spectacle,
  8. « 100 auteurs de polar votent Mélenchon », sur humanite.fr,
  9. « Caryl Ferey, Interview - - - L'Ours-Polar - - - », sur patangel.free.fr (consulté le 18 novembre 2019)
  10. « Caryl Férey : “La réalité, comme toujours, m'a rattrapé” », Alternative libertaire,‎ (lire en ligne)
  11. « Prix SNCF du polar », sur prix-litteraires.net (consulté le 24 septembre 2009)
  12. « Prix Sang d'encre », sur sangdencre.org (consulté le 24 septembre 2009)
  13. « Prix Michel Lebrun », sur prix-litteraires.net (consulté le 24 septembre 2009)
  14. « Grand Prix de Littérature Policière », sur prix-litteraires.net (consulté le 24 septembre 2009)
  15. « Eric Naulleau a remis le prix du Roman noir à Caryl Férey et R.J. Ellory », sur bibliobs.nouvelobs.com, (consulté le 24 septembre 2009)
  16. « Prix du Policier - Elle 2009 », sur elle.fr (consulté le 24 septembre 2009)
  17. « Prix Jean Amila-Meckert », sur prix-litteraires.net (consulté le 24 septembre 2009)
  18. « Prix des Lecteurs Quais du Polar », sur prix-litteraires.net (consulté le 24 septembre 2009)
  19. « Grand Prix du Roman Noir Français », sur prix-litteraires.net (consulté le 24 septembre 2009)
  20. « Prix Mystère de la Critique », sur prix-litteraires.net (consulté le 24 septembre 2009)
  21. « Caryl Ferey reçoit le prix Landerneau polar », sur livreshebdo.fr (consulté le 15 mai 2012)
  22. « Paz - Série Noire - GALLIMARD - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le 18 novembre 2019)
  23. « Plus jamais seul de Caryl Férey », sur fictions.franceculture.fr, 18 avril 2015 (consulté le 28 septembre 2015)
  24. « Chérie noire de Caryl Férey », sur fictions.franceculture.fr, 5 avril 2014 (consulté le 28 septembre 2015)
  25. « Les dégradés de Caryl Férey », sur fictions.franceculture.fr, 25 avril 2015 (consulté le 28 septembre 2015)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Bibliographie critiqueModifier