Caroline de Brunswick

Caroline de Brunswick
Description de cette image, également commentée ci-après
Caroline de Brunswick par James Lonsdale.

Titre

Reine consort du Royaume-Uni et de Hanovre


(1 an, 6 mois et 9 jours)

Prédécesseur Charlotte de Mecklembourg-Strelitz
Successeur Adélaïde de Saxe-Meiningen
Biographie
Dynastie Maison Welf
Naissance
Brunswick (Principauté de Brunswick-Wolfenbüttel)
Décès (à 53 ans)
Hammersmith, Londres, Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Sépulture Église Saint-Blaise de Brunswick
Père Charles-Guillaume-Ferdinand de Brunswick-Wolfenbüttel
Mère Augusta de Hanovre
Conjoint George IV du Royaume-Uni
Enfants Charlotte de Galles
Religion Luthérianisme puis Anglicanisme

Description de cette image, également commentée ci-après

Caroline de Brunswick, née le à Brunswick et décédée le à Hammersmith à Londres, est la fille de Charles-Guillaume, duc de Brunswick-Wolfenbüttel (1735-1806), et d'Augusta de Hanovre (1737-1806).

En 1795, elle épouse son cousin Georges-Frédéric Auguste de Hanovre, alors prince de Galles (depuis roi sous le nom de George IV). Elle est l'arrière-petite-fille de George II par sa mère. Elle a de cette union, l'année suivante, la princesse Charlotte de Galles.

Peu après la célébration du mariage, les deux époux se séparent d'un commun accord. La conduite anticonformiste de Caroline après cette séparation donna lieu à de graves soupçons et par suite à des débats scandaleux.

Sir Thomas Lawrence (1769-1830) peint trois portraits d'elle. Celui peint en 1798 et conservé au Victoria & Albert Museum a été réalisé deux ans après la séparation avec son mari[1].

Pour pouvoir rompre son mariage, ne craignant pas de la déshonorer ni de jeter l'opprobre sur la maison Royale de Grande-Bretagne et de Hanovre, par deux fois Georges IV ose la traîner devant le tribunal pour lui intenter une accusation publique d'adultère (1806 et 1820) ; et, lorsqu'il monte sur le trône, en 1820, il ne permet pas qu'elle partage son titre ni qu'elle assiste au couronnement qui a lieu l'année suivante. Elle meurt peu après ce dernier affront.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 3e année, 1822, Paris : Ponthieu, 1823, p. 234-261 [1]

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :