Carmela Silva

femme politique espagnole

Carmela Silva
Illustration.
Fonctions
Présidente de la députation provinciale de Pontevedra
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 28 jours)
Prédécesseur Rafael Louzán Abal
Deuxième secrétaire du Congrès des députés

(4 ans et 1 mois)
Président Jesús Posada
Législature Xe
Prédécesseur José Ramón Beloki
Successeur Ignacio Prendes
Députée aux Cortes Generales

(3 ans, 10 mois et 28 jours)
Élection
Circonscription Pontevedra
Législature Xe
Groupe politique Socialiste

(2 ans, 2 mois et 7 jours)
Élection
Circonscription Pontevedra
Législature VIe
Groupe politique Socialiste
Prédécesseur Abel Caballero
Porte-parole du groupe socialiste au Sénat

(3 ans, 8 mois et 11 jours)
Législature IXe
Prédécesseur Joan Lerma
Successeur Marcelino Iglesias
Sénatrice aux Cortes Generales

(3 ans, 9 mois et 3 jours)
Élection
Circonscription Pontevedra
Législature IXe
Groupe politique Socialiste
Biographie
Nom de naissance María del Carmen
Silva Rego
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Vigo (Espagne)
Parti politique PSOE
Profession Éducatrice spécialisée

María del Carmen « Carmela » Silva Rego, née le à Vigo, est une femme politique espagnole, membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Députée entre 1997 et 2000, elle entre au cabinet de la ministre de l'Agriculture en 2004, puis est nommée adjointe au maire pour l'Urbanisme de sa ville natale en 2007. L'année suivante, elle gagne un siège de sénatrice et devient alors porte-parole du groupe socialiste. Elle retourne au Congrès des députés en 2011, dont elle est élue deuxième secrétaire.

BiographieModifier

FormationModifier

Elle est titulaire d'une licence en droit économique et d'un certificat d'éducation spécialisée. Pendant un temps, elle exerce le métier d'éducatrice spécialisée.

Les débuts en politiqueModifier

Candidate aux élections générales anticipées du 3 mars 1996, elle n'est pas élue députée de la circonscription de Pontevedra mais elle fait son entrée en 1997 avec la démission d'Abel Caballero, où elle est porte-parole socialiste à la commission mixte pour les Relations avec le Tribunal des comptes à partir du .

Ne s'étant pas représentée en 2000, elle est choisie, quatre ans plus tard, comme conseillère parlementaire par la nouvelle ministre de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation, Elena Espinosa.

À la suite des élections municipales du , auxquelles elle n'était pas candidate, elle est nommée conseillère à l'Urbanisme et au Logement de la mairie de Vigo, remportée par le socialiste Abel Caballero, avec le soutien des nationalistes galiciens.

Responsable au Sénat et au CongrèsModifier

Aux élections générales du 9 mars 2008, elle se présente pour l'un des quatre sièges au Sénat dans la province de Pontevedra, et remporte plus de 223 000 voix, soit le quatrième meilleur résultat. Entrée à la chambre haute, elle est désignée porte-parole du groupe socialiste le 23 mars par José Blanco, en remplacement de Joan Lerma, étant la première femme à occuper un tel poste[1]. Elle renonce à ses fonctions municipales, au grand dam de Caballero et en pleine préparation du plan local d'urbanisme (PXOM)[2].

Toutefois, à l'occasion des élections municipales du , elle est élue au conseil municipal de Vigo[3], puis est désignée conseillère à l'Urbanisme, aux Quartiers historiques et aux Grands projets, avec le rang de première adjointe au maire, trois semaines plus tard, devenant, de facto, le bras droit d'Abel Caballero[4].

Elle est proposée, le 23 septembre suivant, comme tête de liste dans la province de Pontevedra pour les élections générales anticipées du 20 novembre, mais le secrétaire général du Parti des socialistes de Galice-PSOE, Pachi Vázquez, s'y oppose, rappelant que les statuts du parti interdisent le cumul des mandats[5]. Le 3 octobre, la commission exécutive du PSdeG-PSOE approuve les candidatures, les accompagnant d'un rapport demandant le respect des statuts à ce sujet voté à l'unanimité, en l'absence de huit représentants de Pontevedra[6].

Élue députée à l'occasion du scrutin, elle est proposée, le 12 décembre, comme secrétaire du Congrès des députés par le groupe socialiste, désormais revenu dans l'opposition[7]. Elle est officiellement désignée le lendemain, obtenant le poste de deuxième secrétaire après avoir reçu 63 voix, le deuxième score du scrutin[8]. Le , elle entre à la commission exécutive fédérale du PSOE, comme secrétaire à l'Immigration, sur décision du nouveau secrétaire général, Alfredo Pérez Rubalcaba, qui remercie de cette manière le soutien d'Abel Caballero à sa candidature[9].

Le serpent de mer du cumul des mandatsModifier

Alors qu'elle était censée renoncer à son mandat local en [10], au mois de mai suivant, un groupe d'opposants internes à Caballero au sein de la section de Vigo demande à la direction fédérale la suspension de Carmela Silva, pour non-respect des règles internes sur le non-cumul des mandats et fonctions, soulignant qu'elle exerce pas moins de huit mandats électoraux et fonctions au sein de l'appareil du parti[11]. Trois jours après cette plainte, le maire de Vigo confirme qu'elle renoncera à ses responsabilités à la fin du mois de juin, afin de se concentrer sur ses mandats et responsabilités au niveau national[12]. Cependant, le jour de la dernière plénière du conseil municipal de juin, elle conserve l'intégralité de ses fonctions, entraînant une demande de sanction de la commission permanente du Parti des socialistes de Galice-PSOE[13].

Renoncement temporaireModifier

Alors que, consciente de l'image que donne cette lutte interne de la mairie, elle choisit, le 8 juillet, son retrait du Congrès des députés[14], un problème de santé la contraint à se mettre en retrait de la vie politique le lendemain, Caballero suspendant l'ensemble de ses activités tandis que le groupe municipal du Parti populaire fait savoir qu'il cesse toute critique jusqu'à son rétablissement[15]. Le maire choisit alors Carlos Font, deuxième adjoint, conseiller au Trafic et à la Gestion municipale[16]. Le 10 août, Abel Caballero annonce qu'elle reviendra en septembre à la vie politique[17], un retour qui ne se produit finalement pas[18]. Atteinte d'un cancer de la vessie, elle reprend ses activités politiques en , en assistant à une réunion de la commission exécutive fédérale du PSOE[19].

À la suite des élections locales du 24 mai 2015, Carmela Silva est élue présidente de la députation provinciale de Pontevedra par 14 voix favorables, bénéficiant du soutien du Bloc nationaliste galicien (BNG). Elle est la première femme, et la première socialiste, à occuper cette fonction[20]. Lors de sa prise de fonction, Abel Caballero est présent ainsi qu'une vingtaine de hauts responsables socialistes provinciaux, afin de mettre en scène leur pouvoir et leur importance au sein du Parti des socialistes de Galice-PSOE[21]. Elle déclare trois jours plus tard qu'elle compte démissionner du Congrès des députés avant la tenue de la séance plénière de la fin août, quand bien même il ne s'agit pas d'une obligation légale[22].

Liens de familleModifier

Carmela Silva est la mère du footballeur professionnel Iago Falqué.

Notes et référencesModifier

  1. (es) « Carmela Silva será la portavoz del PSOE en el Senado », Público, le
  2. (es) « Abel Caballero elige un nuevo responsable de Urbanismo para sustituir a Carmela Silva », El País, le
  3. (es) « Once caras nuevas en la corporación viguesa », La Voz de Galicia, le
  4. (es) « Silva y Font, los dos nuevos tenientes de alcalde », La Voz de Galicia, le
  5. (es) « Pachi Vázquez fuerza a Blanco a elegir entre él y Abel Caballero », El País, le
  6. (es) « Vázquez insta a Ferraz a exigir a los candidatos que no acumulen cargos », El País, le
  7. (es) « Silva se aleja de Vigo al ser elegida para la Mesa del Congreso », El País, le
  8. (es) « Carmela Silva, elegida secretaria segunda de la Mesa del Congreso », 20 minutos, le
  9. (es) « Rubalcaba premia la lealtad de Vázquez y Caballero con puestos en la Ejecutiva », El País, le
  10. (es) « Carmela Silva renuncia a su cargo de concejal para dedicarse al Congreso », El País, le
  11. (es) « Los críticos de Vigo piden suspender de militancia a Carmela Silva », El País, le
  12. (es) « Caballero confirma que Carmela Silva dejará el ayuntamiento de Vigo », El País, le
  13. (es) « El líder del PSOE en Pontevedra acusa a Pachi Vázquez de "absoluta incapacidad" », El País, le
  14. (es) « Caballero fuerza la renuncia de Silva al Congreso entre ataques a Vázquez », El País, le
  15. (es) « Un problema de salud aparta del Ayuntamiento de Vigo a Carmela Silva », El País, le
  16. (es) « Caballero elige a Carlos Font para sustituir a Carmela Silva mientras se encuentre de baja », La Voz de Galicia, le
  17. (es) « Caballero anuncia que Carmela Silva reaparecerá en septiembre », La Voz de Galicia, le
  18. (es) « El Concello de Vigo compensará la extra de Navidad a sus funcionarios », La Voz de Galicia, le
  19. (es) « Carmela Silva (PSOE) regresa a la actividad política tras superar un cáncer », El Progreso, le
  20. (es) « Carmela Silva se convierte en la primera mujer y del PSOE que preside la Diputación de Pontevedra, con apoyo del BNG », 20 Minutos, le
  21. (es) « Caballero «entroniza» a Carmela Silva como presidenta de la Diputación de Pontevedra », ABC, le
  22. (es) « Carmela Silva renunciará a su acta en el Congreso a finales de agosto », La Voz de Galicia, le

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Fiche sur le site du Congrès des députés
  • Fiche sur le site du Sénat