Carl Jacob Burckhardt

diplomate et historien suisse

Carl Jacob Burckhardt (, Bâle - , Vinzel) est un diplomate, historien et écrivain suisse.

Carl Jacob Burckhardt
Carl Burckhardt.jpg
Fonctions
Président
Comité international de la Croix-Rouge
High Commissioner of the League of Nations in the Free City of Danzig (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
VinzelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Burckhardt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Carl Christoph Burckhardt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Theodora von der Mühll (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Gonzague de Reynold (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Médaille Goethe de la ville de Francfort ()
Honorary citizen of Lübeck (d) ()
Prix de la paix des libraires allemands ()
Willibald-Pirckheimer-Medaille (en) ()
Décoration autrichienne pour la science et l'art (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Fils de Carl Christoph Burckhardt et gendre du comte Gonzague de Reynold, il suit des études d'histoire à Bâle, Zurich, Munich et Göttingen, études marquées par l'influence d'Ernst Gagliardi et de Heinrich Wölfflin et qui se concluront par l'obtention de son doctorat en 1922 à Zurich.

Rentré dans la diplomatie, Carl Burckhardt est attaché à la légation suisse de Vienne de 1918 à 1922.

Encouragé par son ami à se consacrer à la littérature, il choisit d'accepter une mission du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Asie mineure, en 1923, durant laquelle il prend part à organiser le retour des Grecs expulsés suite à leur défaite face a Atatürk.

Redirigé vers une carrière universitaire, il devient professeur d'histoire moderne à l'université de Zurich à la fin des années 1920, puis à l'Institut universitaire de hautes études internationales (IUHEI), nouvellement créé.

En octobre 1935, il visite pour la Croix-Rouge internationale les camps de concentration nazis de Esterwegen, Dachau et Lichtenburg. Peu critique des conditions de détention, il s´offusque simplement que les détenus politiques soient mélangés aux prisonniers de « droit commun » et aux « déviants » (homosexuels)[1]. A sa décharge, la très grande majorité des personnes internées dans les camps nazis ne sont pas des prisonniers de guerre, alors que la Convention de Genève limite le champ d'action humanitaire du CICR à ces derniers[2]. Complaisant pour le régime, son rapport aura en revanche une influence déterminante sur la réorganisation des camps et la mise en place du système de triangles de couleurs pour distinguer les catégories de prisonniers[3],[4],[5].

En 1937, il devient haut-commissaire de la Société des Nations (SdN) dans la ville libre de Dantzig.

 
Une délégation de la Croix-Rouge internationale, emmenée par le professeur Carl Jacob Burckhardt, rend visite aux prisonniers du Stalag II-B, 9 août 1941.

Il retourne au sein du Comité international de la Croix-Rouge durant la Guerre. Durant cette période, il y assure des fonctions dirigeantes et réalise plusieurs missions en Allemagne. Il possède alors des informations précises sur l’extermination des Juifs, qu'il transmet aux autorités américaines[6].

En 1945, il en devient le président du CICR. Sous sa direction, l'institution maintient la ligne adoptée pendant la guerre et renonce à condamner publiquement les crimes nazis. Parmi les nombreux visas humanitaires qu'elle délivre pour assurer le rapatriement des prisonniers de guerre, certains permettront la fuite de plusieurs dizaines de milliers de criminels nazis[7].

De 1945 à 1949, Carl Jakob Burckhardt est ministre de Suisse à Paris[8]. Anti-communiste notoire, il s'efforce de faire échapper le plus grand nombre d'Allemands à la zone d'influence soviétique pendant la Guerre froide[7].

Il reçoit le Prix de la paix des libraires allemands en 1954 et le Prix Johann Peter Hebel en 1959.

PublicationsModifier

  • Der Berner Schultheiss Charles Neuhaus (1925)
  • Gestalten und Mächte (1941)
  • Reden und Aufzeichnungen (1952)
  • Ma mission à Dantzig (1961)
  • Richelieu (1970-1975)
  • Gesammelte Werke (6 volumes, 1971)
  • Memorabilien (1974)
  • Briefe: 1908-1974 (1986)

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les camps de concentration nazis, 1933-1939 »
  2. « "Croix gammée et Croix rouge", une relation sulfureuse », sur L'Obs (consulté le 3 avril 2020)
  3. Homosexuel-le-s en Europe pendant la Seconde guerre mondiale, Régis Schlagsenhauffen, Nouveau Monde Éditions, 2017
  4. (de) Paul Stauffer, Zwischen Hofmannsthal und Hitler: Carl J. Burckhardt. Facetten einer aussergewöhnlichen Existenz., Zurich, Neue Zürcher Zeitung, (ISBN 3-85823-339-0), p.77
  5. Sébastien Farré, « Le CICR et les détenus des camps de concentration nationaux-socialistes (1942-1945) »
  6. « Rapport final de la Commission Indépendante d'Experts Suisse – Seconde Guerre Mondiale »
  7. a et b « "Croix gammée et Croix rouge", une relation sulfureuse », sur L'Obs (consulté le 3 avril 2020)
  8. Olivier Francey, « L'incroyable destin d'un fonctionnaire nazi à Genève », TDG,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le 3 avril 2020)