Ouvrir le menu principal
Caribert de Laon
Titre de noblesse
Comte de Laon
Biographie
Naissance
Décès
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Martin of Laon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Enfant

On ne sait que peu de choses sur le comte Caribert de Laon ou Charibert[N 1], mort après le 23 juin 720[1] ou plutôt entre 744[N 2] et 762[N 3].

BiographieModifier

En 721, il signe avec sa mère Bertrade l'Ancienne l'acte de fondation de l'abbaye de Prüm, puis la même année et toujours avec sa mère une donation faite à l'abbaye d'Echternach[2].

D'après un acte de sa fille et son gendre, il est mort avant 762[2].

GénéalogieModifier

Son père est inconnu. Ce père inconnu de Caribert est probablement un Hugobertide[3].

On a pensé qu'il était le comte ou duc Martin, maire du palais d'Austrasie, décédé en 680, frère ou cousin de Pépin de Herstal, fils de Grimaud, maire du palais d'Austrasie, décédé en 662, et petit-fils maternel de Clotaire II et Bertrude, dont parle le continuateur de Frédégaire[4], mais ce Martin doit son existence à une mauvaise interprétation de texte et, si ce Martin est bien existant, il n'est pas le père de Caribert, selon Christian Settipani[5],[2].

Le nom de son épouse n'est pas mentionné dans des documents contemporains ou ultérieurs. Selon des études récentes cette épouse pourrait se prénommer Gisèle[N 4].

En 744, sa fille Bertrade de Laon dite Berthe au Grand Pied, épouse Pépin le Bref, maire du palais et futur roi des Francs[6],[7].

NotesModifier

  1. Caribert ou Charibert a donné les prénoms Herbert et Héribert, porté par plusieurs descendants de Caribert de Laon, mais il est d'usage d'utiliser la forme Caribert avant le IXe siècle (Settipani 2014, p. 107).
  2. Les Annales de Saint-Bertin signalent à cette date le mariage entre sa fille Berthe et Pépin le Bref et précisent qu'il est comte de Laon, sans le donner pour mort (Settipani 2014, p. 77).
  3. Un acte signale que Pépin et Berthe ont hérité à cette date de ses biens (Settipani 2014, p. 77).
  4. voir article Gisèle de Laon pour les sources.

RéférencesModifier

BibliographieModifier