Ouvrir le menu principal

Caribena versicolor

espèce d'arachnides
«  Matoutou-falaise » redirige ici. Ne pas confondre avec Matoutou-Falaise.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matoutou.
Caribena versicolor
Description de l'image CaribenaVersicolorL3.jpg.
Classification selon The World Spider Catalog
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Mygalomorphae
Famille Theraphosidae
Genre Caribena

Nom binominal

Caribena versicolor
(Walckenaer, 1837)

Synonymes

  • Mygale versicolor Walckenaer, 1837
  • Avicularia versicolor (Walckenaer, 1837)
  • Avicularia rutilans Ausserer, 1875

Caribena versicolor est une espèce d'araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae[1]. En français, elle est nommée Aviculaire antillaise ou Matoutou falaise.

Elle est depuis 1995[2] protégée par un arrêté préfectoral qui interdit sa capture à la Martinique et depuis le 3 août 2017 par un arrêté ministériel[3].

Sommaire

DistributionModifier

Cette espèce est endémique de Martinique[1].

Elle vit dans les arbres où elle passe la plus grande partie de sa vie. Elle est moins rare dans les forêts humides du Prêcheur à Grand'Rivière.

DescriptionModifier

 
Caribena versicolor femelle juvénile
 
Caribena versicolor adulte

Caribena versicolor est d'une couleur bleuâtre claire avec un abdomen rayé noir. Elle devient plus foncée au cours des mues pour prendre ses couleurs définitives à l'âge adulte. Les adultes sont facilement reconnaissables à leurs pattes rose violacé et à leur abdomen rouge vif marqué d'une tache rose pâle.

Adulte, le corps mesure de 6 à 10 cm pour une envergure totale allant jusqu'à 15−18 cm.

La carapace du mâle décrit par Fukushima et Bertani en 2017 mesure 16,01 mm de long sur 15,05 mm et l'abdomen 18,41 mm de long sur 13,01 mm et la carapace de la femelle mesure 19,07 mm de long sur 16,75 mm et l'abdomen 22,09 mm de long sur 17,02 mm[4].

Ces araignées disposent de glandes à venin. Il a cependant été remarqué que les mygales venant du continent américain ont, pour une grande majorité, un venin moins puissant que celui des espèces d'Afrique et d'Asie[5].

Prédateur connuModifier

Outre l'homme, le seul prédateur connu est la guêpe bleue (Pepsis ruficornis), aussi appelée « Pepsi mouche » en Martinique. Celle-ci pique l'araignée pour la paralyser, puis pond un œuf dans son abdomen. Une fois éclose, la larve dévore l'araignée progressivement.

En captivitéModifier

On la retrouve en terrariophilie[6].

Publication originaleModifier

  • Walckenaer, 1837 : Histoire naturelle des insectes. Aptères. Paris, vol. 1, p. 1-682.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b WSC, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Arrêté préfectoral du 9 novembre 1995
  3. « Arrêté du 3 août 2017 fixant la liste des arachnides représentés sur le territoire de la Martinique protégés sur l'ensemble du territoire national et les modalités de leur protection | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 27 septembre 2018)
  4. Fukushima & Bertani, 2017 : Taxonomic revision and cladistic analysis of Avicularia Lamarck, 1818 (Araneae, Theraphosidae, Aviculariinae) with description of three new aviculariine genera. ZooKeys, no 659, p. 1-185 (texte intégral).
  5. Rapport Martinique écologie
  6. (fr) Philippe Gérard, Le terrarium : manuel d'élevage et de maintenance des animaux insolites, Animalia éditions, , 176 p. (ISBN 2-915740-07-0), p. 161