Carcinome à cellules claires du rein

Carcinome à cellules claires du rein

Traitement
Médicament Nivolumab, axitinib, pazopanib, sunitinib, évérolimus et lenvatinibVoir et modifier les données sur Wikidata
Spécialité Gynécologie obstétrique, urologie et oncologieVoir et modifier les données sur Wikidata
Classification et ressources externes

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le carcinome à cellules claires du rein est un type de carcinome à cellules rénales du rein. Il peut être lié à des anomalies de la région chromosomique 3p et du gène VHL de la maladie de von Hippel-Lindau. Un carcinome à cellules claires, notamment chez les jeunes de moins de 40 ans, doit amener à consulter un généticien pour mener les analyses nécessaires.

Historique modifier

Il a d'abord été décrit par le médecin allemand Paul Grawitz (de)(1850-1932) en 1883, qui l'appelle « hypernéphrome » en lui attribuant une origine surrénalienne[1]. Au cours du XXe siècle, cette forme, la plus fréquente des cancers du rein, est souvent appelée « tumeur de Grawitz ». Son origine rénale est démontrée en 1960, et au XXIe siècle, après l'avènement des techniques de biologie moléculaire et de cytogénétique, les appellations « hypernéphrome » et « tumeurs de Grawitz » tombent en désuétude[1],[2].

Anatomie pathologique modifier

Notes et références modifier

  1. a et b « La tumeur de Grawitz, une erreur centenaire », sur edimark.fr, Correspondances en Onco-Urologie, avril-mai-juin 2012 (consulté le )
  2. « Tumeur du rein : données anatomo-cliniques et détection », /data/revues/02210363/00836-C2/773/,‎ (lire en ligne, consulté le )