Carbimazole

médicament

Carbimazole
Image illustrative de l’article Carbimazole
Carbimazole
Identification
Nom UICPA 3-méthyl-2-sulfanylidène-imidazole-1-carboxylate d'éthyle
No CAS 22232-54-8
No ECHA 100.040.762
Code ATC HO3BB01
DrugBank DB00389
PubChem 31072
ChEBI 617099
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule C7H10N2O2S  [Isomères]
Masse molaire[1] 186,232 ± 0,012 g/mol
C 45,15 %, H 5,41 %, N 15,04 %, O 17,18 %, S 17,22 %,
Données pharmacocinétiques
Liaison protéique 85 %
Demi-vie d’élim. 4 à 12 h selon les sujets
Excrétion

urinaire : 75 à 80 %

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique antithyroïdien de synthèse
Voie d’administration orale
Grossesse possible sous surveillance
Conduite automobile inconnu

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Carbimazole
Noms commerciaux Néo-Mercazole (France)
Administration Oral
Classe Antithyroïdien
Identification
No CAS 22232-54-8 Voir et modifier les données sur Wikidata
No ECHA 100.040.762
Code ATC H03BB01
DrugBank 00389 Voir et modifier les données sur Wikidata

Le carbimazole est un médicament antithyroïdien utilisé pour traiter l'hyperthyroïdie. Le carbimazole est une prodrogue qui, après absorption, est converti en sa forme active, le méthimazole. Celui-ci empêche la thyroperoxydase d'ioder les résidus de tyrosine sur la thyroglobuline, réduisant ainsi la production des hormones thyroïdiennes c'est-à-dire la thyroxine (T4) et surtout la triiodothyronine (T3).

IndicationsModifier

  • Hyperthyroïdies[2]
  • Maladie de Graves-Basedow
  • Préparation au traitement chirurgical de l'hyperthyroïdie
  • Récidives de la maladie de Graves-Basedow après thyroïdectomie subtotale
  • Traitement pré-opératoire éventuel du nodule toxique et du goître multihétérogène toxique
  • En association avec un traitement par l'iode radioactif, ou préalablement à un traitement par l'iode radioactif[3]

Contre-indicationsModifier

  • Hypersensibilité connue au carbimazole ou à l'un des excipients, notamment les allergies aux azoles ;
  • Cancer TSH-dépendant de la thyroïde ;
  • Affections hématologiques graves préexistantes[4] ;
  • Insuffisance hépatique ;
  • Allaitement ;
  • En cas de grossesse, le traitement par carbimazole doit être utilisé sous surveillance car il traverse le placenta. Quelques rares anomalies ont été décrites avec le carbimazole ou avec son métabolite actif le méthimazole : aplasies circonscrites du cuir chevelu, atrésies des choanes, atrésies œsophagiennes[5],[6]. Cependant, une hyperthyroïdie doit être traitée au cours de la grossesse.

Notes et référencesModifier

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. J.L. Wemeau et al., « Controverses dans la prise en charge des hyperthyroïdies », Feuillets de biologie, Neuilly-sur-Seine, France, Orion, vol. 48, no 277,‎ , p. 53-63 (ISSN 0428-2779, résumé)
  3. « Commission de transparence HAS » [PDF], Haute Autorité de Santé, (consulté le )
  4. R. Ajili, G. Saad, A. Gorchène et A. Ben Abdelkarim, « Leuco-neutropénie sous carbimazole ; le benzylthiouracile une bonne alternative thérapeutique », Annales d'Endocrinologie, vol. 81, no 4,‎ , p. 327 (DOI 10.1016/j.ando.2020.07.516, lire en ligne, consulté le )
  5. « Monographie Vidal », Vidal, (consulté le )
  6. Dr Elisabeth Robert-Gnansia, « Embryofoetopathie au méthimazole », Orphanet, (consulté le )