Ouvrir le menu principal

Cap 3000

Centre commercial majeur des Alpes-Maritimes
Cap 3000
upright=100px
Hall de Cap 3000.jpg
Vue du hall central de Cap 3000 en octobre 2019
Type
Emplacement
Propriétaire
Altablue (Altarea-ABP-Predica)
Ouverture
Visiteurs par an
10 millions (2015)
Chiffre d'affaires annuel
412 millions d'euros (2013)
Superficie
134 196 m2
Surface commerciale
65 052 m2
Commerces
170
Stationnements
3 500
Gare
Autobus
 23  51  52  54  55  58  217  706  707 
Site web
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nice
voir sur la carte de Nice
Red pog.svg

Cap 3000 est un centre commercial français situé en proche banlieue de Nice, dans la ville de Saint-Laurent-du-Var. Il est l'un des plus importants centres commerciaux des Alpes-Maritimes, celui possédant le plus grand éventail de boutiques, et aussi l'un des plus fréquentés.

Même si ce centre commercial régional est situé dans une gamme moyenne - haute, il est un grand lieu de rencontre, des quartiers populaires niçois aux collines résidentielles de la Côte d'Azur. On y trouve boutiques, services divers, restaurants, magasins de grande distribution, laboratoire d'analyses médicales, cabinets médicaux, médecins, poste, et une annexe de la mairie de Saint-Laurent-du-Var et de la caisse primaire d'assurance maladie.

Histoire et projetsModifier

 
Le hall central en 2006

C'est vers la fin des années 1960 que Jean Demogé, président-directeur général des Nouvelles Galeries, eut l'idée de construire un grand centre commercial près de l'aéroport de Nice-Côte d'Azur[1]. L'emplacement correspondait à une vaste zone marécageuse sur les bords du Var, bien desservie par les voies de communication. À son inauguration, le , le centre se voulait moderne, en avance sur son temps, et inspiré des centres commerciaux américains de l'époque[1]. Il fut le premier centre commercial de cette importance en France, et fut suivi de l'ouverture deux semaines plus tard de Parly 2[2]. Il se composait au départ de cinquante magasins entourant les Nouvelles Galeries sur deux niveaux[1]. Sur le toit avait été construite une piscine dont le fond transparent permettait aux clients du centre commercial de voir les baigneurs. La première plaquette de promotion du centre indiquait : « Cap 3000 est un centre de vie où, dans une agréable ambiance, le rêve et la détente se mêlent aux nécessités de la vie de tous les jours[1] ».

Cap 3000 subit par la suite trois extensions : en 1979, en 1989 et en 1996[3]. Durant une quinzaine d'années, toute extension du centre commercial fut bloquée en raison du classement du terrain où il est implanté en zone inondable après la crue centennale du Var de 1994[4],[5]. Un doublement du parking avait notamment été envisagé. Le centre a financé en 2008 le renforcement de la digue la plus proche[4]. D'autres travaux ont été menés afin que Cap 3000 soit suffisamment protégé pour que des extensions soient légalement réalisables. La mairie de Saint-Laurent-du-Var a terminé ces chantiers en 2012[4].

Le 6 novembre 2014, La société Altarea présente le projet de rénovation et d'agrandissement du Centre Commercial [6] La surface devrait passer à 135 000 m2 et le nombre de boutiques à 300 enseignes. Le coût de l’extension-rénovation de Cap 3000 s’élève à 400 millions d’euros.

Le 23 septembre 2016, le centre inaugure une première partie. Il s'agit des travaux de rénovation de sa zone initiale, une extension sur l'ilot Nord ainsi qu'une zone de parkings sur trois étages en superstructure, devenu payant au-delà de 3 heures de stationnement sauf si achats supérieurs à 50 € [7], ou de 5 heures pour les adhérents fidélité. D'autres chantiers se poursuivront jusqu'à l'année 2019 pour augmenter l'offre commerciale et le parking atteindra alors 4800 places de stationnement. La mairie de Saint-Laurent-du-Var aménage dans le même temps de nouveaux accès au centre, de renouvellement urbain et d'agrément dans les avenues et rues à proximité.

CaractéristiquesModifier

Le centre commercial Cap 3000 est construit sur un terrain de 134 196 m2[8]. Cette surface comprend les parkings et le bâtiment. Ce dernier comporte, à l'automne 2018, 170 commerces, dont 19 points de restauration et restaurants, répartis sur une surface commerciale de 65 052 m2 et deux niveaux[3]. Deux enseignes importantes sont présentes : les Galeries Lafayette et Lafayette Gourmet, sur des surfaces respectives de 29 000 m2 et 8 900 m2[3]. Parmi les autres enseignes, on peut noter, en 2018[9] : Apple Store, Asics, Camaïeu, Chevignon, Classic All Blacks, Desigual, Eden Park, Etam, Free, Go Sport, Guess, H&M, Ikks Men and Women, Kasanova+, Kookaï, LTB, Pâtissier-chocolatier Lac, Levi's, Madura, Mango, Micromania, Michael Kors, Morgan, Naf Naf, Nature et Découvertes, Nespresso, Optic 2000, Quiksilver, Séphora, Swarovski, Tommy Hilfiger, Uniqlo, Yves Rocher, Zara.

Le bâtiment comprend six entrées au rez-de-chaussée dont les noms correspondent à certaines grandes villes de la Côte d'Azur : au nord la « porte de Nice » et la « porte de Saint-Laurent », à l'ouest, la « porte de Vence », la « porte de Cannes » et la « porte d'Antibes », et à l'est la « porte de Saint-Jean-Cap-Ferrat »[10]. Au premier étage, la seule entrée est au sud et est dénommée « porte de la mer »[10]. Elle donne en effet sur le bord de mer. La communication entre les deux niveaux se fait essentiellement par l'intermédiaire d'un grand hall central ainsi que par un escalator situé dans un espace appelé « place des fleurs » au rez-de-chaussée[9].

Le centre a développé de nombreux services dédiés à la clientèle : La Halte Jeux, un espace gratuit proposant des animations ludiques et récréatives pour les enfants durant 1h30, un espace nursery pour les petits enfants, un espace vestiaire, une permanence Lignes d'Azur à propos des transports, une consigne casque gratuite, une conciergerie,

Les parkings disposent, à l'autome 2018, de 3 500 places de stationnement, dont 50 places véhicules électriques, 72 places PMR et 214 places de co-voiturage. Ils sont situés sur les côtés Nord et Ouest du centre, sur trois niveaux en superstructure. À terme le centre commercial disposera de 4800 places de stationnement avec la création de nouveaux parkings en infrastructure et en superstructure côté Sud. Depuis le 5 septembre 2018, la société Cityscoot propose des emplacements dédiés à la location de scooter électrique en libre service. La construction d'un quai permettra également à des bateaux de plaisance d'accoster au plus près du centre.

La fréquentation du centre commercial est estimée en 2015 à dix millions de personnes par an[11]. Cap 3000 revendique environ 35 000 visiteurs par jour en moyenne[8]. Enfin, environ 2 400 personnes y travaillent. Au terme de l'extension, le centre devrait compter environ 4 000 travailleurs[12].

Répartition des commerces par activitéModifier

Au 6 octobre 2019, le centre comprend 157 boutiques :

  • Prêt-à-porter : quatre-vingt-onze boutiques ainsi que les Galeries Lafayette.
  • Maroquinerie et chaussures : vingt-deux boutiques.
  • Parfumerie, santé et beauté : vingt-quatre boutiques.
  • Horlogerie-bijouterie : dix-huit boutiques.
  • Services divers : quinze boutiques dont deux banques.
  • Décoration, maison, cadeaux : onze boutiques.
  • Culture, jeux, multimédia : onze boutiques.
  • Sport : sept boutiques.
  • Loisirs : quatre boutiques.
  • Alimentation, gourmandises : 12 boutiques ainsi que Monoprix.
  • Restauration : quatre restaurants et bars, treize points de restauration rapide et gourmandises[13].
  • Activités médicales : deux pharmacies, un laboratoire d'analyses, un cabinet médical (dentaire, gynécologie, podologie)[14].

GestionModifier

Cap 3000 a longtemps été la propriété des Nouvelles Galeries puis des Galeries Lafayette. Peu avant son rachat en 2010, Cap 3000 était géré par la société Citynove Asset Management, une filiale à 100 % du Groupe Galeries Lafayette[15]. Il était la propriété de la société Aldeta depuis le [16], une société foncière cotée, filiale du Groupe Galeries Lafayette, qui détenait et exploitait les actifs de Cap 3000[15].

En février 2010, le quotidien La Tribune annonce que le Groupe Galeries Lafayette chercherait à vendre Cap 3000[17] afin de se désendetter et ceci bien que le centre commercial soit en bonne santé financière[4]. L'opération ne remettrait pas en cause la présence des enseignes du groupe au sein du centre[4]. Elle se ferait par appel d'offres et une quinzaine de sociétés seraient intéressées par ce rachat[17]. Le 7 mai 2010, Cap 3000 est finalement vendu pour un montant de 450 millions d'euros, à un consortium appelé Altablue, conduit par Altarea, foncière spécialisée, associé à ABP, un fonds de pension néerlandais, et à Predica, la filiale assurance de personnes de Crédit agricole Assurances[3].

Performances économiquesModifier

En 2009, le chiffre d'affaires de Cap 3000 atteignait 340 millions d'euros ce qui le place au huitième rang en France[3]. En 2013, le chiffre d'affaires était de 412 millions d'euros[18] En ce qui concerne le rendement au mètre carré, Cap 3000 ferait partie des cinq premiers centres commerciaux français[1] avec 11 000 euros par mètre carré et par an[3]. Le taux d'effort est d'environ 9 %[3].

Localisation et accèsModifier

Cap 3000 est situé sur la rive droite du Var, près de son embouchure, à proximité du centre-ville de Saint-Laurent-du-Var. Il est bordé par le Var, le rivage de la mer Méditerranée et la route du bord de mer. Les principales voies d'accès sont l'autoroute A8, la route départementale D 6007 (anciennement RN 7), la route du bord de mer, et la promenade des Flots Bleus depuis le port de Saint-Laurent-du-Var. L'aéroport de Nice-Côte d'Azur se situe à proximité, sur la rive opposée du Var.

Un arrêt de bus dessert le centre commercial. Plusieurs lignes de bus du réseau de transport en commun Ligne d'azur y passent. Il s'agit des bus 51, 52, 54, 55, 58, 217,706 et 707[19]. Enfin, à environ dix minutes à pied de Cap 3000 se trouve la gare de Saint-Laurent-du-Var. Celle-ci accueille le TER Provence-Alpes-Côte d'Azur qui dessert les principales villes du littoral azuréen.

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Nicole Laffont, « Cap 3000 : un sacré pari lancé en 1969 », Nice-Matin, . Consulté le 25 octobre 2009.
  2. « Le centre commercial Cap 3000, à Saint-Laurent-du-Var », L'Express, p. 62, numéros 956-964, 1969 [1]
  3. a b c d e f et g [PDF] Le consortium Altarea-ABP-Predica signe l'acquisition auprès du groupe Galeries Lafayette de la société Aldeta détenant le centre commercial Cap 3000, communiqué de presse, .
  4. a b c d et e Jean-Paul Fronzes, « Les Galeries Lafayette veulent céder Cap 3000 », Nice-Matin, . Consulté le 7 février 2010.
  5. Bruno D. Cot, « Et si Nice disparaissait... Le risque inondation », L'Express, . Consulté le 7 février 2010.
  6. « Présentation Projet d'extension et Rénovation de Cap 3000 »,
  7. « cap 3000 - parking a acces maitrise au 1er-fevrier »
  8. a et b Carte d'identité du centre commercial Cap 3000, site officiel de Cap 3000. Consulté le 25 octobre 2009.
  9. a et b d'après la liste de boutiques du centre commercial publiée sur www.cap3000.com et consultée le 17 novembre 2018.
  10. a et b Plan du centre commercial Cap 3000, site officiel de Cap 3000. Consulté le 17 octobre 2012.
  11. « Où en est Cap 3000 ? », La Tribune, . Consulté le 18 novembre 2018.
  12. « Alpes-Maritimes : des travaux pharaoniques pour le plus vieux centre commercial de France », Le Parisien [2]
  13. Restaurants, site officiel de Cap 3000. Consulté le 6 octobre 2019.
  14. Boutiques, site officiel de Cap 3000. Consulté le 18 novembre 2018.
  15. a et b [PDF] Aldeta - Rapport financier semestriel - Comptes sociaux semestriels au 30 juin 2009, p. 11. Consulté le 25 octobre 2009.
  16. [PDF] Aldeta - Rapport financier semestriel - Comptes sociaux semestriels au 30 juin 2009, p. 2. Consulté le 25 octobre 2009.
  17. a et b « Les Galeries Lafayette envisagent de céder le centre commercial Cap 3000 (presse) », Agence France-Presse, , repris sur le site Daily-Bourse. Consulté le 7 février 2010.
  18. « Alpes-Maritimes : des travaux pharaoniques pour le plus vieux centre commercial de France », Le Parisien [3]. Consulté le 18 novembre 2018.
  19. Arrêt : Centre Commercial (Saint-Laurent-du-Var), site officiel du réseau Lignes d'azur. Consulté le 25 octobre 2009.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier