Ouvrir le menu principal

Canton de Saint-Gilles

canton français

Canton de Saint-Gilles
Canton de Saint-Gilles
Situation du canton de Saint-Gilles dans le département de Gard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement(s) Nîmes
Bureau centralisateur Saint-Gilles
Conseillers
départementaux
Huguette Sartre
Eddy Valadier
2015-2021
Code canton 30 19
Histoire de la division
Création 1862[1]
Modification 1 22 mars 2015[2]
Démographie
Population 36 219 hab. (2016)
Subdivisions
Communes 8 + fraction Nîmes

Le canton de Saint-Gilles est une division administrative du département du Gard, dans l’arrondissement de Nîmes.

Sommaire

HistoireModifier

Le canton de Saint-Gilles a été créé en 1862[1].

Un nouveau découpage territorial du Gard entre en vigueur à l'occasion des élections départementales de mars 2015, défini par le décret du 24 février 2014[2], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[3]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[4]. Dans le Gard, le nombre de cantons passe ainsi de 46 à 23. Le nombre de communes du canton de Saint-Gilles passe de 2 à 8.

Le nouveau canton de Saint-Gilles est formé de communes des anciens cantons de Saint-Mamert-du-Gard (3 communes), de Saint-Gilles (2 communes), de Sommières (1 commune), de La Vistrenque (1 commune + fraction de Nîmes) et de Saint-Chaptes (1 commune). Le canton est entièrement inclus dans l'arrondissement de Nîmes. Le bureau centralisateur est situé à Saint-Gilles.

ReprésentationModifier

Juges de paixModifier

Liste des juges de paix successifs
Période Identité Fonction précédente Observation
1822 1840 Louis Rocquelain -
1830 1842 Louis Daudet -
1842 1848 Édouard Franc -
1848 1870 Bousquet -
1870 1870 Eugène Brun -
1870 1871 Henri Aurillon -
1871 1873 Eugène Fabre Juge de paix du canton de Pont-Saint-Esprit -
1873 1879 Deleuze Juge de paix du canton de Bédarrides -
1879 1880 Henri Soard Juge de paix du canton de Pernes-les-Fontaines -
1880 1881 Imbert -
1881 1889 Badin -
1889 1892 Chandron Juge de paix du canton de Bollène -
1892 1899 Charles Granier -
1899 1903 Félix Gondran Juge de paix du canton de Clairvaux-les-Lacs -
1903 1903 François Bouille Juge de paix du canton de La Roche -
1903 1907 Roule Juge de paix du canton de Laguiole -
1909 1924 Phoebus Jouve -
1924 1929 Jules Nègre Président de chambre à la cour d'appel de Montpellier -

Conseillers générauxModifier

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1848 Pierre Jalaguier   Avocat et propriétaire à Saint-Gilles
1848 1856 Jacques Philippe Pérouse[5]   Maire de Saint-Gilles (1844-1856)
1856 1867 Prosper Dugas   Propriétaire
Maire de Saint-Gilles
1867 1868
(décès)
Charles de Surville Légitimiste Maire de Nîmes
Député (1849-1851)
1868 1869
(décès)
Prosper Dugas
(1804-1869)
  Propriétaire
Maire de Saint-Gilles
1870[6] 1874 André Hitier   Maire de Saint-Gilles
1874 1886 Duc Edouard
de Fitz-James
(1826-1906)
Droite Propriétaire à Saint-Gilles
1886 1919 Jean Cazelles Républicain Avocat à la Cour d'appel de Paris
Chef du cabinet civil du Ministre de la Guerre
1919 1921
(démission)[7]
M. Brunel    
1921[8] 1929 François Griffeuille Soc.ind. Maire de Saint-Gilles (1919-1929)
1929[9] 1931 M. Massebiau SFIO  
1931 1940 Alexandre Girard PRS Propriétaire
Maire de Saint-Gilles (1931-1944)
Nommé conseiller départemental en 1942[10]
1945 1951 Joseph Estratat Rad. Retraité à Saint-Gilles
1951 1970 Alexandre Girard DVD Maire de Saint-Gilles (1959-1965)
1970 2001 Louis Girard DVD puis RPR Maire de Saint-Gilles (1983-1989)
2001 2015 Olivier Lapierre UMP puis DVD Médecin
Maire de Saint Gilles (2008-2010)

Le canton fait partie de la deuxième circonscription du Gard.

Conseillers départementauxModifier

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Huguette Sartre   UDI Retraitée de France Télécom
Adjointe au maire de Milhaud
2015 en cours Eddy Valadier   LR Cadre administratif et financier
Maire de Saint-Gilles

CompositionModifier

Composition avant 2015Modifier

 
Carte du canton avant 2015
Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Gilles
(chef-lieu)
30258 CA Nîmes Métropole 153,73 13 326 (2014) 87


Générac 30128 CA Nîmes Métropole 24,26 4 036 (2014) 166

Composition à partir de 2015Modifier

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Saint-Gilles
(bureau centralisateur)
30258 CA Nîmes Métropole 13 326 (2014)
Nîmes 30189 CA Nîmes Métropole Fraction : 322 (2013)
Commune : 151 075 (2014)
Caveirac 30075 CA Nîmes Métropole 3 923 (2014)
Clarensac 30082 CA Nîmes Métropole 4 225 (2014)
Générac 30128 CA Nîmes Métropole 4 036 (2014)
Langlade 30138 CA Nîmes Métropole 2 145 (2014)
Milhaud 30169 CA Nîmes Métropole 5 781 (2014)
Saint-Côme-et-Maruéjols 30245 CA Nîmes Métropole 765 (2014)
Saint-Dionisy 30249 CA Nîmes Métropole 978 (2013)

Le nouveau canton de Saint-Gilles comprend[2] :

  1. huit communes entières,
  2. la partie de la commune de Nîmes non incluse dans les cantons de Nîmes-1, Nîmes-2, Nîmes-3 et Nîmes-4.

PatrimoineModifier

DémographieModifier

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
8 36410 41410 44312 00014 22914 84916 86317 54717 658
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[11] puis population municipale à partir de 2006[12])
Histogramme de l'évolution démographique
 

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier