Canton d'Huelgoat

canton français

Canton de Huelgoat
Canton d'Huelgoat
Situation du canton de Huelgoat dans le département de Finistère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement(s) Arrondissement de Châteaulin
Conseiller général Daniel Créoff
2008-2015
Code canton 29 16
Démographie
Population 5 364 hab. (2012)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Superficie 259,62 km2
Subdivisions
Communes 8

Le canton d'Huelgoat est une division administrative française, située dans le département du Finistère et la région Bretagne.

CompositionModifier

Le canton d'Huelgoat regroupe les communes suivantes :


Liste des communes du canton avant le redécoupage de 2014
Nom Code
Insee
Code
postal
Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Huelgoat
(chef-lieu)
29081 29690 14,87 1 574 (2012) 106


Berrien 29007 29690 56,42 967 (2012) 17
Bolazec 29012 29640 17,47 186 (2012) 11
Botmeur 29013 29690 13,62 223 (2012) 16
La Feuillée 29054 29690 31,55 644 (2012) 20
Locmaria-Berrien 29129 29690 17,20 241 (2012) 14
Plouyé 29211 29690 37,55 724 (2012) 19
Scrignac 29275 29640 70,94 805 (2012) 11

HistoireModifier

  • De 1833 à 1845, les cantons de Carhaix et de Huelgoat avaient le même conseiller général. Le nombre de conseillers généraux était limité à 30 par département[1].

Conseillers généraux de 1833 à 2015Modifier

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Parti Qualité
1833-1836 François-Charles Blacque-Belair Gauche Propriétaire, maire de Poullaouen
concessionnaire de mines
député (1830-1839)
1836-1842 Yves Le Masson Conseiller d'arrondissement, propriétaire, maire de Scrignac
1842-1844 M. Bernard Négociant à Carhaix
1844[2]-1845 Frédéric Michel Trémeur Nouët
(1813-1885)
Juge de paix à Quimper
1845-1848 Charles Claude
Pernolet[3]
Centre gauche Ingénieur des Mines
Directeur des mines de Huelgoat et Poullaouën[4]
Maire du 13ème arrondissement de Paris (1870)
Député de la Seine (1871-1876)
1848-1852 Yves Marie Le Morvan Notaire à Huelgoat
1852-1870 Séverin Le Duff de Mésonan[5] Bonapartiste Ancien chef d'escadron d'état major
Député (1852-1857) - Sénateur (1857-1870)
1870[6]-1889 Jean-Louis Le Gall (fils) Républicain Négociant, maire de Huelgoat (1888-1890)
1889-1895 Emile Gourvil Républicain Avocat à Morlaix - Député (1891-1898)
1895-1919 Joseph Féjean
(1852-1928)
Républicain Maire de Huelgoat (1892-1910)
1919-1937 Jean-François Le Dilasser
(1876-1944)
Rad. Notaire
Maire de Huelgoat (1935-1944)
1937-1940 Pierre Blanchard
(1898-1989)[7]
SFIO Cultivateur
Conseiller municipal de Huelgoat (1935-1941)
1943-1945 François Cabioch Conseiller municipal de Huelgoat
Nommé conseiller départemental en 1943[8]
1945-1982 Alphonse Penven PCF Cultivateur
Député (1956-1958)
Maire de Huelgoat (1945-1983)
1982-2015 Daniel Créoff PCF
puis DVG
puis PS
Maire de Berrien (1977-2008), conseiller municipal de 2008 à 2014

Conseillers d'arrondissement (de 1833 à 1940)Modifier

Liste des conseillers d'arrondissement successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Yves Le Masson   Propriétaire, maire de Scrignac
         
  1895 Joseph Féjean Républicain Maire de Huelgoat (1892-1910)
1895 1898 François Coquart Républicain Greffier de la justice de paix, adjoint au maire de Huelgoat
1898        
1910 1919 Jean-François Le Dilasser Radical Notaire à Huelgoat
1919   Henri Cahut Radical Cultivateur, ancien maire de La Feuillée
1928   Louis Tosser   Maire de Berrien
1940       Les conseils d'arrondissement ont été suspendus par la loi du 12 octobre 1940
et n'ont jamais été réactivés

DémographieModifier

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
8 8868 3617 3086 5095 7395 4865 4535 4105 364
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[9] puis population municipale à partir de 2006[10])
Histogramme de l'évolution démographique

NotesModifier

  1. « Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, et avis du Conseil d'Etat / J. B. Duvergier »  , sur Gallica, (consulté le 13 septembre 2020).
  2. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4430675c/f1.item.r=Elven.zoom
  3. Successeur d'Auguste Juncker à la direction des mines à Poullaouën en 1842, il était entré à Polytechnique 10 ans auparavant. Mais la rubrique politique du journal "L'Ami de la religion", datée du 22 août 1833, nous apprend que «le jeune Pernollet, élève de l'Ecole Polytechnique, arrêté le 28 juillet pour n'avoir pas enlevé son chapeau au passage de Louis-Philippe», avait été «traduit après trois semaines de détention devant le Conseil de discipline de l'Ecole qui a prononcé son renvoi». Le 22 novembre suivant, il intégrait l'Ecole des Mines, dont il sortit premier le 27 janvier 1838.(réf. : http://www.histoire-et-protestants-en-centre-bretagne.fr/5_histoire_locale_cb/5_histoire_locale_cb-hcb0004-1.html)
  4. http://www.mairie-poullaouen.fr/accueil_poullaouen/histoire_et_patrimoine/la_mine
  5. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH127/PG/FRDAFAN83_OL1544054v001.htm
  6. « Journal officiel de l'Empire français »  , sur Gallica, (consulté le 13 septembre 2020).
  7. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24225, notice BLANCHARD Pierre, Marie par François Prigent , version mise en ligne le 11 janvier 2009, dernière modification le 11 janvier 2009.
  8. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets »  , sur Gallica, (consulté le 13 septembre 2020).
  9. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  10. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2011, 2012

Voir aussiModifier