Ouvrir le menu principal

Canardia garonnensis

Canardia
Description de cette image, également commentée ci-après
Maxillaire droit de l'holotype de Canardia garonnensis.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Sauropsida
Super-ordre Dinosauria
Ordre  Ornithischia
Sous-ordre  Ornithopoda
Famille  Hadrosauridae
Sous-famille  Lambeosaurinae
Tribu  Aralosaurini

Genre

 Canardia
Prieto-Márquez et al., 2013

Nom binominal

 Canardia garonnensis
Prieto-Márquez et al., 2013

Canardia est un genre éteint de dinosaures hadrosauridés (« dinosaures à bec de canard »), classé dans la sous-famille des Lambeosaurinae.

Ses restes fossiles ont été retrouvés près du village de Marignac-Laspeyres dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie (France). Ils proviennent de la formation géologique des marnes d'Auzas, datée du Maastrichtien terminal (Crétacé supérieur)[1],[2], soit il y a environ entre 70 et 66 Ma (millions d'années), juste avant l'extinction massive de la fin du Crétacé il y a 66 Ma (millions d'années)[3].

L'espèce type et seule espèce connue, Canardia garonnensis, a été décrite et nommée en 2013 par Albert Prieto-Márquez, Fabio M. Dalla Vecchia, Rodrigo Gaete et Àngel Galobart[3].

Sommaire

DescriptionModifier

Canardia est proche du genre Aralosaurus, découvert au Kazakhstan et qui vivait près de 20 Ma (millions d'années) avant lui. Il diffère des autres hadrosauridés par un maxillaire avec des processus rostro-dorsaux sub-rectangulaires bien visibles. Les différences avec Aralosaurus ne concernent que quelques caractéristiques des maxillaires et des préfrontaux[3].

PaléobiogéographieModifier

 
Os appendiculaires de Canardia
A. Omoplate gauche, B. Partie gauche du sternum, C. Pointe distale de l'omoplate gauche, D. Partie droite du pubis, E. à G. humérus gauche.

En Europe, les lambéosaurinés ne sont connus qu'au Crétacé terminal (Maastrichtien). En plus du genre Canardia, les genres Pararhabdodon, Arenysaurus et Blasisaurus ont été décrits en Espagne au sud des Pyrénées. Les analyses phylogénétiques réalisées sur ces lambéosaurinés européens, combinées avec le constat de leur absence avant le Maastrichtien, ont conduit Albert Prieto-Márquez et son équipe à privilégier l'hypothèse que ces animaux seraient des immigrants asiatiques ayant atteint l'île ibéro-armoricaine de l'archipel européen par dispersion au cours du Maastrichtien[3].

ClassificationModifier

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. Laurent, Y., 2003. Les faunes de vertébrés continentaux du Maastrichtien supérieur d’Europe: systematique et biodiversité. Strata 41: 1-81
  2. Bilotte, M., Laurent, Y., Téodori, D., 2010, "Restes d’Hadrosaure dans le Crétacé terminal marin de Larcan (Petites Pyrénées, Haute-Garonne, France)", Carnets de Géologie Note brève 2010/02 (CG2010 L02): 1-10
  3. a b c d e f et g (en) Albert Prieto-Márquez, Fabio M. Dalla Vecchia, Rodrigo Gaete et Àngel Galobart, « Diversity, Relationships, and Biogeography of the Lambeosaurine Dinosaurs from the European Archipelago, with Description of the New Aralosaurin Canardia garonnensis », PLoS ONE, vol. 8, no 7,‎ , e69835 (DOI 10.1371/journal.pone.0069835)
  4. (en) A. Prieto-Marquez, G.M. Erickson et J.A. Ebersole, « A primitive hadrosaurid from southeastern North America and the origin and early evolution of 'duck-billed' dinosaurs », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 36, no 2,‎ , e1054495 (DOI 10.1080/02724634.2015.1054495)

Voir aussiModifier

Références taxinomiquesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier