Canal de la presqu'île de la Vistule

canal de navigation en Pologne

Canal de la presqu'île de la Vistule
(pl) Kanał żeglugowy na Mierzei Wiślanej
Vue du canal.
Vue du canal.
Carte de navigation autour du canal.
Carte de navigation autour du canal.
Géographie
Pays Pologne
Voïvodie Poméranie
Powiat Nowy Dwór Gdański
Gmina Sztutowo
Début Lagune de la Vistule
54° 21′ 10″ N, 19° 18′ 43″ E
Fin Baie de Gdańsk
54° 21′ 50″ N, 19° 18′ 43″ E
Traverse Presqu'île de la Vistule
Franchit Route 501
Caractéristiques
Longueur 1,3 km
Dénivelé m
Gabarit Grand Rhénan (Va)
Usage Navigation
Histoire
Commanditaire État polonais
Constructeur BESIX (Drapeau de la Belgique)
NDI (Drapeau de la Pologne)
Site web www.przekopmierzei.plVoir et modifier les données sur Wikidata

Le canal de la presqu'île de la Vistule (en polonais : Kanał żeglugowy na Mierzei Wiślanej) ou canal de la Vistule est un canal de Pologne reliant la baie de Gdańsk à la lagune de la Vistule en traversant la presqu'île de la Vistule.

Proposée en 2017 et inaugurée en , cette infrastructure doit permettre au port d'Elbląg d'accueillir des navires de plus fort tonnage en abandonnant le passage par le détroit de Baltiïsk, situé plus au nord et contrôlé par la Russie.

ProjetModifier

Le canal est long de 1 300 mètres et profond de 5 mètres. Il peut ainsi accueillir des navires longs de 100 mètres et larges de 20 mètres au gabarit « Grand Rhénan (Va) ». Il relie la baie de Gdańsk, en mer Baltique, et le port d'Elbląg via la presqu'île de la Vistule sans passer par le détroit de Baltiïsk, situé en territoire russe[1],[2].

Il comprend un système d'écluses, de ponts mobiles et une île artificielle[3].

HistoriqueModifier

Le projet de canal est annoncé en octobre 2017 par le ministre de l'Économie maritime Marek Gróbarczyk, lors d'une rencontre avec des élus de la région pour un coût de 210 millions d'euros[4]. La construction est confirmée en août 2018 par le président du Conseil Mateusz Morawiecki lors d'une visite à Elbląg[1].

Les premiers aménagements, qui consistent en l'abattage de 10 000 arbres sur le futur tracé du canal sont réalisés en février 2019[5]. En mars 2019, l'Union européenne demande aux autorités polonaises de surseoir à la poursuite des travaux, le temps d'étudier la conformité du projet à la réglementation européenne après avoir demandé en vain deux mois plus tôt une analyse précise sur les impacts environnementaux du futur canal. Le ministre Marek Gróbarczyk affirme cependant que l'UE a confirmé la nécessité de poursuivre le projet, une interprétation que les autorités européennes ne valident pas[6],[7]. La mise en œuvre du projet est confiée, huit mois plus tard, à un consortium belgo-polonais entre BESIX et NDI, pour un montant réévalué de 229 millions d'euros[2].

Le canal est inauguré en [8].

ControversesModifier

Avec la RussieModifier

La Russie accuse la Pologne de militariser la lagune car le canal peut laisser passer des navires de guerre.[9] La Russie possède cependant elle-même des ports militaires sur la lagune de la Vistule (Baltiysk, Kaliningrad) ainsi qu'un accès à la Baltique qui permet le passage de navires de guerre russes depuis le rattachement de l'oblast de Kaliningrad à la Russie en 1946. La militarisation de la lagune est donc effective depuis 1946.

ÉcologiquesModifier

La construction du canal nécessite l'abattage de plusieurs milliers d'arbres, réalisé en seulement cinq jours au mois de février 2019, sur une zone classée Natura 2000[5]. Des inquiétudes sont également soulevées quant à l'évolution de la salinité de la lagune avec cette nouvelle ouverture vers la mer[10].

En mars 2019, l'Union européenne demande aux autorités polonaises de surseoir à la poursuite des travaux, le temps d'étudier la conformité du projet à la réglementation européenne et ses possibles impacts sur l'environnement. Le ministre Marek Gróbarczyk affirme cependant que l'UE a confirmé la nécessité de poursuivre le projet, une interprétation que les autorités européennes ne valident pas[2].

ÉconomiquesModifier

Le coût du canal est de plus de 200 millions d'euros, mais sa rentabilité n'est pas garantie car il ne pourra pas accueillir tous les navires de fort tonnage. De plus, la hausse prévue du trafic maritime contraint à d'importants investissements pour la modernisation et l'agrandissement du port d'Elbląg[5].

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « The Polish Prime Minister confirmed during a meeting with voters in Elbląg, northern Poland, that the government is planning to dig a canal across the nearby Vistula Spit. », Telewizja Polska,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a b et c (en) « Agreement on building Vistula Spit canal signed », Telewizja Polska,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « BESIX: Des travaux d'infrastructures maritimes majeurs en Pologne », sur press.besix.com (consulté le ).
  4. « Pologne : projet de canal d'accès au delta de la Vistule », L'Antenne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a b et c « En Pologne, le gouvernement fait creuser un canal sur une presqu'île pour éviter à ses bateaux de naviguer dans les eaux russes », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) « EC may stop the Vistula Spit digging », Telewizja Polska,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) « Poland should wait for EC decision on Vistula Spit canal: EU source », Telewizja Polska,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Pologne : un navire russe entre dans la nouvelle voie navigable du canal de la Vistule », Euractiv,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. superfailed sur France culture.
  10. « Pologne: contrat signé pour le creusement d'un canal vers la Baltique », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier