Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canadiens.
Canadiens
Description de cette image, également commentée ci-après
Quelques Canadiens célèbres.

Populations significatives par région
Drapeau du Canada Canada 37 412 852 (2019)[1]
Drapeau des États-Unis États-Unis 1 062 640 (2009)[2]
Drapeau de Hong Kong Hong Kong 300 000 (2011)[2]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 73 000 (2009)[2]
Drapeau de l'Australie Australie 27 289 (2005)[2]
Autres
Régions d’origine Canada
Langues Anglais, français et langues diverses
Religions Catholicisme et croyances diverses
Ethnies liées Autochtones canadiens, Européens

Les Canadiens sont les citoyens du Canada. En 2016, ils sont majoritairement d'ascendance européenne, principalement britannique (Irlandais inclus) et française.

EthnonymieModifier

L'ethnonyme Canadien(s) se compose du nom géographique Canada et du suffixe -ien(s).

En anglais : Canadians.

AnthropogéographieModifier

Les Canadiens sont limitrophes des Américains au Sud et au Nord-Ouest (Alaskains). Au Nord-Est, l'océan les sépare des Groenlandais.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

AnthropologieModifier

Parmi les émigrants qui vinrent en terre canadienne au XVIIe siècle, il y avait ceux qui étaient emmenés par des seigneurs, des engagés, des soldats licenciés, des orphelines et ceux qui, d’eux mêmes ou par aventure, s'établissaient dans la colonie. En 1630 s'établissent les premières familles européennes au Canada, elles venaient principalement de la Saintonge, du Perche, du Poitou, de l‘Anjou, de la Normandie et de Paris. Des seigneurs concessionnaires amenaient des familles entières de laboureurs et de cultivateurs recrutées dans leurs seigneuries de France et passaient avec elles des contrats d'engagement ; ce fut la première origine de la population française au Canada[3].

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, d'après un officier de l'Armée royale, les Canadiens sont pour la plupart basanés et de petite taille. Leur habillement consiste en une sorte de jaquette et, quand il fait froid, ils portent une espèce de couverture qu'ils attachent autour d'eux avec une ceinture de laine. Ils ont pour la plupart un bonnet de laine ou, en hiver, un bonnet de fourrures dont les queues sont d'une longueur extrême et dont ils en sont fort orgueilleux[4]. À cette époque, leurs principaux aliments sont d'ordinaire du lait et des végétaux ; ayant en outre un grand nombre de jeûnes qu'ils s'imposent par esprit de religion, ils sont presque tous fort maigres et d'une constitution faible[4]. Les femmes de cette seconde moitié du XVIIIe siècle sont vives, d'un bon caractère et très obligeantes ; elles sont propres dans leur mise. Quant aux hommes, depuis qu'ils ont connu les douceurs du gouvernement anglais, ils sont devenus insolents et opiniâtres ; ils se sentent aisément offensés et lorsqu'ils se croient insultés, ils disent : « je vais le dire au général Carleton »[N 1],[4].

Dans les divers fiefs du Canada au XVIIIe siècle, il y a plusieurs fermiers qui, par leur industrie, sont devenus plus riches que leur seigneur[N 2] ; malgré cela, ils conservent pour lui le plus grand respect[4].

Au début du XIXe siècle, les cultivateurs du Canada, animés d'un esprit diamétralement opposé à celui des Anglo-Américains, ne quittent pas les endroits qui les ont vus naître. Au lieu d'émigrer pour former de nouveaux établissements, les membres d'une famille partagent entre eux les biens-fonds, tant qu'il en reste un acre. Ils aiment tellement à vivre ensemble, qu'un village établi à seulement 15 milles au nord de Québec, a été déserté, parce que l'éloignement paraissait trop grand[5]. Toute la population française est resserrée sur la rive septentrionale du grand fleuve à cette époque, depuis Montréal jusqu'à Québec ; quant au Haut-Canada, il est en grande partie peuplé d'Irlandais qui, s'étant rendus aux États-Unis, n'y ont pas trouvé la félicité qu'ils espéraient[5].

Dans les années 1840, il existe encore un contraste frappant entre les fermiers du Haut-Canada et du Bas-Canada ; comme on peut s'en assurer à Lachine, village situé sur le Saint-Laurent[6].

D'après l'agence Statistique Canada, les origines des îles Britanniques et de la France figurent toujours parmi les plus fréquentes en 2016. La même année, près de 20 millions de personnes ont déclaré des origines européennes ; quant aux ascendances chinoises, indiennes et philippines, elles comptent parmi les 20 origines les plus fréquemment déclarées par l’ensemble de la population[7].

LangageModifier

Articles détaillés : Langues au Canada et Bilinguisme au Canada.

Sur le plan linguistique, les Canadiens se divisent en deux groupes principaux : les anglophones et les francophones.

Régime alimentaireModifier

Article détaillé : Cuisine canadienne.

Proportion des Anglais et des FrançaisModifier

Le nombre de Français de la colonie canadienne était de 72 000 en 1760, sachant qu'il n’était venu que 10 000 immigrants depuis l’installation de la première famille. En 1831, le recensement signale 380 000 Français sur 512 000 habitants. En 1851, quand les Canadiens ont franchi l'enceinte des seigneuries et se sont établis dans les townships, le recensement compte 669 500 Français sur 890 000 âmes. En 1871, la population canadienne était de 1 190 000 personnes, dont 900 000 Français[3]. À l'époque de la colonie canadienne, le nombre de Français augmente de 20 à 25 % tous les dix ans ; après la conquête, de 35 % dans le même délai. Cet accroissement, traversé de 1851 à 1871 par une émigration aux États-Unis[N 3], n‘a été que de 18 % tous les dix ans[3].

Concernant les Anglais, quelques sacrifices qu’ils aient faits pour s‘établir, leur nombre au Bas-Canada était de 132 000 en 1831, et de 270 000 en 1871. Leur accroissement moyen a été de 18 % tous les dix ans, et s'est même réduit à 11 % entre 1851 et 1871. D'autre part les Anglais, malgré les renforts d'une immigration constante, se sont multipliés moins activement que les Français. En 1831, ils formaient 26 % de la population et au début des années 1870, ils ne représentent que 21,5 %[3].

Ces chiffres sont importants car ils marquent la tendance de la population franco-canadienne à s‘emparer des terres. Non seulement elle ne se laisse pas déposséder par les colons venus d'Angleterre, mais elle les chasse des townships, où ceux-ci s’étaient primitivement établis[3].

DiasporaModifier

Pays Ressortissants
canadiens
Source[2]
Etats-Unis 1 062 640 Coulombe and DeVoretz, 2009
Hong Kong 300 000 Zhang and DeGolyer, 2011
Royaume-Uni 73 000 UK Office of National Statistics Labour Force Survey, 2009
Liban 45 000 DFAIT
Australie 27 289 Dumont and Lemaitre, 2005
Chine 19 990 Chinese Census 2010
Corée du Sud 14 210 OECD, International Migration Database, 2008
Allemagne 13 390 OECD, International Migration Database, 2008
France 11 931 OECD, International Migration Database, 2006
Japon 11 016 OECD, International Migration Database, 2008
Egypte 10 000 DFAIT
Nouvelle-Zélande 7 770 Dumont and Lemaitre, 2005
Philippines 7 500 DFAIT
Haiti 6 000 DFAIT
Mexique 5 768 Dumont and Lemaitre, 2005
Suisse 5 243 OECD, International Migration Database, 2008
Singapour 5 140 Foreign Ministry of Singapore
Thailande 5 000 DFAIT
Trinité-et-Tobago 5 000 Parasram, 2009
Belgique 4 145 Dumont and Lemaitre, 2005

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ce général est d'un caractère si doux et si affable qu'il prête toujours l'oreille à leurs plaintes, il est continuellement sollicité par le récit des différents les moins importants qui s'élèvent parmi ces gens qui sont « naturellement querelleurs » dit l'officier. Ils s'imaginent que leur gouverneur est obligé de les écouter et surtout d'entendre les plaintes des seigneurs de leurs villages.
  2. Ces seigneurs sont les descendants d'officiers et de gentilshommes qui vinrent s'établir au Canada et y obtinrent des terres, lorsque le territoire canadien n'était encore qu'une vaste forêt.
  3. L'appât des gros salaires gagnés dans les manufactures, a attiré aux États-Unis un grand nombre de Canadiens.

RéférencesModifier

  1. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/190619/dq190619c-fra.htm
  2. a b c d et e (en)Canadians abroad sur asiapacific.ca
  3. a b c d et e Société internationale des études pratiques d'économie sociale, Bulletins, tome IV, première partie, session de 1872-1873
  4. a b c et d Voyages dans les parties intérieures de l'Amérique, par un officier de l'Armée royale (traduit de l'Anglais), tome 1, Paris, Briand, 1790
  5. a et b Conrad Malte-Brun, Annales des Voyages, de la Géographie et de l'Histoire, tome 18, Paris, 1812
  6. Auguste Wahlen, Mœurs, usages et costumes de tous les peuples du monde : Afrique - Amérique, Bruxelles, librairie Historique-Artistique, 1844
  7. https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/as-sa/98-200-x/2016016/98-200-x2016016-fra.cfm

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier