Can, Cantien et Cantienne

chrétiens martyrisés au tournant du IVe siècle

Can, Cantien et Cantienne (en latin Cantius, Cantianus et Cantianilla) sont deux frères et une soœur (les cantii) qui selon la tradition chrétienne furent martyrisés vers l'an 300 près d'Aquilée[1]. Les premiers témoignages écrits remontent au début du cinquième siècle. La vita médiévale est légendaire.

Can, Cantien et Cantienne
Image illustrative de l’article Can, Cantien et Cantienne
Martyre des saints Can, Cantien et Cantienne, tableau dans la chapelle des Saints Martyrs de la Collégiale d'Étampes.
Saints, martyrs
Naissance IIIe siècle
Décès 290 ou 304 
Vénéré par Église catholique romaine
Église orthodoxe
Fête 31 mai

La légende raconte qu'ils étaient des nobles romains de la gens consulaire Anicia[2], peut-être parents de l'empereur Carin[3].

Au début de la persécution de Dioclétien, ils s'enfuirent à Aquilée après avoir christianisé et relâché leurs esclaves et vendu toutes leurs propriétés[4]. Mais la persécution se déroula là aussi. Un mois avant leur arrivée, l'évêque Chrysogone d'Aquilée avait été exécuté à Aquae Gradatae, plus tard nommée San Canzian d'Isonzo. Les trois, ayant conforté les chrétiens opprimés d'Aquilée, se rendirent sur la tombe de Chrysogone où ils furent saisis par le gouverneur romain et, refusant le sacrifice païen, furent décapités avec leur gouverneur Protus (Prothus)[5]. Un prêtre Zenon ou Zoîle leur procura une tombe digne près de celle de l'évêque.

VénérationModifier

Des reliques de Can, Cantien et Cantienne sont vénérées dans la Basilique patriarcale d'Aquilée, à Grado et dans tout le Frioul et les régions adjacentes, en Allemagne dans la cathédrale de Hildesheim.

 
Châsse reliquaire dans la Collégiale d'Étampes.

Le roi Robert II apporta vers l'an 1020 des reliques des trois martyrs de Milan à Étampes, et en dota sa fondation Notre-Dame-du-Fort, où elles furent vénérées avec grande solennité jusqu'à la Révolution[6].

En 1841, une châsse contenant de leurs ossements se trouvait en l'église priorale Sainte-Opportune de Moussy-le-Neuf[7].

Ils sont honorés le 31 mai[8], date supposée de leur mort[9].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :