Ouvrir le menu principal
Campagne de la piste Kokoda
Description de cette image, également commentée ci-après
Soldats australiens sur la piste Kokoda en septembre 1942
Informations générales
Date -
Lieu Province centrale et Province d'Oro (Territoire de Nouvelle-Guinée)
Issue Victoire alliée décisive
Belligérants
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau de l'Australie Leslie Morshead
Drapeau de l'AustralieThomas Blamey
Drapeau de l'AustralieEdmund Herring
Drapeau : Japon Hisaichi Terauchi
Drapeau : Japon Hitoshi Imamura
Drapeau : Japon Harukichi Hyakutake
Drapeau : Japon Tomitaro Horii
Forces en présence
Drapeau de l'Australie environ 500 hommes au début de la bataille puis jusqu'à 30 000 hommes en cours de batailleDrapeau : Japon environ 13 500 hommes
Pertes
Drapeau de l'Australie 625 morts,
1 680 blessés,
plusieurs milliers de malades
Drapeau : Japon 6 500 morts au combat ou de maladies,
75 prisonniers

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne de Nouvelle-Guinée

Invasion de Rabaul · Invasion de Salamaua-Lae · Mer de Corail · Invasion de Buna-Gona · Piste Kokoda · Baie de Milne · Goodenough · Buna-Gona-Sanananda · Wau · Mer de Bismarck · I-Go · Salamaua-Lae (1943) · Nadzab · Péninsule de Huon · Monts Finisterre · Bougainville · Nouvelle-Bretagne · Saidor · Îles de l'Amirauté · Emirau · Take Ichi · Aitape · Hollandia · Wakde · Wakde-Sarmi (Lone Tree Hill) · Biak · Noemfoor · Aitape (Driniumor) · Sansapor · Morotai · Aitape-Wewak

Coordonnées 8° 52′ 40″ sud, 147° 44′ 15″ est

Géolocalisation sur la carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée

(Voir situation sur carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée)
Campagne de la piste Kokoda

La campagne de la piste Kokoda désigne une série d'actions ayant opposé l'Australie au Japon le long de la piste Kokoda durant la campagne de Nouvelle-Guinée lors de la guerre du Pacifique.

Les projets visant à servir de Port Moresby comme tête de pont pour une éventuelle invasion de l'Australie ont été abandonnés par le commandement nippon en février 1942. L'état-major nippon avait désormais pour objectif de prendre Port Moresby afin d'isoler l'Australie de ses alliés américains en prenant le contrôle d'une large route maritime reliant l'océan Pacifique à l'océan Indien, empêchant la traversée des navires de transport de marchandises y transitant.

Voulant initialement prendre le contrôle de la région en y engageant un assaut amphibie, ces projets ont été abandonnés par le commandement nippon après leur maigre victoire navale lors de la bataille de la Mer de Corail.

Il ne restait donc comme option valable qu'un assaut terrestre menés par leurs garnisons situées au nord et qui venaient d'établir des têtes de ponts dans le secteur de Buna et de Gona, dans le Territoire de Nouvelle-Guinée, en ayant à traverser la chaîne Owen Stanley pour pouvoir rejoindre Port-Moresby.

La piste Kokoda était la principale piste traversant ces zones de montagnes abruptes couvertes de forêts denses et son contrôle s'est donc avéré capital pour les deux belligérants.

Sommaire

La batailleModifier

 
L'aérodrome de Kokoda en juillet 1942

Les premières escarmouches ont eu lieu le 23 juillet 1942 au nord-est du village de Kokoda, le long de la rivière Kumusi. La soixantaine de défenseurs australiens dans la zone, en sous-nombre face à plus de 500 soldats nippons, ont été forcés d'entamer une retraite en essayant au maximum de retarder leur avance vers l'aérodrome de Kokoda.

Des renforts australiens arrivent par avion le 26 juillet, portant à 77 hommes les défenseurs de Kokoda, mal équipés et mal entraînés, mais qui opposent le 29 juillet une vive résistance aux troupes nippones lorsque qu'elles lancent leur assaut vers l'aérodrome, dont elles prennent possession le même jour.

L'aérodrome perdu, le seul moyen pour les Australiens d'envoyer des hommes pour ralentir l'avancée japonaise vers Port-Moresby se fait par voie terrestre, le long de la piste Kokoda, aidés par des indigènes papous qui leur servent de porteurs ou de guides. Cette piste se transforme bientôt en une mer de boue.

 
Indigènes papous transportant des blessés australiens en août 1942.

Se regroupant près de la localité de Deniki, les forces australiennes, désormais d'environ 530 hommes, lancèrent un assaut depuis le sud pour tenter de reprendre l'aérodrome de Kokoda le 8 août 1942. Incapables de percer les lignes japonaises qui recevaient constamment des renforts et commençaient à lancer des contre-attaques au cours de combats bien souvent au corps à corps, le commandement australien décide le 9 août 1942 une retraite générale, sous peine de voir ses unités contournées par le flanc et annihilées.

Les troupes australiennes entament alors par étapes une longue retraite de 100 kilomètres vers le sud. Bien que renforcées jour après jour, mais toujours en sous-nombre, les actions qu'elles purent tenter n'eurent pour effet que de ralentir l'avancée nippone.

Le général Horii reçut le 21 août un renfort de 8000 soldats, 3000 hommes du génie et 450 marines. Il dirige les troupes qui franchiront la chaine de montagne Owen Stanley, il rejoint Deniki où commence l'expédition. Ces troupes disposent de 2 mortiers de 70 mm assez légers pour être transportés à dos d'homme, qui lui donnent l'avantage. Ces troupes sont très entrainées au combat de nuit et sous la pluie, dans la jungle.

 
Carte de l'avancée japonaise sur la piste Kokoda du 22 juillet au 16 septembre 1942.

Le 15 septembre, à 45 kilomètres au nord-est de Port-Moresby sur Ioribaiwa Ridge les deux armées s'apprêtaient à livrer une bataille d'envergure qui s'avérerait probablement décisive. Mais le 24 septembre, le commandement japonais donne l'ordre à ses troupes de se retirer vers Buna et Gona, en vue de soutenir ses unités engagées face aux Américains à Guadalcanal.

Le général Horii avait ordre de n'attaquer Port Moresby que lorsque le débarquement par mer serait commencé, celui-ci n'eut jamais lieu. Mais dès le 17 septembre il ne recevait plus de ravitaillement en raison de la domination aérienne des Américains, et ses troupes durent survivre en mangeant herbes et racines. L'ordre de retraite arrivant le 24 septembre, les soldats japonais, formés à ne jamais reculer, une fois leur stupeur passée, se mirent à fuir en désordre, chacun cherchant à aller plus vite que ses camarades. Les "hommes de la montagne" parvinrent à la rivière Kumusi en loques, enveloppés dans des sacs de riz, pieds nus, leurs estomacs détruits par ce qu'ils avaient mangé, et peu survécurent dans les hôpitaux. Ainsi se terminait en tragédie cette marche pour franchir la chaîne Owen Stanley.

Au début du mois d'octobre, les rôles s'inversant, les Australiens lancèrent une offensive pour pourchasser les Japonais en retraite vers le nord, qui opposèrent une résistance déterminée. Le village de Kokoda et son aérodrome sont néanmoins repris le 2 novembre.

Les Australiens furent rejoints le 25 novembre 1942 par des unités américaines du 123e régiment de la 32e division d'infanterie, soldats exsangues et atteints pour presque les deux tiers d'entre eux de maladies tropicales. Partis de l'ouest le 14 octobre pour tenter couper par le flanc l'armée japonaise en retraite, ils avaient emprunté la piste Kapa Kapa (en), traversant elle aussi les monts Owen Stanley mais bien plus abrupte que celle de Kokoda. Au cours de leur marche de 42 jours, ils n'ont pas rencontré un seul soldat japonais.

ConséquencesModifier

Cette bataille est la première fois de l'histoire de l'Australie où le pays a dû se battre pour sa propre sécurité.

Même s'il est apparu après la guerre qu'une invasion de l'Australie par le Japon demeurait improbable, c'était un péril que le pays envisageait à l'époque, surtout si Port Moresby tombait aux mains des forces nippones en cas de défaite sur la piste Kokoda. Les soldats australiens qui y étaient présents et qui n'étaient en fait pour la plupart que des miliciens peu entraînés y ont démontré un esprit farouche dans la droite ligne de leurs aînés du ANZAC Corps lors de la Première Guerre mondiale. Cela a contribué à ancrer cette bataille dans l'inconscient collectif et dans l'histoire du pays.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (en) E.G Keogh, South West Pacific 1941–45, Melbourne, Grayflower Publications, (OCLC 7185705)
  • (en) Peter Brune, Those Ragged Bloody Heroes : From the Kokoda Trail to Gona Beach 1942, ReadHowYouWant, (réimpr. 2012), 588 p. (ISBN 978-1459616141)
  • (en) Paul Ham, Kokoda, Pymble, Harper Collins Publishers, (ISBN 0-7322-8232-2)
  • (en) Stuart Hawthorne, The Kokoda Trail, Queensland, Central Queensland University Press, (ISBN 1-876780-30-4)
  • (en) John Moremon, A Triumph of Improvisation: Australian Army Operational Logistics and the Campaign in Papua, July 1942 to January 1943, Canberra, Australian Defence Force Academy, (OCLC 648818801)
  • (en) Dudley McCarthy, South-West Pacific Area—First Year: Kokoda to Wau, Canberra, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–45, Series 1 – Army, Volume V », (OCLC 3134247, lire en ligne)
  • (en) Allan Walker, The Island Campaigns, Canberra, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–45, Series 5 – Medical, Volume III », (OCLC 249848614, lire en ligne)
  • (en) Steven Bullard (traducteur), Japanese Army Operations in the South Pacific Area New Britain and Papua campaigns, 1942–43, Canberra, Australian War Memorial, (ISBN 978-0-9751904-8-7, lire en ligne [PDF])
  • (en) Lt colonel E. BAUER, The history of Wold War II Gallay Press reprinted 1985

Liens externesModifier