Ouvrir le menu principal

Campagne de la dynastie Qin contre les Xiongnu

Campagne de la dynastie Qin contre les Xiongnu

Informations générales
Date -215
Lieu Plateau d'Ordos
Issue victoire des Qin
Belligérants
dynastie QinXiongnu
Commandants
Meng TianTouman (en)
Forces en présence
100 000 ou 300 000 soldats suivant les sources[1],[2]inconnues
Pertes
inconnuesinconnues

La Campagne de la dynastie Qin contre les Xiongnu, désigne une campagne militaire de -215 menée par la dynastie Qin contre les Xiongnu afin de les repousser loin des frontières nord de l'empire et de conquérir les territoires du plateau d'Ordos

Situation avant le début de la campagneModifier

En 215 avant J.-C., Qin Shi Huang décide de sécuriser les frontières de son nouvel empire et d'étendre son territoire. Pour cela, il lance deux grandes expéditions militaires.

La première, forte de 500 000 hommes, est envoyée vers le sud pour agrandir l'empire en annexant les territoires du peuple Baiyue. La seconde concerne le nord, où l'empereur envoie le général Meng Tian dans la région du plateau d'Ordos, pour y soumettre les tribus Xiongnu[3] et établir les frontières de l'empire sur les rives du fleuve Jaune[1]. En agissant ainsi, l'empereur ne cherche pas uniquement à étendre son empire, mais aussi à éliminer la menace potentielle que représentent les Xiongnu par une attaque préventive[1].

Déroulement de la campagneModifier

En 215 av. J.-C., Meng Tian a réussi à vaincre les Xiongnu et à les chasser d’Ordos. Poursuivant sur sa lancée, il réussit à s’emparer de leurs terres natales[4]. Après avoir subi une défaite aussi catastrophique Touman (en), le chef des Xiongnu, est obligé de fuir loin au nord, jusque dans les régions lointaines du plateau de Mongolie[5].

ConséquencesModifier

Meng Tian est chargé de sécuriser la frontière en érigeant des fortifications, qui vont devenir la première grande muraille de Chine[6]. Pour ce faire, Tian et le Prince héritier Fusu, qui sont en garnison à Suide, lancent des travaux pour relier entre eux les anciens "longs murs" qui protégeaient les États de Qin, Yan et Zhao des incursions des Xiongnu[7]. Au final, les fortifications des Qin vont du Liaodong à Lintao, enclosant ainsi la région nouvellement conquise d’Ordos[4].

Autre conséquence, en 209 av. J.-C. Modu, le fils de Touman, assassine son père et unifie sous ses ordres les tribus Xiongnu[8], avant de soumettre les Kirghizes[9], les Yuezhi[10] et les Donghu[11]. Profitant du chaos consécutif à la chute de l'empire Qin et à la guerre Chu-Han, il établit un véritable empire des steppes, qui va devenir le plus puissant ennemi de la Chine et de la toute nouvelle dynastie Han.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Cosmo 1999, 964.
  2. Ebrey, Walthall et Palais 2009, 51.
  3. (en) Rene Grousset, The Empire of the Steppes, Rutgers University Press, , 26–27 p. (ISBN 0-8135-1304-9)
  4. a et b Beckwith 2009, 71.
  5. Beckwith 2009, 71–72.
  6. Higham 2004, 221.
  7. Cheng 2005, 15.
  8. Cosmo 1999, 892–893.
  9. László Lőrincz, Histoire de la Mongolie : des origines à nos jours, Akadémiai Kiadó, (ISBN 9789630533812, présentation en ligne)
  10. Doris Srinivasan, On the Cusp of an Era : Art in the Pre-Kuṣāṇa World, BRILL, (ISBN 9789004154513, présentation en ligne)
  11. Barbara A. West, Encyclopedia of the peoples of Asia and Oceania, vol. 1, Infobase Publishing, (ISBN 9780816071098, présentation en ligne)

BibliographieModifier

  • (en) Christopher I. Beckwith, Empires of the Silk Road: A History of Central Eurasia from the Bronze Age to the Present, Princeton, Princeton University Press, (ISBN 9780691150345)
  • (en) Dalin Cheng, Borders and border politics in a globalizing world, Lanham, SR Books, (ISBN 0-8420-5103-1), « The Great Wall of China »
  • (en) Nicola Di Cosmo, The Cambridge history of ancient China: From the origins of civilization to 221 B.C., Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-47030-7), « The northern frontier in pre-imperial China »
  • (en) Patricia Buckley Ebrey, Anne Walthall et James B. Palais, East Asia: A cultural, social, and political history, Boston, Houghton Mifflin, (ISBN 978-0-547-00534-8)
  • (en) Charles F.W. Higham, Encyclopedia of ancient Asian civilizations, New York, Facts On File, (ISBN 0-8160-4640-9)